Search
vendredi 24 septembre 2021
  • :
  • :

Iknan AG et le réveil des velléités séparatistes

Le Conseil national de transition (CNT) organise du 13 juillet au 15 juillet des journées d’information à l’attention de ses membres. La 1ere journée tenue le mardi a été marquée par des joutes verbales entre pro et anti-Accord. Les champions des deux camps s’appellent : Youssouf Z. COULIBALY pour les anti-Accord et Iknan Ag SOULEYMANE pour les pro-Accord. Ainsi en réaction aux propos de Youssouf Z. COULIBALY qui ne sont pas favorables à l’application de l’Accord pour la paix, l’honorable Iknan AG Souleymane a réagi : «certains ont dit ici, au CNT, que notre AZAWAD est une cuvette. Certes, mais est-ce que vous qui êtes le Mali, vous n’êtes pas un hippopotame en dessous de nous ?
Moi je suis Iknan AG Souleymane, un rebelle. J’ai participé à la quasi-totalité des précédentes rebellions armées et en tant qu’acteur. Je suis ici au CNT pour le compte de notre mouvement, la CMA, et pour représenter le MNLA ». L’homme qui se présente sans fioritures et sans aucun complexe, balance la rengaine séparatiste : « alors, soit vous appliquez l’Accord d’Alger, ou à défaut, préparez-vous pour la guerre. Il y a le terrain de bataille, allez-y. Pour ce qui concerne le désarmement de nos combattants, il faut d’abord appliquer l’Accord. Soit l’accord, soit la guerre».
Sur les réseaux sociaux, cette déclaration a suscité de nombreuses indignations des internautes qui estiment que les membres de la CMA n’ont jamais abandonné leur ambition séparatiste. Pour certains, la signature de l’Accord pour la paix a été une grosse erreur parce qu’il a été imposé au peuple malien avec la complicité de la communauté internationale.
D’autres pensent que l’alternative à la paix est de mener la guerre contre les ex-rebelles, parce qu’ils ne se reconnaissent au Mali et à son histoire. Et avec beaucoup de convictions, certains affirment que le problème à la recherche de la paix est d’ignorer la justice.
Toutefois, quelques personnes estiment que les propos de Iknan AG Souleymane ont été mal interprétés. Et tant que Malien, il a le devoir porter un jugement sur l’Accord.
C’est le sujet de votre Facebookan de ce jour.

Lamine Diallo: Il a fait pire que BAZOUM. On attend la réaction officielle.

Modibo Macalou: Le nom du pays Mali (Manden) vient du nom de l’Empire du Mali. Et leur truc là A quelle histoire, surtout territoriale ?

Bocoum Bouba: C’est la triste vérité, les Touaregs et les Arabes du Nord ne se reconnaissent pas dans cette histoire Mali, en réalité les autorités de Bamako n’ont absolument rien fait pour que ces gens se considèrent comme des Maliens.

BA Samake: La guerre oui, à condition que toutes les forces étrangères partent de chez nous et on verra.

Abdallah Haidara: BA Samake Lorsque les 2/3 du territoire ont été occupés, les forces étrangères n’étaient pas au Mali. Donc, ce n’est pas de leur faute à mon avis.

Daouda Traore: C’est un folklore !

Karim Traore : Je ne les accuse pas, mais c’est la faute aux Maliens qui continuent toujours à dormir. Ces gens rebelles sont déjà prêts pour la guerre. Ils se sont bien armés avec la complicité de la France et du Mali également, sinon depuis quand le Mali a commencé à négocier avec ces rebelles, jusqu’à présent rien, ils ont un objectif. Sans la guerre, il n’y aura jamais la paix avec ces rebelles. Et puis, on ne négocie jamais avec des gens qui déclarent la guerre à un pays avec des armes en main. Où est-ce qu’on a vu cela, si ce n’est pas au Mali ? Ils ont tué nos militaires, femmes, enfants, nos représentants à Kidal, et avec tout cela on continue à négocier.

Aragil Ag: Karim Traore, il faut pas négocier.

Halachi Maiga : Ce sont juste les conséquences de la mauvaise gestion des crises successives et la politique de deviser pour régner qui ont été adoptées par l’Etat malien depuis des années. C’est ce qui est à l’origine des revendications communautaires.

Aomar Hammouche: À peine croyable la déclaration de ce «petit».

Boubacar Kanouté: Il y’a des mauvaises interprétations dans cette histoire. Il faut réécouter ses propos.

Ousmane Daou: Quelle a été la réaction du président de séance ????

Amadou Albert Maïga : Encore une fois, les propos de Akli_Iknan_AG_Souleyman ont été déplacés de leurs contextes.

Lamine Diarra : Amadou Albert Maïga, la paix n’est pas un simple mot que l’on emploie selon notre convenance; la paix à ses règles et ses conditions, et il faut les respecter, qu’elles soient en notre faveur ou non.
Pas de paix sans justice, une paix sans justice n’est pas une paix!
C’est dans l’esprit des hommes naissent les conflits et c’est dans ce même esprit qu’il faut mettre les barrières contre les conflits pour la paix.
La meilleure façon de gagner une guerre, c’est de l’éviter à tout prix.
«Prévenir» pour ne pas être obligé de «revoir».
Les Maliens, et les amis du Mali doivent se concentrer sur le retour de la paix, de la stabilité, la cohésion sociale et le redressement de notre pays. Gage de tout développement du Mali, le seul pays que nous avons tous en commun.
Donc ayons à l’esprit que nous avons tout un pays à bâtir.
‘’L’humanité est une. Nous sommes une seule espèce. Ceux qui sèment la haine le font pour diviser la société et nous font perdre notre temps’’. Jean Luc Melenchon

Koureichy Cisse : Il est malien et il est 100 fois plus digne de critiquer la politique intérieure du Mali.
S’il dérive, C’est à la Justice de régler son compte pas besoin d’armée ni de diplomatie.
C’est ça le privilège d’être Malien. Et tout Procureur peut se saisir de son dossier s’il n’est pas content.
Un Malien ne peut critiquer publiquement sans incidence ni diplomatique ni militaire seulement judiciaire.
Ne confondez pas les choses à partir des mots, c’est une question de légitimité. Bazoum ne doit pas critiquer ses homologues du Mali. Car, notre justice ne peut rien contre lui. Et ça n’amènera qu’à une guerre, si ça continue.
Critiquer le Mali c’est le privilège d’être Malien. Si tu dépasses le seuil toléré, la Justice se saisit. Abana.
Bonne journée.

Assane Sidibe : C’est terrible ce qui se passe ! Le Sud veut la paix et le (Nord) veut la guerre après tous ces efforts fournis.
D’ailleurs j’ai bien fait de ne pas participer à cet atelier. Parce que qu’est-ce la MINUSMA pourra nous apprendre dans cet accord scellé sur le dos du peuple que nous ne pouvons pas lire nous-mêmes ?

Abba Maiga: Ce n’est pas le Nord mon cher ami, quelques brebis galeuses d’une portion du nord plutôt.

Belco Bah: Il faudrait être à l’atelier pour défendre au lieu d’être absent.




Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *