Search
jeudi 4 mars 2021
  • :
  • :

Médias au Mali: les femmes dénoncent le harcèlement

Dans le cadre des activités commémoratives de la semaine nationale de la liberté de la presse, Mali DIALLO de la radio Bamakan et Mame Diarra DIOP de la radio Mikado ont animé, vendredi dernier, à la Maison de la presse du Mali, une conférence-débat qui avait pour thème: «Femmes et médias».

Cette rencontre qui a regroupé les professionnels féminins de la communication au Mali et enregistré la participation de plusieurs associations de femmes de médias. Selon Mame Diarra DIOP, les femmes sont très dynamiques dans les médias, parfois même plus que les hommes. Non seulement, elles sont nombreuses sur le terrain, mais aussi, elles arrivent souvent à occuper beaucoup de poste de responsables dans les entreprises de presse.
Aussi, il ressort des propos de la conférencière que les femmes ont généralement un regard différents des hommes sur l’actualité.
Notre consœur de l’ «Indépendant», Ramata TEMBELY, a souligné que l’organisation de telles rencontres permet de faire l’état de lieux, ainsi que le bilan, c’est-à-dire ce qui a marché et qui n’a pas marché. De son avis, ce n’est pas facile pour une femme de faire ce métier, parce que la plus part du temps on ne voit pas la femme en tant que journaliste, mais en tant que «corps à désirer». Comme conséquences, note-t-elle, les sont victimes de harcèlement.
«Aujourd’hui, le défi est de briser cette barrière pour permettre à la femme d’exercer librement son métier. Aussi, avec son double rôle de mère de famille et d’employé, la femme à beaucoup plus à faire que l’homme dans ce métier. On pas de vie de famille en fait», a-t-elle martelé.
Malgré tout, souligne Mme KEITA Ramata TEMBELY, les femmes n’entendent pas renoncer si facilement à ce métier passionnant «On va se battre jusqu’au pour rester dans ce métier», a-t-elle conclu.
De son côté, Khadidiatou SANOGO, du journal le «Prétoire», a indiqué la rencontre a été une occasion pour les femmes de se retrouver et de parler de femmes de médias. Selon elle, il n’y a rien de nouveau dans les débats autour de cette problématique. Les maux sont connus depuis très longtemps. Pour Khady, les femmes doivent se mettre au travail. Car il est temps de mettre fin à cette dichotomie (homme-femmes) dans le métier.
Seulement 733 articles ont traité de sujets relatifs aux femmes ou ont parlé d’elles, soit 15,92%.
L’espace rédactionnel dédié aux hommes est de l’ordre de 84,08%. Dans les différents articles publiés, les femmes font beaucoup plus partie du «décor» de l’évènement. Cet état de fait étouffe les voix et les actions des femmes au Mali.
A côté de la pauvreté des lignes éditoriales des médias traditionnels, l’une des explications à cette invisibilité des femmes dans les médias est que celles-ci ne maîtrisent pas suffisamment les moyens de communication.
Ce qu’il faut retenir, c’est que tous les intervenants ont insisté sur la nécessité de la formation pour permettre à nos consœurs de s’adonner dignement à ce métier.
En effet, l’espace médiatique malien est marqué par une masculinisation très importante aussi bien dans la gestion que dans le contenu des médias.
Selon une étude réalisée du 15 mai au 15 juin 2011, par l’IPAO, les femmes sont peu entendues dans les médias maliens. Pendant la période couverte par ladite étude, les organes de presse sélectionnés (une dizaine de journaux) ont publié cumulativement 4605 articles.

Par abdoulaye OUATTARA




Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *