Search
jeudi 20 janvier 2022
  • :
  • :

Lutte contre le VIH/Sida à Bamako, Sikasso et Ségou: l’USAID offre 90 motos aux acteurs communautaires

L’ASACO BAFA de Banankabougou, a servi de cadre au lancement des activités de la première semaine du mois de lutte contre le Vih et le Sida, édition 2021, placé sous le thème : « Elimination de la transmission mère-enfant du VIH/SIDA ». Cette cérémonie de lancement était présidée par le ministre de la santé et du développement social, Mme Diéminatou SANGARE ; en présence de la Directrice de la mission de l’ USAID Mali, Mme Miriam Lutz ; du chef de quartier de Banankabougou, Seydou Sangaré ; du représentant du maire de la commune VI, Bakary DEMBÉLÉ; du Médecin chef du CSRef de la commune VI, Dr Maman SY ; du représentant de l’ ONUSIDA, March Christian Kabore, etc.

Cette cérémonie, qui s’inscrivait dans le cadre de la commémoration de la Journée mondiale de lutte contre le VIH/Sida WorldAIDSDay, a été marquée par la remise de plus de 90 mobylettes à l’attention de acteurs communautaires du projet « EpiC-Atteindre les objectifs et maintenir l’épidémie sous contrôle ».
Le projet EpiC intervient à Bamako, Sikasso et Ségou et couvre 23 districts sanitaires (23 CSRéf et 101 CSCom).
Selon les donateurs, ces engins permettront à des organisations locales, aux agents de santé communautaire d’étendre leur zone de couverture et d’améliorer les services liés au VIH/Sida.
L’USAID-US Agency for International Development, a mis l’accent sur le soutien des partenaires locaux, car ils sont les plus proches des communautés au service desquelles ils travaillent.
En outre, ils sont les mieux habilitées à répondre aux besoins des communautés.
Le Plan d’urgence du président des Etats-Unis pour la lutte contre le sida The U.S. President’s Emergency Plan for AIDS Relief (PEPFAR) a plus que doublé son financement destiné à la lutte contre le VIH/Sida au Mali qui est passé de 4 750 000 $ en 2019 à 10 310 000 $ en 2021.
Ce financement supplémentaire devrait permettre d’améliorer la capacité du Ministère de la Santé et du Développement Social et de 13 organisations communautaires à prévenir et fournir des soins dans le domaine du VIH/Sida dans 23 centres de traitement et 100 centres communautaires à Bamako, Sikasso et Ségou.
Miriam LUTZ a déclaré que son pays, à travers l’USAID, est heureux de contribuer à la lutte à travers la remise de ces motos pour faciliter l’accès de ces couches au dépistage et à la prise en charge au niveau des coins les plus reculés où vivent les communautés locales qui ne peuvent pas être facilement atteintes.
La mise en œuvre dudit projet, dit-elle, vise à contribuer à l’accès important des populations cibles aux services de santé.
Elle a également rappelé que les États-Unis soutiennent le peuple malien dans la lutte contre le VIH/Sida depuis 1988. Ils ont contribué à réduire considérablement les nouvelles infections notamment parmi les populations les plus vulnérables.
De son côté, le médecin Chef du CSRéf de la commune VI, le Dr Maman SY, a souligné que la transmission mère-enfant du VIH/SIDA (PTME) est la principale cause d’infection au VIh chez l’enfant.
« Sans intervention, 30 à 40% des nouveaux nés de mères séropositif contracteront le VIH », a-t-elle déclaré.
Cependant, rassure-t-elle, ce risque peut être réduit à moins de 5% avec des interventions efficaces de la prévention de la transmission mère-enfant du VIH. La PTME, a-t-elle fait savoir, a démarré au Mali en 2001 à l’hôpital Gabriel TOURE.
De nos jours, le ministère de la Santé, à travers la cellule sectorielle de lutte contre le Sida, la tuberculose, les hépatites virales a initié un plan d’élimination de la transmission mère-enfant. Ce plan PTME 2019-2021 vise à toucher toutes les femmes enceintes vivant avec le Vih ainsi que leurs enfants, depuis la grossesse jusqu’à la fin de l’allaitement afin de satisfaire les besoins des mère set des enfants en matière de prévention, de traitement, de soins et de soutient lié au Vih. Et cela, pour arriver à l’élimination du Vih et du Sida à l’horizon 2020-2030.
De son propos, il ressort que notre pays compte actuellement 1 147 sites de prise en charge de la PTME. Et cela a permis de conseiller en 2021, plus de 592 911 femmes enceintes en consultation prénatale ; 441 014 ont fait le test et 1 635 ont été diagnostiqué séropositif au Vih, soit un taux de transmission de 0,37%.
De janvier à octobre 2021, l’ASACO BAFA, dans ces activités CPN a conseillé et dépisté 3 736 femmes enceintes dont 42 positifs, soit 1,12% de séropositivité.
Pour Maman SY, ces chiffres nous interpellent tous à une plus grande implication afin que plus jamais aucun enfant ne naisse avec le VIH.
La cérémonie s’est clôturée avec la visite du CSCom de Banankabougou

Par Abdoulaye OUATTARA




Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *