Search
dimanche 18 août 2019
  • :
  • :

Incendie au marché rose: plusieurs boutiques en fumée

Pour une énième fois, le marché rose de Bamako était à feu, hier lundi 11 décembre, causant des dégâts importants en biens matériels. Selon les témoins, c’est aux environs de 3 heures du matin que cet incendie, considérée la plus dévastatrice enregistrée au grand marché, s’est déclenchée. Elle a mobilisé des équipes colossales et bien équipées de la protection civile, de la police nationale et de l’ASECNA avec à leur tête les premiers responsables ces structures en vue de venir à bout des flammes dévastatrices et de sécuriser les personnes et leurs biens. Le ministre de la Décentralisation et de la fiscalité locale, Alassane Ag Hamed Moussa, accompagné d’une forte délégation s’est rendu sur les lieux pour constater de visu les dégâts et consoler les victimes.

Face aux difficultés d’accès au lieu de l’incendie, les soldats du feu ont mis leur ingéniosité en jeu pour accomplir leur mission de protection des personnes et de leurs biens. Dans la foulée, les commerçants sinistrés se battaient pour récupérer ce qui peut encore être sauvé, tandis que d’autres vidaient leurs magasins avant qu’ils ne soient atteints par le feu ravageur.
Présent sur les lieux, le président du Syndicat national des commerçants détaillants du Mali (SYNACODEM), Cheick Oumar SACKO, a affirmé être submergé par un sentiment de tristesse. Selon lui, ce sont des économies de plusieurs décennies que certains commerçants ont perdu à la minute à cause de cet incendie.
« C’est triste, mais nous avons été consolés parce que depuis le début de l’incendie, les autorités sont à pied d’œuvre pour apporter leur solidarité. La cause de l’incendie n’est pas encore connue, car les témoignages sur place se contredisent et plusieurs hypothèses sont avancées », a affirmé Cheick Oumar SACKO avant de préciser que les dégâts sont énormes même si pour l’instant il est difficile de donner une estimation chiffrée sur la valeur des marchandises parties en fumée.
Par rapport aux mesures qui seront prises, le responsable syndical a souligné qu’il appartient aux commerçants de faire des propositions et à l’État de se manifester pour venir au secours des sinistrés le plus rapidement possible.
Cheick Oumar SACKO n’a pas manqué d’interpeller l’État à prendre ses responsabilités face aux incendies à répétition au grand marché de Bamako. Il a expliqué que les autorités doivent tout faire pour recasser dans les plus brefs délais les victimes et diligenter la construction du marché en vue de sa sécurisation.
Le président du SYNACODEM a rappelé que lors de la pose de la première pierre pour la construction du marché rose, les autorités avaient rassuré que les occupants seront recasés quelque part. Quelque mois après cette promesse, il a déploré qu’en dépit des propositions de sites faites par les commerçants, cette belle initiative tarde toujours à se concrétiser.
Pour sa part, le médecin lieutenant-colonel Aissata KONE, sous directrice des opérations de secours et d’assistance à la direction générale de la protection civile, a déploré les difficultés que les agents ont eues pour accéder au marché rose. Ce, d’autant plus que les commerçants sont installés de manière anarchique, avec des kiosques qui bloquent le passage. Elle a également fustigé l’installation anarchique de l’électricité qui n’est pas sans danger.
« Les éléments de la protection civile ont eu d’énormes difficultés pour avoir accès aux bouches d’incendie pour se ravitailler en eau. C’est la raison pour laquelle les citernes faisaient des défilés entre le marché rose et les casernes pour se ravitailler en eau », a expliqué la responsable de la protection civile.
Elle a saisi l’occasion pour interpeller les autorités à revoir les bouches d’incendie et à tester régulièrement leur fonctionnalité. Le médecin lieutenant-colonel Aissata KONE a insisté sur la nécessité de revoir l’installation du marché en vue de prévenir les catastrophes, qui peuvent arriver à tout moment.
Elle a aussi interpellé les populations à rompre avec les installations anarchiques de l’électricité tout en indiquant que chacun doit jouer sa partition afin que la série noire des incendies dans les marchés soit désormais un vieux souvenir.
Le ministre de la Décentralisation et de la fiscalité locale, Alassane Ag Hamed Moussa, sur place, a témoigné que les dégâts sont énormes même si heureusement il n’y a pas eu de perte en vie humaine. Selon lui, pour le moment, les causes de l’incendie ne sont pas connues. Néanmoins, le ministre s’est dit convaincu que les enquêtes qui vont être menées par les services compétents détermineront les causes de ce drame.
Le marché étant en voie de reconstruction, le ministre a expliqué que les mesures urgentes à prendre concernent l’accélération de l’aménagement du site de recasement pour que les commerçants continuent leurs activités. Le représentant de l’État a appelé les victimes à la patience en attendant que des dispositions ne soient prises pour les soulager. Aussi, a-t-il rassuré que tout sera fait pour recaser les victimes et soulager leur souffrance.

PAR MODIBO KONE




Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *