Search
dimanche 11 avril 2021
  • :
  • :

Observation du 2e tour des législatives: la Synergie 2020 fait le point

La synergie des organisations de la société civile et de la CNDH a animé, hier lundi 30 mars, un point de presse, à l’hôtel Radisson Blu sur le déroulement du 2e tour des élections législatives. La Synergie a profité de l’occasion pour faire des recommandations aux acteurs du processus électoral allant dans le sens de l’amélioration de l’organisation des élections au Mali.

Cette conférence de presse était animée par le chef de la Mission d’Observation électorale (MOE), le Dr Ibrahim SANGHO, en présence de plusieurs autres responsables de cette organisation.

De son exposé, il ressort que conformément à son rôle de contrôle citoyen neutre, impartial et professionnel, la Synergie 2020 a observé le scrutin du 2e tour des législatives au Mali tenu le 19 avril 2020, dans un contexte marqué par d’importants défis sanitaires, organisationnels et sécuritaires.

Pour ce faire, la MOE de la Synergie a déployé 71 Observateurs à long terme (OLT) et 1 030 Observateurs à Court Terme (OCT), dont 45 observateurs guides pour les sourds-muets, couvrant les 43 circonscriptions électorales du second tour. Elle a mis en place son dispositif au sein de l’hôtel Radisson Blu, ACI 2000, Bamako.

Comme lors du 1er tour, la Synergie a constitué trois chambres, dont les responsabilités et les rôles sont différents, mais intégrés dans un dispositif d’alerte, d’analyse et de réponse au monitoring du processus électoral. Il s’agit de la Chambre de décisions (leaders de la société civile et la CNDH), de la Chambre intermédiaire (analystes politique, sécurité, genre, handicap, électoral et juridique et la CNDH) et de la Chambre technique (les gestionnaires des données).

Se prononçant sur le déroulement, le chef de mission de la Synergie, Dr Ibrahima SANGHO, a rappelé que le scrutin législatif du 19 avril 2020 constitue une étape importante dans le processus de stabilisation politique et institutionnelle d’un pays fragilisé par une crise multidimensionnelle depuis 2012.

La campagne électorale, qui a débuté le 10 avril pour se clôturer le 17 avril, a été terne et surtout fortement affectée par les conditions sécuritaires et sanitaires (COVID-19) du moment.

Pour ce scrutin, la MOE a observé 2 318 bureaux de vote, le jour du scrutin.

Les observateurs de la Synergie ont noté que le matériel électoral était disponible et en quantité suffisante dans la plupart des bureaux de vote observés. Cependant, la mission a constaté le manque de produits sanitaires et hygiéniques liés à la pandémie du CORONA Virus et de matériel électoral dans certains centres de vote.

La MOE Synergie a constaté que dans les localités où le vote a eu lieu, le scrutin s’est globalement bien déroulé. Le secret du vote a été respecté dans tous les bureaux où les isoloirs étaient bien disposés. Les observateurs n’ont pas constaté une utilisation abusive des procurations. Des cas d’achats de votes et de spéculations sur les cartes d’électeur ont été constatés.

Au titre des incidents et dysfonctionnements, le Chef de la MOE Synergie 2020 a indiqué qu’il n’y a pas eu de vote dans plusieurs localités au centre et au nord du pays.

L’après-midi a été marqué par la démultiplication de la pratique d’achats de votes dans plusieurs centres à travers le pays notamment au centre Fa KEITA de Pelengana, cercle de Ségou ; au centre IJA de Faladiè en Commune VI du District de Bamako ; au Centre de vote des 1008 logements en Commune VI du District de Bamako ; Centre de vote Magnambougou projet en Commune VI du District de Bamako.

Si dans la plupart des bureaux (85 %), ces règles ont été respectées, les observateurs ont relevé que dans certains centres de Bamako, le public a été tenu à l’écart par les forces de l’ordre.

Selon la MOE, le taux de retrait des cartes d’électeur région par région, avant le Premier tour des législatives 2020, comme suit : Kayes : 70,29 % ; Koulikoro : 64,27 % ; Sikasso : 71 % ; Ségou : 73,39 ; Mopti : 62,52 % ; Tombouctou : 71,50 % ; Gao : 68,11 % ; Kidal : 53,13 % et Bamako : 24,56 %.

Le taux de participation global à la clôture du scrutin du dimanche dernier était de 23,22 %.

La mission a noté que 53,87 % des votants étaient des femmes.

En termes de recommandations, la mission invite le Gouvernement à la préservation des droits des électeurs et des candidats par leur sécurisation et la garantie de l’égalité de chance des candidats ; à la transparence du processus électoral ; à la prise de mesures pratiques afin de faciliter l’accès aux bureaux de vote des personnes vivant avec un handicap.

Il s’agit aussi de la transcription des noms des candidats et des partis politiques en braille sur les bulletins de vote.

La MOE appelle au renforcement de la confiance entre les principaux acteurs du processus ; la publication des résultats, bureau de vote par bureau de vote, au nom des principes de la transparence des élections et du droit à l’information ; la publication de la liste complète des bureaux de vote non fonctionnels et ceux ayant fermé avant l’heure, lors des deux tours des élections législatives.

Par ailleurs, le renforcement des capacités des agents électoraux ; la poursuite, en lien avec la société civile, des initiatives d’appels collectifs au calme des populations et de tous les acteurs politiques ; la réactivation du programme national d’éducation civique sont au nombre des recommandations de la MOE Synergie 2020.

Par Abdoulaye OUATTARA




Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *