Search
mardi 18 décembre 2018
  • :
  • :

Intox et désintox: la manipulation frauduleuse

Aux entournures d’une aigreur mal contenue et d’une mythomanie irréversible, Mohamed Ali BATHILY brille par l’indigence de son argumentaire et le caractère désincarné de ce qui ressemble à son projet de société. Entre prétention, incohérence, et inculture politique inqualifiable, l’homme devient un danger public.
Face à l’INTOX de destruction massive, nous vous proposons la DÉSINTOX de construction massive.
Lisez les croustillantes PÉPITES de la semaine.

La prétention
INTOX
Lors de sa déclaration de candidature à l’élection du Président de la République de juillet prochain, il annonce : ‘’je continuerai à représenter tous ceux qui veulent le changement, les 70 % de la société civile’’.
DÉSINTOX
C’est quand même prétentieux, parce que Mohamed Ali BATHILY n’a jamais représenté les 70 % de la société civile et ne les représentera jamais, pour la bonne et simple raison que personne ne lui a jamais fait allégeance au nom de cette organisation. La seule association dont il pouvait se revendiquer était les ‘’APM’’ dont il usurpe à présent le label, après sa radiation de ce regroupement créé uniquement pour soutenir la candidature de Ibrahim Boubacar KEITA en 2013. Sa présidence des APM a été décrétée par IBK, par un après-midi, à Sébénikoro. Ce qui explique qu’il n’a jamais recueilli la légitimité nécessaire à un chef. Ce qui explique également que dès qu’il a affiché des ambitions démesurées, le Bureau des ‘’APM’’ qui ne demandait que ça, l’a foutu à la porte pour qu’il se retrouve avec un petit cercle d’obligés et de tenus autour de lui.
Déciment, le Gros Sarakolé doit avoir les yeux plus gros que le ventre. Il prend ses vessies pour des lanternes, en prétendant représenter la société civile dont il devrait nous donner une définition.
À ce qu’on sache, tout le monde puise dans la société civile. La preuve la plus flagrante est que chaque candidat est soutenu pour une ou plusieurs associations. Certains ne sont adossés qu’à des associations. Le Gros Sarakolé croit-il représenter toute cette floraison de mouvements et d’associations ? Soyons un peu sérieux.

La hâblerie
INTOX
‘’Car, n’oubliez pas, le RPM au mieux de sa forme n’a jamais dépassé 12 à 13 % des voix’’.
DÉSINTOX
Une démarche intellection rigoureuse voudrait que les faits vérifiables, les chiffres étayent et corroborent les propos. Mais cela n’est pas dans les cordes de cet avocat doté d’un vrai talent oratoire propre à endormir les oreilles non averties. Battant les estrades, il répand ses effluves purulents par des déclarations tapageuses. Il y a comme une insulte à l’intelligence collective dans cette affirmation. Parce que prenant les Maliens pour des benêts, l’ex-baroudeur d’IBK croit que les gens vont boire ses paroles, la prenant pour parole d’Évangile. Que nenni. Voici la preuve qu’il se livre à des déclarations surréalistes qui déclenchent chez les plus avisés une forte envie de dégurgiter. Pesons le poids du RPM à l’aune des élections législatives de 2002 et de 2007 auxquelles Ibrahim Boubacar KEITA a pris part.
En 2002, le Président du Rassemblement pour le Mali (RPM), Ibrahim Boubacar KEITA, a été élu député dès le premier tour. Pour cela, on peut faire grâce du score.
Par contre, si au premier tour IBK (31,52 %) a été mis en ballottage, en 2007, par Moussa MARA (30,74 %), il n’en demeure pas moins qu’il a fini par enlever la mise au second tour des élections législatives en commune IV du district de Bamako. Ce qui signifie qu’il a obtenu plus de 50 % des suffrages exprimés.
Dans tous les cas, le score de la liste RPM a été supérieur aux 20 % que brandit l’apprenti politicien, Mohamed Ali BATHILY.

L’inculture politique
INTOX
‘’Et le Président IBK, lui-même, sa forme n’a jamais dépassé les 20 % dans une élection’’.
DÉSINTOX
Une mise au point s’impose : Ibrahim Boubacar KEITA-IBK n’est pas dissociable du Rassemblement pour le Mali (RPM) dont il a été déclaré solennellement père fondateur. Même si la candidature à l’élection présidentielle est à titre individuel, comme le veut la loi, c’est tout de même sous la bannière de son Parti politique, le RPM, qu’il s’est présenté aux différentes élections (présidentielle et législatives). Dissocier IBK du RPM est la preuve avérée d’une inculture politique inqualifiable.
Cependant, jouons sur le terrain du baroudeur égaré, en rappelant les différents scores de Ibrahim Boubacar KEITA aux élections présidentielles, puisque c’est là qu’il se présente à titre individuel.
Lors de l’élection du Président de la République de 2013, les résultats officiels sont proclamés le 15 août 2013 : Ibrahim Boubacar KEITA est élu avec 77,6 % des voix contre 22,4 % pour Soumaïla CISSE, candidat de l’Union pour la République et la Démocratie (URD).
Au premier tour de cette élection, il est arrivé en tête avec 39,79 %.
À l’élection présidentielle de 2007, IBK obtient 19,15 % des voix, se plaçant ainsi en deuxième position derrière le Président sortant Amadou Toumani TOURE, réélu dès le premier tour
C’était face à un Président sortant qui avait autour de sa table tout ce qu’il y avait du gotha alimentaire de ce pays. Pour quelqu’un qui était quasiment seul contre tous, ce score était plus qu’honorable, c’était une victoire en soi.
À l’élection du Président de la République, de 2002, IBK éliminé au 1er tour a obtenu 21,15 %. La Cour constitutionnelle, par la voix de son président, Abdourahmane Baba TOURE, a dénoncé “des compositions irrégulières, la distribution des cartes d’électeur de manière frauduleuse, la non-sécurité des urnes, le vote par procuration illégale, le vote de personnes non inscrites, l’absence de signatures sur les procès-verbaux, l’influence sur le vote, l’existence de bureaux fictifs, et le fonctionnement irrégulier de bureaux de vote itinérants… La manipulation frauduleuse des résultats chiffrés du vote…”
ATT lui-même qui a été élu au second tour face à un Soumaïla CISSE trahi par les siens n’était qu’à 28,87 % des suffrages exprimés en sa faveur au premier tour de l’élection du Président de la République.
Il faut rappeler que ‘’Espoir 2002’’ regroupant 15 Partis politiques autour du Rassemblement pour le Mali (RPM) d’Ibrahim Boubacar KEITA, a appelé à voter pour Amadou Toumani TOURE au second tour de l’élection présidentielle. Espoir 2002 est constitué de 15 partis politiques : le RPM, le Congrès national d’initiative démocratique (CNID), le Mouvement patriotique pour le renouveau (MPR), le Rassemblement pour la démocratie et le progrès (RDP), le Rassemblement pour la démocratie du travail (RDT), le Parti populaire pour le progrès (PPP), l’Union nationale pour la démocratie et le progrès (UNDP), le Rassemblement des républicains (RDR), le Parti écologiste pour l’intégration (PEI), le Rassemblement pour la justice et le progrès (RJP), le Parti libéral malien (PLM), la Concertation démocratique (CD), le Parti du renouveau démocratique et du travail (PRDT), le Mouvement populaire pour la démocratie directe (MPDD) et le Mouvement populaire pour la lutte ouvrière (MPLO). ‘’Espoir 2002’’ a été pour beaucoup dans l’obtention des 65,01 % de ATT au second tour.
En 2002, l’Honorable Ibrahim Boubacar KEITA a été élu Président de l’Assemblée nationale. Sur les 138 députés présents et ayant voté, 115 se sont prononcés pour l’Honorable Ibrahim Boubacar KEITA, 8 pour Noumoutié SANOGO, tandis que 15 bulletins ont été déclarés nuls.
Alors, à chacun d’apprécier…

L’inconséquence
INTOX
‘’Les 77 % des voix de 2013 sont ceux de la société civile’’.
DÉSINTOX
C’est affligeant, une telle inconséquence. D’une part, le Gros Sarakolé estime que la société civile représente 70 %, dont lui il se réclame ; d’autre part, il soutient que les 77 % de IBK sont constitués uniquement de la société civile. Un peu de logique quand même.
À moins d’avoir l’esprit embué, les Maliens se souviennent qu’au second tour, le candidat Ibrahim Boubacar KEITA a bénéficié du report de voix du candidat de l’ADEMA-PASJ, Dramane DEMBELE, arrivé 3e au 1er tour de la présidentielle avec 9,71 % des voix.
Parmi les autres ‘’ralliés’’, il y avait : Housseini GUINDO (140 345 voix soit 4,75 %) ; Choguel Kokalla MAIGA (69 767 voix, soit 2,36 %) ; Moussa MARA (45 227 voix soit 1,53 %) ; Mountaga TALL (45 384 voix, soit 1,54 %) ; Mamadou Bakary SANGARE dit Blaise (31 803 voix soit 1,08 %) ; Oumar Ibrahim TOURE (25 235 voix soit 0,85 %) ; Mme Haïdara Aïchata Alassane CISSE (22 274 voix soit 0,75 %) ; Niankoro Yeah SAMAKE (17 007 voix soit 0,58 %) ; Konimba SIDIBE (16 780 voix soit 0,57 %) ; Racine Seydou THIAM (16 153 voix soit 0,55 %)… Dans cette liste, il n’y a aucun candidat représentant la société civile.
Le RPM, qui est le Parti d’IBK, n’est pas non plus synonyme de société civile. Il a aussi voté pour son président candidat.
Tout cela ne compte pas. Les 77 % de IBK en 2013, c’est la société civile qui devient objet de fixation. C’est à croire que le limogeage du Gouvernement est en train de faire perdre le Nord au Gros Sarakolé.
L’amalgame
INTOX
‘’J’ai eu un rêve que la liberté d’expression n’est plus un vain mot au Mali’’.
DÉSINTOX
Doux rêve, le Gros Sarakolé. Au réveil, vous trouverez que les gens ont fait du chemin. Les Maliens préfèrent affronter la réalité que de se réfugier dans des rêves.
Pour ce qui est de la liberté d’expression, si elle était un vain mot, le Gros Sarakolé ne pourrait jamais se livrer à une diatribe contre son ex-employeur. Dans les pays où il n’y a pas de liberté d’expression, on parle dans une gourde.
Ceci dit, liberté ne signifie point libertinage, laisser-aller. Toute liberté (de pensée, de conscience, de religion, de culte, d’opinion, d’expression et de création, la liberté d’aller et venir, le libre choix de la résidence, la liberté d’association, de réunion, de cortège et de manifestation…) a des limites, toute liberté est encadrée. La Constitution du 25 Février 1992 qui dispose les différentes libertés que l’on brandit abusivement pour justifier l’impossible, il est précisé pour certains articles spécifiques : ‘’dans le respect de la loi’’ ‘’dans les conditions fixées par la loi’’ (Cf : articles : 4, 5, 28).
C’est le cas, même là où la devise est ‘’ Liberté Egalité, Fraternité’’. Le praticien du droit crée volontairement la confusion dans les esprits des moins avisés dans un dessein subversif. Mais cela ne passera pas, parce qu’il existe d’autres Maliens éclairés qui savent donner de la repartie à des menteurs compulsifs.

La tartufferie
INTOX
‘’J’ai un rêve que les ressources du pays servent les populations et non les familles’’.
DÉSINTOX
D’abord, il faut souligner que celui qui a reconnu un enfant sous l’instance de son employeur, après près de 4 décennies, n’est pas fondé à parler de famille dans ce pays où la morale ne se noie pas dans l’éther.
Ensuite, dans ses élucubrations, le Gros Sarakolé administre la preuve qu’il est pris d’une amnésie sélective.
En effet, si ce ne sont les ressources du pays, c’est tout de même un logement social qui a été attribué à un rejeton BATHILY, en violation de toutes les procédures. En fait, c’est du pareil au même, ressources publiques ou logements réalisés par l’État.
Si ce ne sont les ressources de l’État, ce sont 10 logements appelés ‘’expérimentaux’’ qui ont été attribués à la tête du client à des personnes. Pourtant, la Loi dit qu’une fois les maisons éprouvées par les techniciens de l’OMH, elles sont mises à disposition du public. Étrangement, aucune publicité n’a été faite autour de ces maisons. Le ministre les a affecté à qui il voulait, quand il voulait.
Voici un imposteur qui veut se faire passer pour un modèle d’intégrité, usurpant le droit de parler de corruption. Heureusement que ce n’est que dans son rêve, si ce n’est dans son délire qu’il parle d’une utilisation à bon escient des ressources publiques.




Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *