Search
vendredi 18 juin 2021
  • :
  • :

Mots pour maux: Kaou Djim, la chute du hibou

Le mot qui résumerait à lui seul la politique malienne est l’imprévisibilité! L’homme qui faisait la pluie et le beau temps à la CMAS vient d’être défenestrer du haut de sa tour en banco.
Le fondateur, l’artisan ou encore le Coordinateur Général de la Coordination des mouvements, associations et sympathisants des idéaux de Mahmoud Dicko vient de mordre la poussière. Il est poussé à la porte comme un malpropre par les membres de l’organisation avec la bénédiction de l’Imam Dicko!
Son offensive médiatique et politique de ces derniers jours a fortement joué contre lui. Djim a irrité l’Imam au plus haut degré en exposant sa fille devant les caméras.
Exposer et embrasser publiquement la fille d’un Imam très attaché aux principes wahabites a été la goutte qui a fait déborder le vase.
Des observateurs très avertis (comme Ousmane Ousmo Dembélé au passage) avaient déjà vu en ce geste un signe de la guerre qui couvait entre Djim et son mentor!
Ce n’était qu’une question de jours et de procédures selon un membre influent de la CMAS, les jours de Djim étaient comptés et son sort scellé.

Que sera Djim sans la CMAS ?
La plus grande perte politique pour le hibou serait sa répudiation politique par l’Imam. Sans la CMAS, son pronostique politique est désormais engagé. Mais Kaou Djim, vice-président du CNT, a déjà un petit capital. Vu la gestion qu’il en fait, il n’ira pas très loin s’il ne change pas de posture. Il lui reste également sa proximité avec les militaires acquise sous la couverture de l’Imam. Là aussi les voyants sont à l’orange. Les petites associations courtisanes qui lui miroitent monts et pouvoirs ne sauraient le tirer d’affaire s’il ne se repent pas auprès de son maître qui a fait de lui ce qu’il est!
Le cas Djim, l’une des révélations politiques de l’année 2020 est en passe d’être une leçon politique pour ceux qui veulent prier devant un imam fut-il leur beau-père! Cela ne se fait pas.
Par ailleurs, de par son immaturité politique, aucune formation ne voudrait avoir un membre aussi encombrant et sulfureux à l’image de Kaou Djim.
Dans un autre registre, certains voient en cet événement un énième manège et coup de baguette de l’Imam pour reprendre le terrain car voyant son organisation s’effriter de jour en jour.
La prochaine sortie publique de Djim nous en dira davantage sur la posture qu’il entend prendre. En attendant, le hibou passe un sale temps… une chute, ça fait toujours mal.

M. ASSORY




Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *