Search
dimanche 28 février 2021
  • :
  • :

IBK Face au Covid-19: les mesures salutaires…

Pour la troisième fois, depuis la déclaration du COVID-19, le président de la République, Ibrahim Boubacar KEITA, s’est adressé à son peuple, ce 10 avril 2020, en annonçant des mesures sociales et économiques qui étaient attendues de lui, depuis longtemps. Mais tard vaut mieux que jamais, dit l’adage. Pour une des rares fois, le président Ibrahim Boubacar KEITA redonne espoir à ses compatriotes, en réagissant à leur demande. IBK annonce des mesures d’accompagnement pour tous les secteurs socio-professionnels touchés par cette crise sanitaire liée à la pandémie du Coronavirus de l’ordre de 500 milliards de francs CFA, à la charge de l’État du Mali. 

Pour ceux qui en doutent encore, le virus tant redouté, à travers le monde, est dans nos murs. Il n’épargne ni riche ni pauvre. Les différents communiqués du ministère de la Santé et des affaires sociales en sont les illustrations parfaites. Il incombe donc pour chaque Malien de se comporter en responsable pour se protéger et protéger sa famille et ses proches.

L’exemple de solidarité

au sommet de l’État

À la date d’hier 13 avril, notre pays était à 123 cas confirmés, 9 décès et 26 patients guéris. Nul ne doute donc que la pandémie est dans nos murs. Comme l’a dit le président de la République, dans son adresse, ‘’nous devons serrer les rangs, unis et mobilisés à tout instant. Nous devons le vaincre’’.

Dans son adresse à la nation de ce 10 avril, le président IBK, avant d’annoncer les mesures d’accompagnements sociales prises au sommet de l’État, a d’abord salué notre personnel de santé, ‘’ces aide-soignants, ces manœuvres, ces infirmiers, ces ambulanciers, ces médecins, ces laborantins, le personnel administratif des services de santé ainsi que les membres du Conseil Scientifique National’’.

Les forces sécurité et de défense également déployées en première ligne de la lutte contre la pandémie, à travers la sécurité des personnes et de leurs biens, ont été félicitées par le chef de l’État. IBK a également eu clin d’œil à l’endroit de ces Maliens qui « sans grands moyens » font pourtant tout pour respecter les gestes-barrières et ce, dans le but de se protéger et de protéger les autres. Il s’agit, dit-il de ces femmes qui mettent le masque pour aller au marché, et qui se tiennent à distance requise.

À l’image d’autres pays voisins, le Mali déjà en guerre contre le terrorisme, par la voix du chef de sa magistrature suprême, a fait preuve de responsabilité.

Aux Maliens, le président IBK promet un accompagnement à la hauteur des moyens disponibles. Parmi les mesures phares annoncées, dans son message à la nation, le lancement du programme : “Un Malien, un masque” ; la prise en charge, pour les mois d’avril et de mai 2020, des factures d’électricité et d’eau des catégories relevant des tranches dites sociales, à savoir les plus démunies.

Il s’agit aussi de l’exonération de la Taxe sur la Valeur Ajoutée les factures d’électricité et d’eau, de tous les consommateurs, pour les mois d’avril, mai et juin 2020.

Conscients de l’impératif de solidarité, les membres du gouvernement renoncent à un mois de leur salaire pour l’effort de guerre requis contre le COVID-19. Quant au président de la République, il a renoncé à trois mois de son salaire, et le Premier ministre, deux mois.

Mieux, il a promis de revoir les allocations budgétaires et cette révision commencera par le sommet de l’État, a indiqué IBK. Toute chose qui bousculera naturellement les priorités d’investissements.

Clin aux familles vulnérables

Le président de la République a annoncé un fonds spécial de 100 milliards de nos francs pour les familles les plus vulnérables qui sera mis en place, à l’échelle des 703 communes du Mali. Toutefois, des critères de vulnérabilité conditionneront l’accès à ce fonds qui sera géré de manière collégiale et transparente, avec l’administration publique, les chefs de villages et de quartiers, les organisations citoyennes, les autorités morales désignées par les bénéficiaires eux-mêmes.

« Nous sommes pris à la gorge, mais nous n’avons pas d’autre choix : nous avons un devoir de compassion vis-à-vis de nos sœurs et frères qui vivent d’un secteur informel pleinement impacté, lui aussi, par la pandémie », a déclaré le président IBK.

Par ailleurs, en direction des couches les plus fragiles, le gouvernement envisage entre autres, la diminution pendant 3 mois, de la base taxable au cordon douanier des produits de première nécessité, notamment : le riz et le lait. A cela s’ajoute la distribution gratuite de cinquante-six mille tonnes de céréales et de seize mille tonnes d’aliments bétail aux populations vulnérables touchées par le COVID 19.

Le secteur de la production

n’est pas en reste

Selon IBK, le Fonds de Garantie du Secteur Privé sera doté d’un montant de 20 milliards de FCFA destinés à garantir les besoins de financement des PME/PMI, des Systèmes Financiers Décentralisés, des industries et de certaines grandes entreprises affectées par la pandémie. Aussi, des remises d’impôts, au cas par cas et secteur par secteur, seront faites aux entreprises privées impactées par les mesures de prévention du COVID 19, en l’occurrence les secteurs les plus sinistrés tels que les industries touristiques (Hôtellerie, Voyages et Restauration), culturels et les Transports, afin de protéger les emplois.

Les crédits de toutes les entreprises sinistrées suite au COVID 19 seront restructurés et des orientations seront données aux banques, afin que les entreprises maliennes puissent bénéficier des concessions accordées par la Banque Centrale des États de l’Afrique de l’Ouest, a-t-il promis. Pour un pays affecté par le terrorisme, on n’en peut pas plus.

Le peuple apprécie à sa juste valeur les mesures prises au sommet de l’État. Pour une des rares fois, le président IBK, selon plusieurs observateurs a été à l’écoute de son peuple, qui ne demandait que ça, depuis plusieurs jours. En effet, les Maliens étaient exaspérés et surpris d’être en face d’un exécutif indifférent à sa souffrance. Ils ont dénoncé cette indifférence et cette inertie à travers les médias et les réseaux sociaux après que les responsables d’autres pays aussi pauvres que le nôtre aient fait des avances à leur peuple. Il reste à suivre la mise en œuvre de ces promesses plus difficile que leur annonce. Comme le dit l’adage de chez nous : « Ni ko i be Sama fèrèbô, i ye kuma bafô, ni ya kè, i ye koba Kè ». Alors, à Barika, Monsieur le président de la république pour l’écoute !

Après l’annonce de ces mesures d’accompagnement importantes, le président IBK a appelé, à la limité supplié, ‘’chacune, chacun, toutes, tous, de vous protéger, de nous protéger en respectant les gestes-barrières et les mesures prises pour contenir la pandémie du COVID-19’’.

Pour le confort de la nation, ‘’nous devons tous renoncer à quelque chose : une habitude, un réflexe, un confort, un droit’’, a conclu le président la république.

Par Sidi DAO




Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *