Search
samedi 6 mars 2021
  • :
  • :

Maiga Sina Damba, ancienne ministre: «à l’issue de ces élections, notre Assemblée nationale devrait faire peau neuve»

L’ancienne ministre de la Promotion de la femme, de l’enfant et de la famille est candidate sous les couleurs du Congrès National d’Initiative Démocratique (CNID-FYT), où elle occupe le poste de 1re vice-présidente. Mariée, mère de quatre enfants, Sina DAMBA porte sur ses épaules plusieurs postes de responsabilité qui lui valent du respect dans la vie sociopolitique de notre pays. Chef de Cabinet au ministère de l’Artisanat et du Tourisme, Directrice générale de l’Agence pour la promotion de l’emploi des jeunes, Présidente du conseil d’administration de la même agence, membre de plusieurs associations et réseaux de la société civile au plan national, sous régional, régional et international, Mme MAIGA est une partenaire incontournable des femmes du Mali.  Inscrite sur une liste d’alliance avec le PARENA et l’UDD, elle est candidate dans la circonscription électorale de Nara, dans la région de Koulikoro, où elle était candidate malheureuse pour les élections législatives en 2007. Selon elle, l’ouverture de la campagne qui coïncide avec le 8 Mars est un grand symbole pour les femmes candidates, puisque cette date est la journée internationale des femmes du monde entier, célébrée au Mali depuis plus de 25 ans !

C’est la journée où les femmes font le point des avancées sur leurs revendications, sur le respect de leurs droits en tant que citoyennes et actrices du développement, c’est la journée où elles se projettent dans le futur en termes de perspectives, c’est la journée où elles évaluent leurs stratégies d’actions, leurs approches pour mieux réussir leurs luttes. Alors si le 8 Mars 2020 coïncide avec la campagne pour les législatives, cela rappelle forcément la mise en œuvre de la loi 052/15 du 18 décembre 2015 sur la promotion du genre dans les fonctions électives et nominatives. Alors, à l’issue de ces élections, notre Assemblée nationale devrait faire peau neuve avec l’accueil de beaucoup plus de femmes élues, c’est là où cette coïncidence est beaucoup appréciée et vue comme un signe du destin.

Par ailleurs, les élections vont se tenir dans un contexte sécuritaire extrêmement difficile, tous les acteurs politiques l’ont souligné lors des différentes rencontres avec le ministère de l’Administration territoriale qui se veut rassurant en affirmant devant tous que toutes les dispositions seront prises par les départements chargés de la Défense et de la Sécurité pour assurer la sécurité avant, pendant et après les élections.

La question qui mérite d’être posée, est de savoir comment l’État qui depuis plusieurs années n’a pas pu assurer la sécurité du pays, pourrait, à la faveur des élections, de façon miraculeuse, sécuriser les agents électoraux, les candidats, les acteurs de l’Administration (gouverneurs, préfets et sous-préfets, etc.) ? Le Mali a enregistré trop de pertes en vies humaines du début de l’année jusqu’à ce jour, nous ne souhaitons pas le même carnage lors des élections, en tant que mères, épouses, et filles, nous l’avons dit à qui de droit. Wait and see !!!

Me référant toujours au contexte extrêmement difficile que notre pays traverse et pour lequel nos Forces armées et de sécurité ont consenti le plus lourd sacrifice, il est important qu’au-delà des discours, la Nation pose des actes qui prouvent que nous soutenons de toutes nos énergies nos Forces de sécurité. C’est la raison pour laquelle, les femmes du Mali, principalement concernées par la célébration du 8 Mars, ont décidé unanimement d’être en communion avec ceux-là qui ont la lourde responsabilité d’assurer notre sécurité, d’où le thème national retenu par la Commission d’organisation du 8 Mars: « Soutien aux FAMa».

Nous pensons à toutes ces jeunes veuves, à ces orphelins innocents, à ces familles éplorées, célébrer le 8 Mars avec des tam-tams, des chants et danses serait injuste quand toute la nation est touchée par ces milliers de morts que nous avons enregistrés sans parler des tueries quotidiennes auxquelles nous assistons impuissants : les attaques, les mines, les assassinats ciblés, etc., font partie de notre vie à telle enseigne que la mort est devenue banale !

C’est pourquoi, la paix et la sécurité, les questions de gouvernance, la promotion des droits humains, le respect des engagements internationaux pris par notre pays, la redevabilité des élus vis-à-vis de leurs mandats, l’évaluation de la mise en œuvre de la Loi 952/15 du 18 Décembre 2015, seront au cœur de mes actions à l’Hémicycle si par la grâce du Tout Puissant et Très Miséricordieux j’étais élue !

Je ne saurais terminer sans saluer l’adoption de la Loi 052/15 qui donne une grande opportunité aux femmes d’être nombreuses à l’Assemblée Nationale, même si le pourcentage de femmes n’atteint pas les 30% comme le stipule la loi, l’Hémicycle accueillera au minimum une quarantaine de femmes pour la première fois dans l’histoire politique de notre pays. Tout doit être mis en œuvre pour soutenir les listes comportant des femmes, à travers le renforcement des capacités des femmes en termes d’organisation, de stratégie de campagne, de communication sociale, de mobilisation, afin que les candidates puissent conduire une bonne campagne qui leur sera utile le jour du vote. Je souhaite bonne chance à toutes les candidates !




Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *