Search
dimanche 28 février 2021
  • :
  • :

Mali: des politiciens coronavirusés

La propagation du coronavirus s’accélère dans notre pays et n’épargne aucune couche de la société. La sphère publique est également atteinte. Des cas ont été enregistrés à la cité administre et à l’Assemblée nationale. Aussi, un homme politique qui a occupé de hautes fonctions a été déclaré positif.

Le 6 avril, un cas de COVID-19 a été enregistré à la cité administrative, précisément au ministère  de l’Artisanat et du tourisme. Le cas de cet agent en service au DAF du ministère de l’artisanat et du tourisme a créé la panique à la cité administrative.

A la suite de ce premier cas à la cité, administrative, le 12 avril, le ministère de l’Artisanat et du tourisme, à travers un communiqué, a informé le personnel du département qu’il a été enregistré au cabinet un cas positif au coronavirus, le vendredi 10 avril. Sans donner plus de détails sur la personne testée positive, le ministère a pris une série de mesures pour contrer la propagation de la maladie et protéger le personnel et tous les usagers.

Le dimanche 12 avril, dans un tweet, l’ancien ministre Ibrahima N’Diaye, non moins vice-président du parti URD a écrit : ‘’ j’ai été testé positif à Covid-19. Dieu merci, la prise en charge se passe très bien. J’exhorte tous à respecter les mesures barrières pour se protéger et protéger les autres’’.

Dans la même journée du dimanche, le député Hady NIANGADOU, président du parti MPM, a posté sur sa page Facebook : « j’ai été testé positif au COVID 19, j’ai été immédiatement pris en charge par les services de santé. La prise en charge se passe dans de bonnes conditions. Je vous demande d’être attentifs et respecter les mesures barrières pour vous protéger et protéger les autres ».

C’est pour dire que la présence du coronavirus est une réalité au Mali et n’épargne aucune couche de la société. Ce n’est pas une question de pauvres ou de riches. Malheureusement, au Mali tout le monde ne croit pas encore que cette maladie qui est une réalité.

C’est pourquoi, dans son adresse à la nation, le président IBK a déclaré : « je viens de voir un élément de notre télévision nationale, où certains s’en disaient encore sceptiques, ne croient pas encore à l’existence du mal, à sa présence au-dedans de notre pays, parmi nous. Ils se trompent! J’ai entendu, un jeune homme, un de mes fils, dire qu’il n’y croyait pas du tout, il n’était prêt à y croire, ni hier, ni aujourd’hui, ni demain. Fiston, reviens sur terre, ce mal existe et a fait des dégâts, de grandes personnalités africaines en ont été victimes, de grands artistes ne sont plus »

Le chef de l’Etat a rappelé la mort de certaines personnalités connues sur le plan mondial qui ont été fauchées par cette maladie. « Tout le monde a entendu ce départ de Manu DIBANGO, tous les sportifs africains ont entendu que l’ancien président de l’OM, Pap DIOUF, n’était plus de ce monde. Les amateurs de musique, outre Manu DIBANGO, ont entendu également qu’Aurlus Mabélé était également de ceux qui nous ont quittés: le mal est donc bien là! », a-t-il rafraichir la mémoire des sceptiques.

C’est dire que dans le monde, cette maladie a déjà emporté plusieurs personnalités publiques dans les domaines de la politique, de la musique, du sport… Au Burkina voisin, plusieurs ministres ont été testés positifs. Certains ont été guéris et d’autres sont toujours sous traitement.

La propagation du coronavirus est un nouveau défi qui porte un coup dur à notre pays qui fait déjà face à des attaques terroristes depuis des années.  A ceci s’ajoutent une crise humanitaire avec le déplacement de plusieurs milliers de personnes et une menace de famine qui guette le pays.

Lors de son adresse à la nation, le vendredi soir, le président de la République a annoncé une série de mesure sociale, principalement au bénéfice des populations vulnérables. Pour que ces mesures produisent les effets escomptés il faudrait une implication accrue des populations à travers le respect des mesures barrières.

PAR MODIBO KONE




Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *