Search
mardi 18 décembre 2018
  • :
  • :

Médecine et Code de déontologie au Mali: l’ordre des médecins s’approproprie les textes

À l’initiative du ministère de la Santé et de l’hygiène publique, le Conseil national de l’Ordre national des médecins du Mali (CNOM) a tenu, samedi dernier, dans la salle de conférence du Stade du 26 Mars à Yirimadio, son assemblée générale extraordinaire, dont l’ordre du jour portait sur l’adoption du Règlement intérieur du CNOM ; du Code de déontologie harmonisé de la CEDEAO ; et du décret fixant les conditions d’inscription et de radiation au Tableau du CNOM.

Présidée par le Conseiller technique chargé des questions juridiques au ministère de la Santé et de l’hygiène publique, Mme Seynabou TOURE, la rencontre s’est déroulée en présence du président du Conseil national de l’Ordre des médecins du Mali, le Dr Adama BERTHE. On y notait également la présence de plusieurs membres du bureau du CNOM ; des représentants des Conseils nationaux de l’Ordre des sages femmes, des Chirurgiens-dentistes, et des Infirmiers et infirmières du Mali ; des présidents des Sociétés savantes, de l’Association des médecins de campagne, celui des médecins libéraux ; ainsi que le président du Syndicat des médecins du Mali, etc.
Avant tout propos, le président du CNOM a fait observer une minute de silence en hommage aux feus Pr Ogobara DOUMBO, Gangaly DIALLO, Mahamane TOURE, Alhousseini SOUMARE, le Dr TALL Seydou Madani, etc.
Selon son président, l’assemblée générale est l’organe délibérant de l’Ordre des médecins du Mali.
« Elle se prononce sur toutes les questions intéressant l’administration, la gestion des dossiers relatifs à l’Ordre. À ce titre, elle est chargée notamment de valider le projet de code de déontologie présenté par le Conseil national de l’Ordre ; élire ou révoquer les membres du Conseil national de l’Ordre ; adopter au modifier le Règlement intérieur, et le budget annuel ; examiner, approuver ou modifier les comptes de gestion ; fixer les montants des cotisations sur proposition du Conseil national de l’Ordre », a rappelé le Dr BERTHE.
Aussi, a-t-il rappelé, l’assemblée générale peut se réunir une fois par an en session ordinaire sur convocation de son président. Elle peut se réunir également en session extraordinaire sur décision du CNOM ou à la demande des 2/3 des membres ou à la demande du ministre de la Santé.
« La présente qui nous réunit est une préconisation du ministre de la Santé », a révélé le président du CNOM.
Par ailleurs, a souligné le Dr BERTHE, ces textes, une fois adoptés, seront leurs outils de travail. Ainsi, il a invité les participants à s’en approprier, car leur respect contribuera à rendre leur Ordre fort.
« Il nous faut un Ordre fort, sans désordre. Il faut un Ordre en ordre de bataille », a-t-il soutenu.
En vue de concrétiser ses promesses de campagne, dira le Dr BERTHE, l’unité et le rassemblement doivent être le seul crédo du bureau du CNOM ; les divergences et les considérations personnelles, à son avis, doivent être reléguées au second rang.
La représentante du ministre de la Santé, pour sa part, s’est réjouie de la tenue de cette assise qu’elle a qualifiée d’importance capitale, en ce sens qu’elle porte sur l’adoption du Règlement intérieur de l’Ordre des médecins du Mali ; du projet de déontologie harmonisé de la CEDEAO ; et du projet de décret fixant les conditions d’inscription et de radiation au Tableau de l’Ordre des médecins.
Pour Mme TOURE, la tenue de cette assemblée et les points inscrits à son ordre du jour témoignent l’engagement du nouveau bureau du CNOM à impulser une nouvelle dynamique à cette organisation dont le bon état de santé aide le département de tutelle à atteindre ses objectifs majeurs.
La représentante du ministère a témoigné que le CNOM a toujours œuvré à leurs côtés pour la recherche de solutions aux problèmes brulants et le relèvement des grands défis sanitaires.
Tout en félicitant le nouveau bureau pour la confiance placée en ses membres, Mme Seynabou TOURE a réaffirmé l’accompagnement constant de son département en vue de l’atteinte de leurs objectifs.
Toutefois, elle a tenu à rappeler que le médecin est un justiciable comme tout citoyen. À ce titre, il est tenu au respect des textes, de l’éthique, de la déontologie et de la morale.
Par ailleurs, a-t-elle noté, l’adoption des présents projets est prévue par les textes portant création des 5 Ordres professionnels de la Santé. En effet, elle a profité de l’occasion pour rappeler que les 4 autres Ordres de la Santé ont déjà franchi cette étape en validant leurs Codes de déontologie.

Par Sékou CAMARA




Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *