Search
dimanche 28 février 2021
  • :
  • :

La division suicidaire

L’institution judiciaire est dans l’impasse. Après trois semaines de grève illimitée des juges, le différend se complexifie doublement par, d’une part l’éclatement de l’union sacrée qui a prévalu au lancement du mot d’ordre des deux syndicats (le SAM et SYLMA) et d’autre part, la tentative de récupération mal inspirée du Garde des sceaux, dont le show télévisé a mis plus le feu aux poudres que d’éteindre l’incendie.
Pour l’État et tous les justiciables en attente d’une reprise sereine de la machine judiciaire, il convient de conjuguer avec la plus grande circonspection un dénouement immédiat du désormais imbroglio syndical. Si grand espoir ne pouvait être nourri quant à l’unité d’action entre les deux syndicats de la magistrature de notre pays au regard de leurs méthodes et alluvions syndicales, il faut se préoccuper de la déchirure larvée au sein du SAM (Syndicat autonome de la Magistrature, le plus ancien et le plus représentatif).
À coups de déclarations, d’invectives, à la limite d’injures, le fossé est en train de s’élargir au sein de cette famille jadis soudée et très respectée dans le landerneau syndical. La divergence désormais frontale entre la vieille garde et la jeune génération ou, disons simplement entre les partisans de la reprise du travail et ceux de la poursuite de la grève pourrait laisser des stigmates, si on ne prend garde. La lutte syndicale étant de longue haleine, l’intérêt des deux blocs est dans la mesure et dans l’unité d’action.
Face à un gouvernement qui ne peut rester insensible à tout ce tohu-bohu, les juges ont intérêt à épurer, disons à vider leurs contentieux et à mutualiser leurs méthodes autour des revendications communes.
Parce que si leur division leur est suicidaire syndicalement, leur débrayage ne peut longtemps prospérer aux yeux d’une opinion publique et des autres corps de l’État qui ont des raisons légitimes de dire : « y en a marre », le Mali n’est pas une République des juges, nous aussi nous sommes le Mali !

Par Sidi Dao




Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *