Search
samedi 6 mars 2021
  • :
  • :

Le bouc émissaire

Les terroristes sont-ils en train de gagner leur objectif, à travers des assaillants habillés en tenue Donso ? En tout, ces accusations sont en passe de se muer en réalité, dans le subconscient de certains Maliens qui sont en train de prendre ces malices des terroristes comme perte et profit. Ces facebookeurs, qui semblent ainsi trouver en la communauté dogon un parfait bouc émissaire, agréent-ils une exigence de Tabital Pulaaku, demandant de remettre à l’État l’usage exclusif de la force. Au cœur de la situation plus que préoccupante, la décision peu réfléchie du PM de supprimer des check point des Dana. Porter la tenue de chasseur ne saurait faire de quiconque un assaillant, encore moins un chasseur de membre de Dan Nan Ambassagou. Votre Facebookan du jour !

Fahad Ag Almahmoud :Les Dogons comme tous les hommes ont le droit de se défendre surtout là où l’État a échoué à le faire. Cependant les dogons ont le devoir de protéger surtout d’épargne tous les innocents ou tous ceux qui ne peuvent pas se défendre. De forts soupçons pèsent sur les dogons, ils sont accusés d’exactions contre des civils peuls.

Ils sont accusés par ce que, ces exactions ont lieu dans les zones où il n’y a qu’eux et les terroristes. Ces derniers revendiquent toujours leurs forfaits.

Beaucoup de communautés au Nord sont confrontées aux terroristes composés à plus de 95 % de jeunes peuls, mais jusqu’ici on n’a pas encore vu de village ou campement peuls où femmes, enfants et vieillards sont égorgés ou décimés.

Nous savons par expérience que ceux qui s’attaquent aux innocents perdent la chance le jour qu’ils affrontent le vrai ennemi.

Si je me permets de faire un rappel concernant ce que certains appellent «Rébellion Touarègue « ça été toujours l’œuvre de quelques personnes sans légitimité encore moins un mandat de parler au nom des touarègs.

Ils attaquent une position de l’armée, certains médias occidentaux font la publicité et parlent de rébellion touarègue ensuite notre vaillante armée vient s’attaquer à tous ceux qui pensent qu’ils n’avaient rien à avoir avec les ennemis de l’État.

Le cumul de mauvaises gestions nous a amené au point où l’État tel que nous l’avons connu jusqu’ici ne pourra plus exister. Ceux qui jadis payaient uniquement les impôts et s’en dérobaient souvent ont été recrutés par les forces du mal. Ils se sont imposés sur le terrain. Ils n’ont ni besoin d’États ou de sociétés pour se procurer des armes et des véhicules. Ils se ravitaillent le plus simplement possible dans les casernes des armées.

Une chose est sûre, la répression contre les communautés où les terroristes recrutent n’apportera pas la solution.

Aucune communauté ne saurait être la seule garante des institutions de l’État.

L’État ne pourra être que l’émanation de toutes les communautés qui composent la population malienne.

J’espère que tous les Maliens comprendront que l’État n’existe pas en dehors du peuple et que le Mali est notre seul bien commun.

Omar Teme : De forts soupçons ? C’est quelle sorte d’analyse ça ?

Aly Enéba Guindo : C’est une accusation grave quand même Fahad Ag Almahmoud que de mettre dogon pour désigner une milice et prétendre dire la vérité et appeler à éviter l’amalgame. Il y a beaucoup de choses que l’on peut reprocher aux milices, mais de là à dire que les dogon sont soupçonnés d’exactions sur les peulhs, c’est inadmissible venant de toi. Ailleurs, je pense que limiter le nombre d’acteurs ou de communautés aux seuls dogon et peulhs est une ignorance des réalités socioculturelles du milieu.

Il y a beaucoup de choses que les dogon concèdent à tous les haineux et suprémacistes qui racontent n’importe quoi sur leur peuple pour attendrir les cœurs des autres Maliens et gagner la compassion du reste du monde parce qu’ils évitent la généralisation. Mais toi, dont le peuple sait mieux que n’importe quel autre au Mali le poids d’un amalgame, doit éviter cela.

Fahad Ag Almahmoud : Aly Enéba Guindo, nous sommes dans un pays d’amalgames si 2 à 1000 personnes font un acte cela ne veut pas dire que c’est tout le monde. De la même façon, d’innocents peuls paient pour les actes des terroristes ou quelques soldats discréditent toute une armée une milice fera porter le chapeau à toute une communauté. Je sais que tous les dogons ne s’étaient pas assis pour la créer, mais à ce jour, elle est plus représentative des dogons que m’importe quelle autre organisation.

Hamed Abdoul Alpha : Aly Enéba Guindo, toujours cette complexité en parlant des suprématistes, on voit directement votre faiblesse, si seulement les miliciens ne s’attaquaient qu’aux terroristes, personnes n’allaient parler, mais il tue des enfants, des femmes, des vieillards et ils n’ont jamais affronté les terroristes. Sinon, allez-y tue Amadou Koufa, tout monde va vous applaudir, ces terroristes dont vous aimiez parler ont plus fait mal aux communautés peuls qu’à n’importent quelle communauté au Mali.

Boureima Diallo : Fahad Ag Almahmoud, merci pour votre franchise.

Aly Enéba Guindo : Fahad Ag Almahmoud, justement. La société dogon ne fonctionne pas comme la société touarègue avec une organisation très hiérarchisée et où le chef coutumier continu de distribuer le droit. Chez les dogon, chaque clan avait son Hogon (puisqu’il n’existe plus vraiment de Hogon), les chasseurs se sont constitués après avoir été les éclaireurs pour l’armée sans consulter personne. Aujourd’hui, ils rivalisent avec les chefferies traditionnelles, mais aussi protègent les militaires même. Ce qui est une évidence. Maintenant, les soupçons, l’État doit pousser son enquête et identifier les responsables de chaque massacre. Il y a des massacres sur des villages dogon, tellem, mossi, peulhs, mais pourquoi ces derniers cas n’émeuvent personne y compris toi apparemment. Pensez-vous que les dogon en tant que peuple cautionnent les massacres sur les peulhs ? Nous passons nos journées à prier que de tels actes ne surviennent sur aucun peuple du pays dogon. Mais reconnaissons qu’il y a un mépris flagrant et sélectif dans le traitement de l’information sur le centre. Ceci radicalise les gens. Pire, les accusations de manipulations ou encore les accusations d’entraves aux mouvements de l’armée, ou d’indépendantisme, ce sont des mensonges d’Etat et personne ne pourra aider le gouvernement à faire passer ce mensonge.

Koureichy Cisse : Aly Enéba Guindo, je suis peulh et je sais qu’il y’a des milices dogon qui protègent des Peulhs. Ne t’inquiète pas, tout le monde fait le discernement.

Aly Enéba Guindo : Koureichy Cisse, le discernement ne doit se faire qu’en évitant sincèrement de mettre toute une communauté dans le même panier. Je ne m’aventurerais pas sur les alliances entre communautés touarègues qui ressemblent pour moi à une énigme comme Game Of Throne. Je ne souhaite pas non plus que les gens créent davantage de problèmes qu’il n’y en a au centre. Toutes les deux grandes communautés ont leurs milices. Chacune commet des exactions, mais si les réactions sont disproportionnées (chose que moi, je ne cautionne ni ne bénis en tant qu’homme et en tant que dogon). Mais évitons l’amalgame qui que nous soyons. Je le dis en toute sincérité.




Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *