Search
mardi 18 mai 2021
  • :
  • :

Message à la nation d’IBK après son opération à Paris: une grande leçon de simplicité…

Avant-hier, depuis Paris, où il se trouve en convalescence, après une opération chirurgicale, le président IBK, avec des mots simples et sensibles, dans un grand moment de communion, a remercié ses compatriotes pour leur élan de solidarité à son endroit. Au-delà d’eux, en France ou ailleurs en Afrique, le patient a eu à exprimer sa reconnaissance pour tous ceux qui ont été « solidaires du Mali, à travers son chef de l’État, dans la douleur ». Une grande leçon de simplicité à retenir du président d’IBK que trop souvent beaucoup oublient en devenant des hommes de pouvoir.

Avant-hier, dans la soirée, à l’heure du journal télévisé, un peu partout au Mali, les Maliens étaient en grande communion avec leur président IBK. En convalescence, dans la capitale française, où il se trouve, après une opération chirurgicale, ce dernier, par des mots simples et sensibles, a touché chacun de ses compatriotes, en leur remerciant de l’élan de solidarité qu’ils lui ont manifesté en ce moment de maladie. Au-delà d’eux, partout où ils se trouvent, en France ou ailleurs en Afrique, le patient, tel un devoir de reconnaissance et de compassion, face à une si grande manifestation de sympathie, dont il a été l’objet, a eu à exprimer sa gratitude à l’endroit de tous ceux qui ont été « solidaires du Mali à travers son chef de l’État dans la douleur ».
« Je voudrais, au sortir de cette pause obligée par la maladie, venir m’adresser à vous aujourd’hui en devoir de reconnaissance pour l’immense océan de sympathie, de compassion dont j’ai été entouré au long de ces journées. Je viens, devant vous, pour vous dire merci ». Par ces mots de générosité, entonnés dans un style de grande malléabilité, le président IBK, quoiqu’homme de pouvoir, a su humblement reconnaitre chaque geste de sympathie exprimé à son endroit, ici au Mali ou ailleurs dans le monde, au cours de ce moment de maladie, et en a profité, après l’opération chirurgicale subie, pour le leur rendre, en toute humilité.
En avouant, à tous, sa maladie qu’il vient d’affronter (Un adénome de la parathyroïde connu et guérissable par chirurgie), avec le soutien et la marque de sympathie de tous, le patient IBK, qui a au passage eu des mots de gratitude à l’endroit de son équipe de médecins traitants, pour son travail fabuleux, ramène l’être humain à sa juste dimension d’homme. En dehors des charges politiques et des charmes du pouvoir, l’homme reste l’homme qui a besoin de son prochain pour se sentir véritablement comme cet être social, dont l’épanouissement humain ne peut dépendre que les autres. En cela, le président IBK ne peut laisser ses compatriotes et tous ceux qui sont solidaires au Mali, dans cette épreuve vécue, sans leur apporter la vraie information sur son état de santé réel, plutôt que de leur laisser dans l’incertitude et dans l’inquiétude. Ce signe de respect, qu’il a exprimé à ses compatriotes et à tous les autres ayant manifesté leur sympathie au Mali, et au président du Mali, pendant ce temps de maladie, est bien la preuve que le président IBK, bien qu’étant un homme de pouvoir, est pétri de cette sagesse humaine, lui permettant de descendre de son piédestal pour communier avec les hommes, indépendamment de toutes autres considérations mesquines et superfétatoires.
« Je dis que le temps de la maladie est un temps de grande humilité, de replonger en soi pour remonter les valeurs les plus essentielles ; celles qui nous font comprendre qu’hommes parmi les hommes, quel que soit notre statut du moment, nous ne sommes et nous ne serons que des hommes, des hommes simples. Ainsi, j’ai compris que parmi vous, à votre tête, je ne suis qu’un homme en mission », a-t-il déclaré dans une grande solennité. On le voit, de nos jours, pendant que les vertus d’humanité et de sagesse laissent le pas pour un de brutes et de violence aveugle,
où la grandeur d’âme est devenue bien rare, il est bien clair qu’avec ce discours d’humilité, prononcé par le président IBK, sur son état de santé, tout en profitant pour gratifier les uns et les autres de sa reconnaissance, il y a les stigmates d’un pur moment de partage et de communion, dont les Maliens ne sont pas prêts d’oublier de sitôt. Il en est de même, pour tous les autres, cités dans cet élan de reconnaissance du président IBK, qui seront franchement émerveillés par une telle marque de simplicité, venant d’un homme de pouvoir.
C’est en cela que l’adresse à la nation d’IBK, telle qu’elle a été reçue par ses compatriotes, a eu une dimension exceptionnelle, sur laquelle, bien évidemment beaucoup de Maliens qui, dans leur différence, se sont bien retrouvés en leur président, en convalescence en dehors du pays, et qui continuent à partager avec lui cette situation qu’il a vécue. Ces leçons d’humanité et de simplicité que le président IBK a su transmettre à ses compatriotes, et bien au-delà des frontières closes du pays, que trop souvent beaucoup, comme lui, oublient de généraliser au quotidien, en devenant des hommes de pouvoir, font, dans cette circonstance particulière, que le peuple vit en accord avec son souverain à qui il n’est pas étranger, en dépit des ors et des lambris de la république. D’ailleurs, le président IBK le traduit, en sa manière, lorsqu’il supporte cette solidarité unanime de ses compatriotes à une « belle interpellation qui m’a indiqué clairement qu’au-delà des nuances, des contingences, sur l’essentiel toujours, dans ce fabuleux pays, nous nous sommes retrouvés et plus que frères que jamais ». Eh bien ! C’est cela le Mali d’hier à aujourd’hui : quelles que soit les différences et éventualités, l’humain est d’abord et avant tout la principale valeur à privilégier. Ni les statuts officiels ou anonymes ni les temps n’ont pu altérer cette dimension réelle qu’on réserve à l’homme, dans sa posture de simples hommes, comme l’a si bien dit le président IBK.
De plus, le président IBK ne s’est départi, dans son adresse à la nation, de son rôle de rassembleur autour du pays et des défis auxquels il est confronté, en ce sens qu’il consent, en tant homme en mission, que chaque Malien a sa partition à jouer pour l’édification de la nation. C’est également un sens de transparence et de démocratie que laisse apparaitre le président IBK, à travers ce discours riche en sensibilités humaines, d’autant que le patient qu’il est, depuis Paris où il a reçu les soins médicaux, s’adresse à ses compatriotes pour leur dire que tout s’est bien déroulé. En assurant les Maliens sur l’état de sa santé, le président IBK, tel un rédempteur, énergique plus que jamais, demande à tous les Maliens, d’où qu’ils sont, de réaliser l’union sacrée autour du pays afin qu’il retrouve plus rapidement la place qu’il doit mériter au concert des nations. Avec le sens religieux qu’on lui connait, le président IBK est lui-même convaincu, en premier, pour ce grand dessein pour le pays, de jouer convenablement sa propre partition, en attendant que tous les efforts convergent pour la réalisation des défis cruciaux.

PAR Sékouba Samaké




Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *