Search
dimanche 28 février 2021
  • :
  • :

Malamine Koné, PDG AIRNESS au JT de l’ORTM: « je suis fier de voir que le Mali est débout »

L’homme d’affaire franco-malien, Malamine KONE, PDG de Airness a pris part aux travaux du 27ème Sommet Afrique France, tenu à Bamako du 13 au 14 janvier 2017. D’ailleurs, c’est lui qui était le maitre de cérémonie pour l’attribution des prix, Digital Africa» ; «Innovation Afrique» du forum de la jeunesse et 5 lauréats «Innovations» de l’Institution français.

A l’issue de la cérémonie, il était l’invité du Journal de 20 heures de la télévision nationale ORTM. Sur ce plateau, il a expliqué l’origine et les critères d’attribution des différent prix. Au passage, l’équipementier des Aigles du Mali a invité les chefs d’Etat à respecter les engagements pris lors de ce Sommet et s’est dit fier de voir que le Mali est déjà débout après la crise politico-sécuritaire, sans précédent de 2012.

«Ce sont des prix d’innovation numérique proposés par l’AFD et l’Institut français. Ce prix incite la jeunesse africaine à s’orienter vers le numérique. Parce que l’Afrique est un continent de plus en plus connecté. Et l’Afrique est devenue une terre d’innovation numérique. C’est ce que je disais tout à l’heure : la transition numérique est une clé qui permettra à l’Afrique de rentrer de plein pied au centre de la mondialisation.
L’originalité de ce concours, c’est qu’il s’adresse, à la fois, aux stars top africaines et françaises. L’idée, c’est de créer une interaction entre Français et Africain. Tenter de créer ce pont économique à double sens entre la France et l’Afrique, moi, j’espère de tout cœur que ce genre de prix, va perdurer dans le temps, parce qu’elles apportent une réponse concrète.
D’abord, c’est possible pour les entrepreneurs français vivant en France de pouvoir imaginer et réaliser un projet en Afrique, au Mali en particulier.
Ensuite, il faut arriver à prouver, à montrer à notre jeunesse qu’ici, il y a beaucoup de choses à faire que tout reste à faire. Et que c’est possible de réussir en Afrique.
Je pense que c’est une initiative qui va perdurer, puis qu’il y a eu un engouement extraordinaire autour de ça. Il y a eu dix lauréats pour le premier prix, le prix «Digital Africa» ; 5 lauréat pour le prix «Innovation Afrique» du forum de la jeunesse, et 5 lauréats «Innovations», concernant l’Institut français.
Enfin, il y a eu, vraiment beaucoup de candidatures jeunes. On doit tout faire, nous acteurs, pour faire perdurer cet engouement. Parce que, il est temps que cette tragédie, que nous connaissons tous les jours, s’arrête.
Notre jeunesse ne peut plus et ne doit plus penser que la seule issue, c’est l’Europe et qu’il faut tenter ce voyage perdu d’avance et aller finir au fond des océans. Ça, on n’en veut plus.
Pour ce faire, nous entrepreneurs, acteurs économiques, on doit tout faire pour que ce genre de projet incite la jeunesse à se concentrer sur l’essentiel, sur l’Afrique. Et montrer que l’Afrique a des atouts, et que l’Africain a toutes ses chances pour réussir.
Nous attendons que les engagements pris par les chefs d’Etats soient tenus. Parce que, c’est quand même important. Ce que je retiens, c’est que les Maliens et les Maliennes ont fait un travail extraordinaire.
On revient de loin. On s’est battu contre tout le monde. Tout le monde pensait que le Mali était perdu. Je fier aujourd’hui de voir que le Mali est débout».

Transcription faite par Abdoulaye OUATTARA



Malamine Koné, PDG AIRNESS au JT de l’ORTM: « je suis fier de voir que le Mali est débout »

L’homme d’affaire franco-malien, Malamine KONE, PDG de Airness a pris part aux travaux du 27ème Sommet Afrique France, tenu à Bamako du 13 au 14 janvier 2017. D’ailleurs, c’est lui qui était le maitre de cérémonie pour l’attribution des prix, Digital Africa» ; «Innovation Afrique» du forum de la jeunesse et 5 lauréats «Innovations» de l’Institution français.

A l’issue de la cérémonie, il était l’invité du Journal de 20 heures de la télévision nationale ORTM. Sur ce plateau, il a expliqué l’origine et les critères d’attribution des différent prix. Au passage, l’équipementier des Aigles du Mali a invité les chefs d’Etat à respecter les engagements pris lors de ce Sommet et s’est dit fier de voir que le Mali est déjà débout après la crise politico-sécuritaire, sans précédent de 2012.

«Ce sont des prix d’innovation numérique proposés par l’AFD et l’Institut français. Ce prix incite la jeunesse africaine à s’orienter vers le numérique. Parce que l’Afrique est un continent de plus en plus connecté. Et l’Afrique est devenue une terre d’innovation numérique. C’est ce que je disais tout à l’heure : la transition numérique est une clé qui permettra à l’Afrique de rentrer de plein pied au centre de la mondialisation.
L’originalité de ce concours, c’est qu’il s’adresse, à la fois, aux stars top africaines et françaises. L’idée, c’est de créer une interaction entre Français et Africain. Tenter de créer ce pont économique à double sens entre la France et l’Afrique, moi, j’espère de tout cœur que ce genre de prix, va perdurer dans le temps, parce qu’elles apportent une réponse concrète.
D’abord, c’est possible pour les entrepreneurs français vivant en France de pouvoir imaginer et réaliser un projet en Afrique, au Mali en particulier.
Ensuite, il faut arriver à prouver, à montrer à notre jeunesse qu’ici, il y a beaucoup de choses à faire que tout reste à faire. Et que c’est possible de réussir en Afrique.
Je pense que c’est une initiative qui va perdurer, puis qu’il y a eu un engouement extraordinaire autour de ça. Il y a eu dix lauréats pour le premier prix, le prix «Digital Africa» ; 5 lauréat pour le prix «Innovation Afrique» du forum de la jeunesse, et 5 lauréats «Innovations», concernant l’Institut français.
Enfin, il y a eu, vraiment beaucoup de candidatures jeunes. On doit tout faire, nous acteurs, pour faire perdurer cet engouement. Parce que, il est temps que cette tragédie, que nous connaissons tous les jours, s’arrête.
Notre jeunesse ne peut plus et ne doit plus penser que la seule issue, c’est l’Europe et qu’il faut tenter ce voyage perdu d’avance et aller finir au fond des océans. Ça, on n’en veut plus.
Pour ce faire, nous entrepreneurs, acteurs économiques, on doit tout faire pour que ce genre de projet incite la jeunesse à se concentrer sur l’essentiel, sur l’Afrique. Et montrer que l’Afrique a des atouts, et que l’Africain a toutes ses chances pour réussir.
Nous attendons que les engagements pris par les chefs d’Etats soient tenus. Parce que, c’est quand même important. Ce que je retiens, c’est que les Maliens et les Maliennes ont fait un travail extraordinaire.
On revient de loin. On s’est battu contre tout le monde. Tout le monde pensait que le Mali était perdu. Je fier aujourd’hui de voir que le Mali est débout».

Transcription faite par Abdoulaye OUATTARA




Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *