Search
dimanche 9 mai 2021
  • :
  • :

M5-RFP: changement de stratégie ou flagrant délit de contradiction

A défaut de la présidence de la transition ou de la Primature où ils sont été floués par leur partenaire stratégique du CNSP, les responsables du M5-RFP misent désormais sur la présidence du Conseil national de la transition. C’est en tout cas, une des informations capitales qui ressort de la première Assemblée générale des tombeurs du président Ibrahim Boubacar Keita. Le M5, qui a toujours déclaré, à qui veut l’entendre que la transition est son bébé, a-t-il droit à ce poste ou a-t-il le droit de revendiquer ? La nouvelle largement partagée par les réseaux sociaux, suscite polémique. Si certains critiquent les ambitions pouvoiristes du M5-RFP, il n’en demeure pas moins qu’on ne fait pas de changement avec ceux qui s’y sont opposés. Et sur la question, la position du M5-RFP n’a jamais varié, depuis les premiers mouvements de contestation contre le régime IBK. Voici votre Facebookan du jour !

Mohamed Ag Assory : Ko le M5- Choguel « réclame la présidence du Conseil National de Transition ». Ils ne sont ni demandeurs, ni preneurs de postes.
Ckeickna Takiou : Flagrant délit de contradiction !

Diakaridia Yossi : Ckeickna Takiou, rappelez le au Grand Jury.

Ckeickna Takiou : Diakaridia Yossi, bien noté dogo.

Abdoulaye Imirane Toure : Je l’avais dit ohh ! Que s’ils donnent la présidence du CNT à Choguel, ils vont dire que le CNSP est dans la logique du «changement» maintenant. On les connait.

Aboubacar Coeur Vaillant : Le problème avec le M5 -RFP n’est pas une question de poste, mais à ne pas oublier, l’histoire retient qu’ils ont voulu flouer le Peuple et le temps a tranché.

Ahmadou Diallo : Ils peuvent flouer les moutons ! Pas nous en tout cas !

Ballo Mastan Doum : Ahmadou Diallo, ils auront pas la présidence, wait and see.

Francois Kamate : Leur problème est qu’ils ne sont pas unis encore moins pragmatique dans leur démarche. NB : quand on veut quelque chose, ce n’est pas la peine de le voiler.

Ibrahima Sory Diabakaté : Ni demandeur ni preneur de postes.
Ça c’était sous IBK et ce temps est révolu.

Remy Dione : Ibrahima Sory Diabakaté, quelle est la différence ?

Ibrahima Sory Diabakaté : Remy Dione, la différence est que IBk n’est plus le président de la République, encore moins Boubou le PM et Timbiné out. Si tu n’as pas encore réalisé cela, je te plains vraiment.

Mohamed Ag Assory : Ibrahima Sory Diabakaté, ils ont pourtant répété ça sous la Transition.

Remy Dione : Ibrahima Sory Diabakaté, tu sors ma question de son contexte. Je ne fais pas le culte d’une personne ou d’un parti politique contrairement à beaucoup de personnes heureusement.

Ibrahima Sory Diabakaté : Quand tu dis ils, tu fais allusion à ton Kaou N’djim peut-être.

Mohamed Ag Assory : je n’ai pas été membre ni sympathisants de la CMAS encore moins de l’Imam, à fortiori Djim.

Remy Dione : J’ai surtout l’impression que le combat de certaines personnes portait uniquement sur la personne d’IBK et de Boubou c’est ça qu’il faut plaindre.

Ibrahima Sory Diabakaté : Remy Dione, le fait de citer les trois noms est une façon implicite d’évoquer les trois grandes institutions de la République, la présidence, le gouvernement et l’AN.
Le culte de la personnalité, c’est toi qui en parles.
C’est l’apanage des petits esprits et je suis à des lieues de ce complexe.

Remy Dione : Ibrahima Sory Diabakaté, le miel ne se dit pas doux, heureux de constater que t’es un grand esprit, mais j’aurai aimé que ça vienne de quelqu’un d’autres pas de toi.

Ibrahima Sory Diabakaté : Ce n’est pas une simple impression, c’est une évidence pour certains acteurs politiques.
Pour ma part, je n’ai jamais travaillé au sein du gouvernement encore moins dans la fonction publique de l’Etat, à fortiori convoité un poste politique, donc je m’en tape.

Remy Dione : Ibrahima Sory Diabakaté, «je m’en tape» t’as l’air énervé ou je me trompe ? Si c’est le cas, mes excuses ce n’est pas le but de l’échange.

Ibrahima Sory Diabakaté : Cherchez à connaître les gens avant de vous livrer à des préjugés. Au cas où tu n’as toujours pas compris le sens de mes propos, c’était juste une façon de te rappeler que le régime a changé, d’où la référence faite aux trois grandes figures emblématiques (IBK, Boubou et Timbiné).
NB : j’ai voté pour IBK en 2013, donc aucune haine ne contre lui.

BI Sangare : Ibrahima Sory Diabakaté : pourtant, si j’ai bien saisi, ils l’ont répété lors de la dernière confé-presse à travers l’intervention de l’Imam DIARRA. Le M5-RFP n’est pas preneur de postes sans un préalable. Ou bien réclamer la présidence du CNT ne le signifie-t-il pas ?
Par ailleurs, quel a été l’avis de l’Imam DIARRA, de l’EMK et de Soumi ? La constatation cliniquement de sa mort se trouve à leur niveau.
Ibrahima Sory Diabakaté : BI, connais-tu ses préalables ? Je non plus. Donc, mettons de côté les jugements de valeur.
J’ai remarqué que le simple fait d’évoquer le M5-RFP provoque de l’urticaire chez certains compatriotes et je me demande pourquoi.
Dans toutes organisations, il y a des bons et mauvais éléments et le M5-RFP ne fait pas exception à cette règle.




Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *