Search
samedi 8 mai 2021
  • :
  • :

Limogeage des argentiers de l’État: la Transition règle ses comptes

Le rejet de la Cour Suprême, le lundi 19 avril, du pourvoi inscrit par le Procureur Général près de la Cour d’Appel de Bamako contre l’arrêt du 2 Mars 2021 de la Chambre d’Accusation de la Cour d’Appel de Bamako ayant annulé la procédure et ordonné la mise en liberté de tous les inculpés dans l’affaire dite de «déstabilisation de la transition et de complot contre le gouvernement », s’il a réussi à sauver la tête de Vital Robert DIOP, n’a pas sauvé son poste de Directeur Général du Pari Mutuel Urbain (PMU). Le dossier que Me Kassoum TAPO, Conseil de la défense, avait qualifié d’« acharnement politique sous mauvais habillage judiciaire et un arbitraire », se transporte-t-il alors en dehors des prétoires sous la forme d’un ignominieux règlement de compte?

A l’issue du Conseil des ministres d’hier, mercredi 28 avril, le nouveau Directeur général du Pari Mutuel Urbain du Mali (PMU-Mali) a pour nom Alfousseyni NIONO, Gestionnaire de son état.
Si la question d’hérésie judiciaire ne meuble plus les débats, tant elle est apparue patente dans cette affaire de ‘’déstabilisation de la transition et de complot contre le gouvernement’’, une autre question qui n’est pas tout à fait nouvelle au regard de la boulimie affichée de postures et de positions depuis quelques mois, est : et si cette cabale politico-judiciaire était une question de poste ? Parce que dans l’imaginaire populaire, au Pari Mutuel Urbain, l’argent se ramasse à la pelle. De quoi aiguiser les convoitises les plus sordides.
Aussi, il ne saurait être question de maintenir à la tête d’un service aussi juteux un potentiel bailleur de fonds d’un potentiel candidat à l’élection présidentiel qui a échappé aux geôles grâce à son nez creux (son flair), à savoir l’ancien Premier ministre Boubou CISSE qui, soit dit au passage, a largement eu le temps de constituer son trésor de guerre.
Les appétences des postes, sous cette Transition, auraient donc substitué à ‘’ma famille d’abord’’, mes ‘’copains d’abord’’ ?
Pour accorder le bénéfice du doute à la Transition, ces limogeages pourraient être mis sur le compte d’un réajustement du dispositif financier par ces temps de vache maigre en vue de donner un peu plus de tonus aux finances publiques.
Les grands argentiers de l’État qui ont été relevés et remplacés, ce mercredi, par le gouvernement, sont : le Directeur général du Pari Mutuel Urbain du Mali (PMU-Mali) ; le Directeur national du Trésor et de la Comptabilité publique ; le Directeur général du Budget ; le Président de la Cellule Nationale de Traitement des Informations Financières.
Si l’opinion dans sa frange importante encaisse le coup de limogeages aux dessous sulfureux, les responsables syndicaux se dressent sur les ergots contre cet interventionnisme à l’opportunité douteuse.
Ainsi, apprend-on, en rapport avec ces décisions de limogeages prises, ce mercredi, par le gouvernement, lors du Conseil des ministres, la Coordination des syndicats des DFM, CPS, DRH, et DAF de la Primature qui rattachée à l’UNTM a décidé d’observer une grève de 48 heures à partir ce jeudi 29 avril 2021. En voici qui en rajoute à l’ébullition du front social déjà chauffé à blanc par la grève en vue de la centrale syndicale UNTM à partir du 17 mai 2021.

PAR BERTIN DAKOUO




Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *