Search
dimanche 28 février 2021
  • :
  • :

Maladies tropicales négligées au Mali: la campagne de traitement de masse lancée

Le ministère de la Santé et de l’hygiène publique, en partenariat avec l’USAID, l’OMS et Helen Keller International-Mali (HKI), a procédé, hier jeudi, sur le terrain de sports de Korofina-Nord, Commune I du District de Bamako, au lancement de la campagne nationale de traitement de masse contre les maladies tropicales négligées (MTN) : le trachome, la filariose lymphatique, l’onchocercose, la bilharziose, et les vers intestinaux ; dont le 1er passage se déroulera du 14 au 20 avril et, du 2 au 6 mai, pour le 2e passage.

La distribution des médicaments qui concerne ceux qui sont âgés de 5 ans et plus, (excepté les femmes enceintes et les personnes malades), se fera dans les lieux publics (écoles, centres de santé, marchés, mosquées, etc.)
Placée sous le patronage du conseiller technique, Dr Salif SAMAKE, représentant le ministre de la Santé, la cérémonie s’est déroulée en présence des responsables de l’OMS, Massambou SACKO ; de l’USAID, Christian FUNG ; de la directrice de HKI, Mme Marily KNIERIEMEN.
On y notait également la présence des autorités municipales, coutumières et sanitaires de la Commune, notamment le 5e adjoint au maire, Apha Z. DOUMBIA ; le Coordinateur des chefs de quartiers et le médecin-chef du Centre de santé de référence de la Commune I.
Depuis 2007, a rappelé M. FUNG, le gouvernement des USA, à travers l’USAID, est le principal partenaire du ministère de la Santé pour le financement en faveur de la lutte contre les MTN. Cela, dans le but de contribuer au contrôle et à l’élimination de ces affections dans notre pays d’ici à 2020.
Ce partenariat, a-t-il noté, a permis d’obtenir des résultats encourageants dans le contrôle et l’élimination des MTN au Mali. Ainsi, 15 nouveaux districts sanitaires, dont 5 dans la région de Sikasso, et 10 dans la région de Koulikoro, ont atteint les critères d’arrêt du traitement de masse contre la filariose lymphatique en 2015. L’onchocercose est maitrisée au Mali et ne constitue plus un problème de santé publique. Courant 2016, des enquêtes de prévalence sont prévues dans plus de 30 districts sanitaires, y compris Bamako.
La contribution américaine s’élève à plus de 800 millions de FCFA, dont près de 700 millions consacrés au traitement de masse de 2016. Avec ce soutien et celui des autres partenaires, plus de 14 millions de Maliens recevront les médicaments contre les MTN. Dans le District de Bamako, plus de 1,100 million de personnes seront traitées contre la filariose lymphatique, les schistosomiases et les vers intestinaux.
Selon le Représentant de l’USAID, malgré ces résultats encourageants, il reste de nombreux défis à relever. C’est pourquoi il a exhorté les autorités maliennes à s’engager davantage pour une forte mobilisation des populations autour de la présente campagne de traitement de masse contre les MTN.
Pour sa part, le Représentant de l’OMS a fait savoir que les maladies tropicales négligées (souvent désignées sous l’acronyme MTN ou NTD en Anglais) sont un groupe de diverses maladies tropicales fréquentes au sein des populations à faible revenu dans les régions en développement d’Afrique, d’Asie et d’Amérique. Elles sont causées par diverses pathologies au premier rang desquelles les parasites helminthes ou protozoaires, mais également les virus et les bactéries. En Afrique subsaharienne, l’impact de l’ensemble de ces pathologies est énorme en raison de la morbidité, la mortalité, les séquelles invalidantes et les difformités qu’elles occasionnent.
Les MTN, souligne Dr SACKO, sont endémiques dans 149 pays, affectant plus d’un milliard de personnes dont plus de 500 millions d’enfants. Fort heureusement, dira-t-il, certaines de ces pathologies peuvent être prévenues ou traitées par des moyens accessibles au pays : le traitement de masse intégré annuel, dont l’efficacité permet d’espérer l’éradication, l’élimination ou le contrôle de certaines de ces maladies.
Le Mali a fait des progrès considérables dans la lutte contre les MTN. Cependant, soutient-il, des défis existent et persistent. Dr SACKO demeure convaincu que la présente campagne de traitement de masse contribuera à les relever, afin de faire du Mali un pays sans MTN d’ici à 2020.
Le Représentant du ministre s’est appesanti sur la forte mobilisation de la population. Pour ce faire, il a exhorté les agents de santé et les responsables des ASACO (Associations de santé communautaires) à s’impliquer davantage pour la réussite de l’opération.
Selon les spécialistes, ces maladies sont dites négligées en raison de la population qu’elles touchent, des patients pauvres dans les pays les plus pauvres, mais également en raison d’une attention portée particulièrement sur le contrôle de l’infection par le VIH, la tuberculose et le paludisme.
Par ailleurs, certains estiment qu’il n’est pas illogique que la lutte contre ces grands fléaux ait été privilégiée financièrement eu égard au nombre important de personnes touchées et de la connaissance du public (notamment occidental) de ces maladies.
D’autres supposent que l’importance des MTN a été sous-estimée puisqu’elles sont souvent asymptomatiques pendant de nombreuses années au cours d’une période d’incubation.

Par SEKOU CAMARA




Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *