Search
vendredi 26 février 2021
  • :
  • :

Mme Soukouna Diaminatou Fomba: « le soutien aux FAMa est une obligation pour tous les Maliens »

Cette originaire de Bana fait de la politique un véritable outil de développement. Et pour cause, elle est à l’origine des projets et infrastructures dans cette localité presque oubliée par les autorités compétentes.  C’est ce qui, selon elle, l’a convaincu à briguer un mandat de député dans le Cercle de Bougouni, pour atténuer la souffrance des populations de tout le cercle de Bougouni. Pour le thème de la journée du 8 Mars, Mme SOUKOUNA trouve que toute la Nation doit rendre hommage aux FAMa qui sont les principaux acteurs de la lutte contre cette guerre asymétrique.  Le 8 Mars qui coïncide avec l’ouverture des campagnes est une chance et un symbole fort pour les femmes, car c’est leur jour. Cela présage que cette année, les femmes seront à l’honneur lors de ces législatives.

J’ai déposé ma candidature par conviction personnelle. Ce n’est pas pour autre chose que je veux représenter ma communauté dans une des plus importantes instances de prise de décision. J’ai des ambitions pour cette communauté qui manque un peu de tout. Bien sûr j’ai pu réaliser quelques infrastructures avec mes modestes moyens et l’aide de certains partenaires qui ont cru en moi.  Pour la contrée de Bana, dont je suis originaire, nous avons deux communes rurales, à savoir Meridjèla et Dogo. La commune rurale de Méridjela était coupée en deux en période hivernale, à cause du manque d’infrastructures, notamment la route. Donc, les femmes n’avaient pas accès aux foires hebdomadaires ni au centre de santé qui, tous deux, se trouvent de l’autre côté du village.   Avec mes modestes moyens, j’ai pu faire un pont de 60 mètres pour pallier à ce problème.  En plus, j’ai fait construire des centres de santé dans les communes rurales de Dogo et de Maridjèla.  Et puis, j’ai fait construire des forages dans presque tous les villages des deux communes. En plus, j’ai pu ramener des programmes de développement dans les communs et pris en charge les apports personnels des villages, pour la réalisation des programmes.  C’est pour dire aux femmes et aux hommes politiques que c’est la personne qui est avec sa communauté en constance qui peut identifier les problèmes quotidiens auxquels elle fait face. Je suis confiante et très à l’aise dans ma circonscription électorale, puisque je suis avec ma base constamment.

Pour la journée du 8 Mars dont le thème nous interpelle toutes, je lance un vibrant appel à chaque femme d’être soldate de la paix dans sa communauté. Le soutien aux FAMa est une obligation pour tous les Maliens. Ils ont accepté le sacrifice ultime pour nous ! Rien ne vaut la vie, mais nos frères soldats acceptent de perdre leur vie pour sécuriser la nôtre.

Vive, les FAMa ! vive les femmes du Mali !




Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *