Search
dimanche 24 octobre 2021
  • :
  • :

Mali: désamorcer la crise religieuse

Où va le Mali ? la question mérite d’être posée au regard des perspectives peu prometteuses avec tout le défi que le pays connaît. Outre, la crise sanitaire, la crise politique, la crise sécuritaire, s’il faut basculer dans une crise religieuse, c’est le pire qui nous attend, à travers un différend entre des courants de l’islam. Une situation qui risque de mettre en mal la tolérance religieuse chèrement entretenue depuis des années.

La tension était hier au maximum à Bamako devant le camp I de la gendarmerie nationale. On craignait par moment le pire : affrontement entre des religieux. Raison ? Le président de la ligue de prédicateurs du Mali et le vice-président du Haut conseil islamique Cheick Mouhamed Traoré, 3eme vice-président du Haut Conseil Islamique du Mali et l’Imam Ibrahim Moussa Diaby N°2 étaient, tous deux convoqués par le Procureur de la République de la Commune IV ce lundi matin 16 août 2021 au Camp 1 de Bamako.

Motif : une plainte émanant d’un membre d’une association islamique pour des injures. Selon des sources, il s’agirait un membre de l’Ançar Dine international dont le Guide spirituel depuis un moment se plaint d’être injurieux par des membres du Haut islamique. En colère contre cette situation, lors d’une réception, Cheickh Ousmane Chérif Madani Haidara a émis son intention de démissionner de son poste de présidence du Haut islamique.

Ainsi, suite à la convocation les partisans des deux grands prêcheurs ont rappliqué de tous pour converger vers le Camp I. Ils sont y restés jusqu’à la libération des deux personnes citées dans l’affaire. La foule qui grossit d’heure en heure a prié le Salifana (Dohr) sur place. Et c’est aux environs de 14h30 après leurs auditions que les deux Imams ont été libérés.
Dans une brève déclaration, ils ont salué la mobilisation de ceux qui sont venus. Pour eux, le combat n’est pour défendre une personne mais l’islam. Ils disent ne jamais injurieux quelqu’un dans leur prêche.
Par ailleurs, des proches Cheickh Ousmane Chérif Madani Haidara affirment ne soutenir aucune action en justice contre des membres du Haut conseil islamique.




Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *