Search
mardi 16 juillet 2019
  • :
  • :

Konsinka : vers un dénouement de la crise

Le nouveau gouverneur de la région de Kayes, Mamadou Z SIDIBE, a effectué une visite de prise contact à Kersigané, chef-lieu de la commune rurale de Konsinka, ce mercredi 13 mars 2019. La visite avait pour objectif de prendre contact avec les chefs coutumiers, notabilités et autres personnalités des villages de ladite commune rurale. L’information nous a été donnée par M. Aboubacar SIBY, porte-parole de l’association des jeunes de Konsinka.

Après les salamalecs d’usages, le gouverneur, selon la source, a présenté ses condoléances les plus attristées aux populations de Kersigané, suite au décès de leur chef de village, survenu quelques jours avent sa prise de fonction à Kayes. Le gouverneur SIDIBE a profité de cette visite pour s’imprégner des critères de choix d’un nouveau chef de village dans ladite localité, selon la tradition locale.

« On lui a expliqué que cela se fait selon les coutumes, comme c’est le cas dans la plupart des localités au Mali. Chez nous les Soninké, c’est dans la lignée des pères qu’on choisit le chef et c’est le plus âgé d’entre eux qui est intronisé comme chef de village, même s’il y a des neveux plus âgés que lui. Il a conseillé aux sages du village de faire le choix comme le veut la tradition, pour la paix, la concorde et le bonheur de toute la commune », a relaté le jeune SIBY.

« Sur ce point, deux tendances se dégagent : ceux qui pensent que c’est de père en fils et ceux qui pensent que l’est le plus âgé. Nous avons demandé aux population de se comprendre et de faire des propositions concrètes à l’administration dans un bref délais, parce que nous pensons qu’on est chef que si l’on est écouté et respecté », a expliqué le gouverneur.

Pour ce qui est du problème du maire, M. SIDBE a appelé les populations au calme et à un dialogue social. Selon lui, le maire a droit à ce mandat : « A partir de cet instant, le conflit est enterré, le maire est renvoyé dans ses fonctions. Les populations vont y contribuer. S’il ont des problèmes à régler, c’est dans les urnes à travers les élections prochaines».

Avant de prendre congé de ses hôtes, le gouverneur les a surtout appelé au calme et au dialogue : « Nous sommes des frères et des sœurs. Donnons-nous la main et parlons-nous. Pour le moment, notre pays n’a point besoin d’une telle altercation. Quelle que soit la nature de la situation qui présente, le dialogue est la solution. Donc, je suis venu ici aujourd’hui pour une prise de contact et une visite de courtoisie aux chefs coutumiers de la commune. À ma deuxième visite, je voudrais entendre que les problèmes de cette commune sont derrière nous. Cela est notre souhait le plus ardent », a-t-il dit avant de lancer un ultimatum à ses cousins Sarakolé : « A la prochaine fois, si je trouve que cette situation de chefferie n’est pas réglée, moi-même je vais être le chef de village des Sarakolé. À bon entendeur, salut » !

Les populations de la commune de Kossiga ont salué l’esprit d’ouverture et de dialogue du nouveau gouverneur.

« Nous avons fait connaissance d’un chef de l’exécutif très ouvert, aimable et attentif. Il a écouté les gens et a tiré sa conclusion. Le dialogue auquel il a appelé sera le bienvenu. Toute la population de la ville Kersigané a été satisfaite de cette visite. Nous espérons que son expertise va nous aider à résoudre ces problèmes qui n’ont que trop duré », nous a confié un habitant du village.

PAR CHRISTELLE KONE

 




Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *