Search
dimanche 9 mai 2021
  • :
  • :

Poliomyélite: la découverte d’une souche « sauvage » ravive des craintes

Le Mali est en « état d’alerte » après la confirmation de la présence de la souche de polio vaccinale « sauvage » sur certains sites, à travers le pays. Selon les responsables des services du développement social, des analyses d’échantillons envoyés à l’extérieur (Ghana) a confirmé la présence de ce virus dans plusieurs sites, à travers la ville de Bamako, notamment la rivière Tienkolékô de Baconi (Commune I), le Diafaranakô (Commune III) ; le Woyo-wayankokô (Commune IV) ; ainsi qu’à Ménaka et Kita en plus de Sikasso.

L’information de a été donnée ce vendredi 4 décembre 2020, par le Chef du service local du développement social et de l’économie solidaire (SLDSES) de la commune I, Hamadoun TRAORE. C’était à l’occasion d’une séance de débriefing des médias sur le lancement de la semaine de vaccination contre la polie en commune I ; dans les locaux de son service à Korofina-Nord. Il avait à ses côtés, la représentante de l’UNICEF, Mme Aicha Walet Ibrahim, ainsi que certains superviseurs.
Cette semaine qui se déroule, du 4 au 7 décembre 2020, sera suivie de deux jours de ratissage les 8 et 9 décembre 2020.
Le virus détecté est génétiquement lié à une souche de polio sauvage confirmée par des laboratoires du Ghana. Pour le conférencier, le dernier cas de polio virus sauvage au Mali remonte au 11 juin 2011 à Goundam, région de Tombouctou. Quant à la capitale, on n’a plus entendu parler de ce virus, depuis 30 ans.
Même les enquêtes au sein des populations riveraines de ces différentes localités ont prouvé qu’il n’y a eu aucune transmission pour le moment, les enfants, les autorités sont en état d’alerte maximale pour protéger les enfants de cette maladie invalidante.
Pour faire face à la situation, a-t-il expliqué, le Gouvernement du Mali, en collaboration avec l’Unicef et l’OMS, a initié une semaine locale dans chacune des zones concernées à l’attention des tous nos enfants âgés de 0 à 5 ans pendant ta campagne, car, seule la vaccination protège.
Parlant de la campagne proprement dite dans le ressort de sa commune, l’ancien leader estudiantin, Hamadoun TRAORE, a fait savoir que les opérations administration de la dose de vaccin vont se dérouler du 4 au 7 décembre 2020. Elles seront suivies d’une opération spéciale de ratissage de deux jours (8 et 9 décembre 2020).
Selon lui, les cibles de cette opération sont les enfants de moins de 5 ans qui représentent les 20% de la population totale de la commune estimée à 474 437 habitants.
La présente campagne, dont l’objectif est de vacciner au moins 50% de la population cible, a mobilisé 322 relais, 64 crieurs publics.
Avant le démarrage de la campagne, a expliqué M. TRAORE, les relais, les mobilisateurs ainsi que les femmes leaders sont passés dans les familles.
Selon lui, chaque 3 mois, des échantillons sont prélevés sur chacun des sites potentiellement favorables à la prolifération dudit virus par les services spécialisés, à travers tout le pays.
Avant de terminer, il a lancé un appel à la vigilance des parents des enfants pendant cette période de froid généralement favorable aux maladies transmissibles comme la polio et le Coronavirus.
Les efforts mondiaux de santé publique se poursuivent pour éradiquer la poliomyélite en vaccinant chaque enfant jusqu’à ce que la transmission du virus cesse et que le monde soit débarrassé de la poliomyélite.
La poliomyélite a été déclarée urgence de santé publique de portée internationale (PHEIC) par l’Organisation mondiale de la santé (OMS), le 5 mai 2014 en raison des préoccupations liées à la circulation accrue et à la propagation internationale du poliovirus sauvage en 2014.
Le comité d’urgence du Règlement sanitaire international (2005) a déclaré que le risque de propagation internationale du poliovirus reste une urgence de santé publique de portée internationale (PHEIC).

Par Abdoulaye OUATTARA




Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *