Search
vendredi 20 septembre 2019
  • :
  • :

IBK-RPM : la rupture définitive ?

Informé du projet, le Président IBK aurait tenté de dissuader le Parti d’engager un tel combat. En tout cas, à Koulouba, on cache mal une certaine exaspération face à cette indiscipline qu’on se propose, dit-on, de châtier comme il se doit. S’il le faut par la dissolution de l’Assemblée nationale.

Malgré les menaces du Palais, les députés soutenus par leur Parti semblent décidés à ne pas céder aux pressions et aux chantages et à aller au bout de leur démarche : déposer le Premier ministre.

Pour le Parti au pouvoir qui s’abrite derrière l’initiative de ses députés, mais qui affiche clairement et ouvertement son soutien à cette motion, la motion de censure est initiée pour trouver une issue à la crise, le Gouvernement étant incapable de faire sortir la pays de l’impasse et le Président IBK ayant presque les mains liées pour avoir donné ad vitam ad aeternam à son Premier ministre sa pleine et entière confiance et l’assurance récente qu’il le gardera à son poste.

Du côté de la Primature, le locataire ne semble pas disposé à se laisser démettre sans réagir. Ses partisans, dont des ministres et députés appartenant au RPM, font feu de tout-bois et mettent tout en œuvre pour faire échec à ce qu’ils considèrent comme une guerre personnelle menée contre le Premier ministre par « les faucons du RPM », sans l’aval du Président IBK. Sur ce front du refus, on compte outre la puissante ADEMA, mais aussi plusieurs ministres de la Majorité dont le jeune et bouillant Amadou KOITA, président de PS Yeelen Kura.

Jusqu’où ira l’ampleur du brasier qui menace de consumer la Majorité ?

La solution la plus simple et la plus logique est un arbitrage du Président de la République qui n’a pas encore réuni les protagonistes de la guerre ouverte dans son camp pour calmer le jeu. En effet, s’il s’est entretenu avec son Premier ministre, dimanche soir, sur tous les autres sujets que la motion de censure, croit savoir RFI, il n’a pour l’instant pas rencontré ni le Président du RPM, le Dr Bokary TRETA ni le Président du Groupe parlementaire qu’il a l’habitude de rencontrer en dehors de la direction du Parti.

Le Président IBK qui a promis de s’adresser à la nation aurait-il le temps d’éteindre le feu dans sa Majorité avant le dépôt de la Motion de censure prévu ce mercredi et d’annoncer la bonne nouvelle aux Maliens ? D’avis partagé, c’est ce qui est souhaitable.

Selon plusieurs observateurs de la situation politique, il est peu probable qu’un compromis soit trouvé avant cette échéance tant le camp du Premier ministre fort du soutien présidentiel croit pouvoir faire face à cette fronde et faire échec à la motion en « convainquant » une majorité de députés à voter contre. Prime de ralliement : dix millions par député. Aucun démenti à ce jour.

Bertin DAKOUO




Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *