Search
samedi 6 mars 2021
  • :
  • :

Oumar Mariko de retour dans l’espace Schengen: dénouement heureux d’une triste affaire

Quelques jours après son retour de Paris, sur invitation du Parti communiste français, le Dr Mariko a organisé, hier mercredi, une conférence de presse, au siège du parti SADI, pour exprimer sa reconnaissance à toutes les bonnes volontés de l’étranger comme de l’intérieur qui se sont impliquées pour le dénouement heureux de cette affaire.

La conférence était animée par le président du parti Solidarité africaine pour la démocratie et l’indépendance (SADI). Il avait à ses côtés, le secrétaire administratif, Nouhoum Keita, et celui chargé des relations extérieures, Yehia Mohamed Ag Ali.
Oumar Mariko a fait part de sa réjouissance et celle de son parti de voir lever enfin la mesure d’interdiction le concernant de voyager dans l’espace Schengen. Depuis le 3 juin dernier, cette affaire est un triste souvenir pour son parti et lui-même. Ainsi, ce contentieux autour du Visa français de l’honorable Oumar Mariko ne suscitera plus de gorges chaudes. Aussitôt le visa obtenu, l’honorable Oumar Mariko, président du parti SADI s’est envolé pour Paris où il a participé aux activités du Parti communiste français, dont il était l’invité pour la 9e fois.
Cette levée d’interdiction a été possible grâce à l’implication de bonnes volontés tant étrangères qu’intérieures. Mais, le conférencier a beaucoup insisté sur ses soutiens en France au sein particulièrement du Parti communiste français (PCF) et en Allemagne au sein du parti gauche Die Lieke qui n’ont cessé d’interpeler les gouvernements de leur pays respectif jusqu’au rétablissement de cette confiance qui a permis ce dénouement heureux.
Il faut noter qu’à la suite de l’interdiction de visa de l’espace Schengen à Oumar Mariko et à Aminata Dramane Traoré, le Parti communiste, dans un communiqué en date du 18 avril 2013, protestait en ses termes:
«Le PCF élève une vive protestation et exprime sa forte inquiétude sur les atteintes à la libre circulation de personnalités maliennes. Aminata Traoré et le docteur Oumar Mariko, secrétaire général du Parti “Solidarité Africaine pour la Démocratie et l’Indépendance” invités à une conférence, organisée à Berlin, par la Fondation Rosa Luxemburg, le Journal Allemand de Gauche PROKLA et l’Association AfricAvenir sur le thème “Le Mali à la croisée des chemins : Après l’intervention militaire et avant les élections”, se sont vues refuser par les Services consulaires français de Bamako une demande de visa pour circuler en Europe. Après de nombreuses protestations, Madame Aminata Traoré a pu obtenir son visa, mais Oumar Mariko n’a toujours pas la liberté de circuler. Il était aussi attendu pour une intervention au Parlement européen à Bruxelles sur la crise au Mali.
Il semblerait que les raisons avancées par les services du Consulat de France à Bamako auraient été fondées par les prises de position des deux leaders maliens inscrits sur une “liste informelle de personnes interdites de voyages en France pour leur soutien présumé au Capitaine Sanogo”.
Aussi, le PCF rappelle-t-il, la liberté de circulation est le droit de tout individu reconnu dans la Déclaration universelle des Droits de l’Homme.
Mme Danielle Jonckers, chercheure à la retraite et professeur honoraire de l’Université libre de Bruxelles, dans une Lettre ouverte au Président de la République française, en date du 7 mai 2013, écrivait aussi :
«C’est avec stupéfaction et tristesse que j’ai appris le refus de visa, l’interdiction du territoire français et, par extension, de l’espace Schengen, à l’écrivaine Aminata Traoré, ancienne ministre de la Culture du Mali et au Dr Oumar Mariko, Secrétaire Général du parti Solidarité Africaine pour la Démocratie et l’Indépendance (SADI), ancien député de l’opposition à l’Assemblée nationale, plusieurs fois candidat aux présidentielles ».
Elle ne pense pas moins que cette interdiction de visa a des liens avec les prises de position tranchées de ces deux personnalités, dans notre pays avant d’appeler les autorités françaises à éviter toute forme d’atteinte à la liberté d’expression et de circulation.
«Au nom des droits de l’homme, je vous demande, Monsieur le Président, de ne pas entraver à la liberté d’expression et de circulation de tous ceux qui, comme Aminata Traoré et Oumar Mariko, aspirent à l’amélioration du sort des populations et à un monde meilleur», conclut-elle.
À toutes ces bonnes volontés physiques et morales «nous adressons nos sincères remerciements et reconnaissances», a martelé le conférencier.
Oumar Mariko, selon ses propres informations, a profité de ce séjour parisien pour aller à la rencontre des Maliens en France et scanner la gouvernance malienne. Il a organisé un meeting le 12 juin 2016 à la mairie de Montreuil.
La question de visa du Dr Oumar Mariko a également fait l’objet de débats et d’interpellation à l’Assemblée nationale dont la dernière (questions orales) a été faite par l’honorable Amadou Araba Doumbia au ministre des Affaires étrangères, représenté par son homologue des Maliens de l’extérieur, Abdramane Sylla, en mai dernier.
Voici ses questions au ministre : “Confirmez-vous que l’Ambassade de la France a refusé le visa à l’Honorable député Oumar Mariko ? Si Oui, êtes-vous d’accord avec l’ambassade de la France de refuser le visa à un député sur la base d’une simple déclaration à la presse qu’il est poursuivi de meurtre ? Monsieur le ministre qu’est-ce que l’État malien reproche à l’Honorable Oumar Mariko, président du Parti SADI ? Monsieur le ministre qu’est-ce que vous reprochez personnellement à l’Honorable Oumar Mariko ? Pensez- vous que cet homme mérite un tel traitement au Mali ?”
Le secrétaire aux relations extérieures du SADI a expliqué que les rumeurs avaient plus contribué à pourrir les relations entre Oumar Mariko et les services de visa de la France que les faits, en raison de la nature de ceux qui tiennent les rouages actuels de notre pays. En fait, beaucoup d’allégations avancées çà et là n’étaient fondées sur aucune réalité, a-t-il regretté.

Par Sidi Dao




Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *