Search
lundi 1 mars 2021
  • :
  • :

Police nationale: le DG dresse pour l’année 2016

Sur 9 189 patrouilles réalisées à travers le district de Bamako et dans les régions avec 48 782 éléments déployés, les agents de police ont pu interpeler 10 804 personnes suspectes au cours de l’année écoulée, saisi 9 018 engins… Ce bilan reluisant de l’année écoulée et les perspectives 2017 ont été présentés, hier mercredi 1er février, aux journalistes lors d’une conférence de presse, à direction nationale de la police à ACI 2000.

La conférence était animée principalement par le Directeur général, Moussa Ag INFAHI.
Pour patron de la police nationale, 2016 a été une année charnière pour la police, durant laquelle les services de la police ont été massivement mobilisés dans toutes les localités du pays. Il s’est réjoui de la tenue dans de bonnes conditions sécuritaires du Sommet Afrique-France de même que l’organisation de la 12e conférence de l’Union parlementaire de l’OCI qui a été aussi une réussite.

Les prouesses de la police en 2016
Pour assurer la sécurité des populations, le DG de la Police a informé que ses agents ont réalisé 5 616 patrouilles dans le district de Bamako contre 3573 dans les régions, soit 9 189 patrouilles ; 36 035 agents déployés dans le district de Bamako contre 12 747 dans les régions, soit 48 782 éléments déployés. Ces mobilisations ont permis d’interpeler 8 360 personnes à Bamako, contre 2 444 dans les régions, soit 10 804 personnes interpellées ; 6 609 engins saisis, dont 6 138 à 2 roues et 471 véhicules (4 roues) à Bamako. Dans les régions, c’est 2 409 engins, dont 2 209 à 2 roues et 200 à 4 roues qui ont été saisies, soit un total de 9 018 engins saisis.

Les accidents de la circulation routière
Selon le conférencier, le nombre d’accidents enregistrés en 2016 est de 2 625 dans le district de Bamako contre 1 086 dans les régions, soit 3 711 accidents de circulations. Le nombre de blessés se chiffre à 1 432 à Bamako contre 1 062 dans les régions, soit 2 494 blessés. Quant au nombre de dégâts matériels, l’on dénombre 3 480 à Bamako, contre 678 dans les régions, soit 4 158 accidents avec dégâts matériels. Le nombre de morts enregistrés s’élève à 118 à Bamako, contre 68 dans les régions, soit 186 morts. Le conférencier a précisé que ces statistiques concernent uniquement celle enregistrée par la police.
Selon le contrôleur général de police, Moussa Ag INFAHI, la police a déployé d’énormes efforts pour donner le maximum de cartes nationales d’identité aux populations. Ainsi, 116 027 cartes ont été établies à Bamako contre 35 298 dans les régions, soit 151 325 cartes nationales d’identités établies. Pour la confection des cartes d’identité, les recettes générées s’élèvent à 116 027 000 FCFA pour le district de Bamako, contre 35 298 000 pour les régions, soit 151 325 000 FCFA.
Quant aux amendes forfaitaires payées, elles s’élèvent à 73 310 000 FCFA dans le district de Bamako contre 17 480 300 FCFA pour les régions, soit 90 790 300 FCFA d’amendes perçues.
10 392 personnes interpellées en 2016
Au titre de la police judiciaire, l’on retient du Directeur général que 10 392 personnes ont été interpellées ; 5 158 personnes déferrées ; 955 perquisitions faites ; 1 739 descentes de policières ; 157 saisies d’armes à feu de tout calibre ; 502 personnes signalées. À ces chiffres, s’ajoutent d’importantes quantités de drogues saisies, dont 2t742 kg 600g de cannabis ; 767 doses de crack (un dérivé de la cocaïne), 861 kg 300 g de faux produits pharmaceutiques. Le DG a mis l’accent sur l’arrestation du nommé Oumar DOUMBIA, un tueur en série qui a froidement abattu 5 personnes. Il a également informé sur la saisie d’importants faux billets de banque, d’une valeur de 1 533 500 FCFA.
Quant aux infractions constatées, elles ont essentiellement porté sur la présomption de participation à une organisation terroriste, assassinat, tentative d’assassinat, homicide, vol, abus de confiance, escroquerie, faux et usage de faux, détention de faux billets, pédophilie, attentat à la pudeur, viol, enlèvement d’enfants, trafic de stupéfiants, association de malfaiteurs, coups de blessures volontaires, trouble à l’ordre public…
Le DG de la police a noté que les patrouilles, les descentes de police et perquisitions ont permis de démanteler plusieurs réseaux de malfaiteurs. Un exploit qui, dit-il, a permis de freiner la recrudescence de la criminalité dans notre pays.

Les efforts du gouvernement salués
AG INFAHI reconnait volontiers que ces missions ont été réalisées grâce à la grande motivation des agents, qui ont accompli ces missions avec professionnalisme. Comme preuve, souligne-t-il, au cours de l’année 2016, le gouvernement, à travers le ministère de la Sécurité et de la Protection civile, a amélioré les conditions de travail des agents de la police. Selon lui, la situation matérielle a été revue à la hausse avec un nombre important de véhicules, de motos et des infrastructures réalisées. Toujours dans le cadre de la motivation des fonctionnaires, il a indiqué que des primes et indemnités ont été accordées. Des primes qui concernent le logement revu à la hausse, l’amélioration des primes de responsabilité au niveau de certains postes…
Au sujet des infrastructures, il a informé qu’au-delà du commissariat de Kalaban-Coro qui a été inauguré, le deuxième commissariat de Kati, de Moribabougou, de Sotuba, d’Ansongo, de Ménaka sont terminés. Ce qui lui fait dire que la politique de maillage du territoire national par la police se poursuit normalement. Avant d’assurer que la police continuera à accompagner le retour de l’administration dans les régions du Nord.
Le conférencier a souligné que la police malienne s’adapte de plus en plus aux nouvelles menaces qui planent sur notre pays. Dans ce contexte, des unités sont spécialisées dans lutte contre le terrorisme, dans le déminage…
« Très bientôt, il y aura la sortie de 2 000 éléments de police qui sont en formation alors que d’autres recrutements sont attendus. Aussi, il y aura l’organisation très prochaine d’un concours professionnel au niveau de la police qui permettra aux sous-officiers et inspecteurs qui répondent aux critères de se faire valoir », a affirmé le DG Moussa Ag INFAHI.
Le conférencier a exprimé sa satisfaction du travail accompli par ses services qui sont aujourd’hui en mesure de contrecarrer plusieurs types de menaces avant de saluer les efforts colossaux du gouvernement pour mettre la police nationale dans de meilleures conditions de travail.

PAR MODIBO KONE




Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *