Search
dimanche 24 octobre 2021
  • :
  • :

Prochaine présidentielle: l’ambition de l’ADR pour ABD

Le président de l’Alliance des démocrates rénovateurs (ADR), Tamba DANGNOGO, a animé le mercredi dernier une conférence de presse au Grand hôtel de Bamako. Lors de cette rencontre, il a affirmé son soutien à la transition et s’est désolidarisé de la position des acteurs politiques qui veulent, vaille que vaille, la tenue de la présidentielle en février 2022.

Le conférencier principal était Tamba DANGNOGO qui avait à ses côtés plusieurs membres de l’ARD, un regroupement politique d’une vingtaine de partis politiques ayant appelé le 7 août dernier à la candidature du président d’honneur de l’ADP-Maliba, Aliou Boubacar DIALLO à la prochaine présidentielle.
Lors de sa conférence, le président DANGNOGO a rappelé que le regroupement, suite à son appel, a été reçu par Aliou Boubacar DIALLO.
«Il nous a affirmé que notre appel sera entendu. On ne peut pas dire tout de suite qu’il sera candidat. Parce que Aliou Boubacar DIALLO est membre d’un parti politique qui a des textes à respecter. C’est la conférence nationale du parti qui doit choisir. Alors, il attend cette rencontre pour répondre à notre appel », a précisé le conférencier.
En attendant, l’ADR travaillera comme s’il était déjà le candidat de l’ADP-Maliba, a indiqué M. DANGNOGO.
A cet effet, le regroupement est en train de finaliser son plan d’action pouvant le faciliter l’atteinte de leur objectif : élire Aliou Boubacar DIALLO dès le premier tour à la prochaine présidentielle.
« Nous allons nous battre à partir de cet instant pour que notre candidat puisse passer dès le premier tour aux élections de 2022. A partir d’aujourd’hui, l’ADR est au service de l’ADP-Maliba », a-t-il déclaré, tout en annonçant que l’ADR prévoit de tenir sa conférence régionale très prochainement dans la région de Kayes.
Outre ce point, la rencontre a été l’occasion d’aborder avec la presse l’actualité politique marquée par le débat sur le délai imparti de la transition, les Assises nationales de la refondation, la création d’organe unique de gestion des élections.
Abordant le respect du délai de la transition qui divise la classe politique, l’ADR, pour sa part, n’est pas dans une logique de forcer la tenue des élections.
« Nous sommes l’un des premiers regroupements politiques à aller à Kati pour exprimer notre soutien à la transition. Nous réitérons ce soutien.», a indiqué le conférencier.
Par ailleurs, si l’ADR est favorable à la tenue des élections, mais pas à tout prix.
« Notre position est très claire. On veut des élections claires, pas des élections en précipitation », a-t-il déclaré.
Quant à la mise place de l’organe unique de gestion des élections, le président de l’ADR affirme que le temps imparti de la transition est insuffisant.
« Si on doit faire les élections le 27 février 2022, en tant qu’ancien membre de la CENI (Commission électorale nationale indépendante), ce n’est pas facile de mettre en place l’organe unique de gestion des élections, le temps est court. On ne connait pas les modalités de mise en place de l’organe unique de gestion des élections », a expliqué le conférencier.
Enfin, pour la tenue des Assises nationales de la refondation, l’ADR si elle est sollicitée, jouera sa participation.
« Nous allons participer aux assises pour donner notre point de vue », a affirmé M. DANGNOGO.

PAR SIKOU BAH




Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *