Search
lundi 1 mars 2021
  • :
  • :

Législatives: le RPM revient de loin

Le parti du Tisserand avec 32 députés à la veille des législatives revient avec 43 élus de la nation. Le résultat, selon certains de ses responsables, n’est pas si mauvais comme certains l’analysent. Donc, le parti revient de loin après une série de démissions qui ont fragilisé sa cohésion.

Coup dur pour le parti présidentiel après le processus des législatives ou encore la chute du RPM. Tel est le constat largement commenté et partagé même au sein dudit parti. Toutefois, des responsables du parti nuancent la situation et pensent même que c’est un résultat acceptable comparativement au nombre de députés qu’ils avaient à la veille des élections. Le RPM est parti à ces élections très affaibli par les nombreuses et successives démissions de ses députés.

Après les élections législatives de 2013, le RPM arrive à l’Assemblée nationale avec 66 députés occupant ainsi la première force politique en détrônant l’Adema et l’URD. Le conte de fée en son sein ne durera pas très longtemps, à cause des frustrations, liées à des multiples scandales dans la gestion du pays. Ainsi, le parti va enregistrer une série de démissions. Celles-ci vont considérablement réduire son nombre de députés auquel il se vantait si fièrement.

À cet effet, l’un des premiers désenchantements va être la démission du député Bourama Tidiane TRAORE, élu à Kati sur la liste RPM. Il claque la porte du parti, un jeudi 11 juin 2015, à cause d’un problème à l’interne au sein de sa section. Après ce coup dur pour le parti présidentiel, d’autres départs vont se suivre. On se rappelle de la démission des quatre députés de Bamako et Sikasso. Après ces vaques de démissions, la situation s’est détériorée encore avec l’arrivée de Soumeylou Boubèye MAIGA à la Primature. Le parti de ce dernier, l’ASMA-CFP, est aussi parvenu à débaucher quelques-uns.

Un peu dépassés par les événements, des responsables du parti crient à la cabale et la trahison contre le RPM. Et pour se venger, il ouvre la guerre contre SBM ayant conduit à sa démission au poste de Premier ministre. En somme, avant la fin du mandat constitutionnel de l’Assemblée nationale, le 31 décembre 2018, le parti présidentiel était décimé. Ainsi, de 66 députés au départ, le RPM ne comptait plus que 32 députés qui défendaient réellement ses couleurs, selon des sources proches de la formation politique. Donc, le parti a perdu la moitié de ses élus.

« À la veille des élections, nous n’avons que 32 députés. Il s’agit de ceux qui sont restés fidèles et loyaux aux valeurs du parti. Tous les autres sont partis », nous explique un responsable du RPM. Et pour les législatives de 2020, ces 32 députés ont été investis candidats à leur succession dans leur circonscription électorale respective. Parmi eux, il y a 20 qui ont été reconduits et 12 recalés. Au-delà des localités de ces députés, le RPM a donné des candidats dans toutes les circonscriptions, selon le tableau des candidatures à la députation au niveau du ministère de l’Administration territoriale.

À l’heure du bilan, les résultats sont diversement appréciés même au sein du parti. Pour certains, c’est un recul, en revanche, d’autres pensent que c’est un résultat acceptable en dépit des périodes de tempête traversées par le parti du Tisserand. Ceux qui estiment que c’est un résultat acceptable fondent leur argumentaire sur le fait que le parti n’avait que 32 élus de la nation, à la veille de ces législatives très controversées. En revenant avec 43 députés, ils estiment que c’est le signe que le parti a pu surmonter la pente.

Par Sikou BAH




Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *