Search
vendredi 30 juillet 2021
  • :
  • :

Prolongation du faux débat sur l’organe unique: qui manipule entre Choguel et Tiebile ?

Il semble se jouer sous nos yeux, presque en direct, une sorte de jeu de Poker menteur entre le Premier ministre Choguel Kokalla MAIGA et Tiébilé DRAME le président du PARENA. Le mercredi 7 juillet 2021, le Premier ministre Choguel Kokalla MAIGA comme s’il avait encore du temps à gaspiller inutilement malgré les vraies urgences qui l’assaillent, a reçu Tiébilé DRAME du PARENA, venu tenter de lui filer entre les mains, sa marchandise politique d’« organe transitoire de gestion des élections ».

Ainsi donc, au mépris manipulateur des conclusions de l’Atelier des 29 et 30 juin 2021 qui, en toute connaissance de cause, avait sagement conclu à son impossibilité fonctionnelle dans le restant de délai imparti à la Transition, le PARENA ex fidèle de l’ex-Président déchu IBK, continu, à l’instigation de son inamovible patron Tiébilé DRAME, de faire de la question de l’organe unique, son petit fonds de commerce politicien.
Il ne s’agit rien d’autre en effet que de querelle politicienne. Qui renvoie finalement à la question de fond qui est de savoir qui manipule qui entre Choguel Kokalla MAIGA et Tiébilé DRAME ?
Pourquoi l’un et l’autre, à travers l’objet inapproprié de cette rencontre, tentent de remettre sur la table une question déjà traitée et tranchée dans le cadre d’une procédure inclusive ?
CHOGUEL KOKALLA MAIGA AURAIT-IL DU MEPRIS POUR L’EXERCICE DEMOCRATIQUE DE LA GESTION INCLUSIVE ?
C’est la question désormais inévitable qui interpelle le nouveau Premier ministre Choguel MAIGA en rapport avec le dossier de l’organe unique. Certes, sa position politique dans sa triple dimension MPR, FSD et M5-RFP est restée favorable à l’organe unique ici et maintenant.
Mais c’est à Choguel Kokalla MAIGA Premier ministre de la République que nous avons désormais à faire. Un premier ministre qui avait lui-même inscrit l’option de l’organe unique dans un processus décisionnel concertée à travers la tenue de l’Atelier de réflexion des 29 et 30 juin 2021.
Pourquoi, alors que ledit atelier a déjà tranché et que le débat sur l’organe unique est clos, le Premier ministre Choguel Kokalla MAIGA se permet-il de rouvrir le même dossier ?
Faut-il comprendre par cette attitude que l’Atelier de réflexion n’était pas sincèrement participatif et qu’il n’était attendu d’elle que la validation pure et simple de la volonté du Premier ministre, comme une sorte de concertation- validation d’une décision déjà actée par lui-même ?
C’est assez troublant de la part de celui qui promet de la gouvernance vertueuse aux Maliens!
LA CLASSE POLITIQUE SOUS LA DOUBLE TUTELLE DE TIEBILE DRAME ET DE SON PARENA ?
C’est tout aussi troublant de voir un parti politique comme le PARENA, inféodé à l’ancien régime déchu de IBK qu’il avait soutenu jusqu’au sacrifice ultime, prétendre venir jouer les premiers rôles dans une Transition de changement.
En vérité, le PARENA procède comme un pêcheur en eau trouble. Dans le fond, l’organe unique qu’il propose sous le vocable mystificateur d’« organe transitoire de gestion des élections » reste exactement dans le schéma institutionnel classique de l’organe unique tel que rejeté lors de l’Atelier. Il n’a absolument rien de spécifique par rapport à ce schéma que les « experts électoraux » qui n’ont jamais organisé la moindre élection dans toute leur vie, s’évertuent vainement à nous vendre.
Le PARENA se considèrerait-il en fin de compte comme la tutelle des sensibilités de la société civile et de la classe politique réunies à l’atelier de réflexion des 29 et 30 juin 2021 ? Cette question interpelle également. Car le voilà qui se permet de rouvrir un faux débat clos suite à un atelier auquel il avait participé sans convaincre personne, que fut celui de la création précipitamment bricolée d’un organe unique de gestion des élections.
L’activisme du PARENA sur cette question déjà tranchée est difficile à avaler, quand on a vu se parti couché dans le nid douillet du régime «autiste» de IBK, en hibernation totale face aux cris du peuple sous l’amplificateur du M5-RFP. L’activisme du PARENA sur la question de l’organe unique est d’autant plus suspect que c’est bien ce même parti, à l’époque abonné à la grande soupe clanique de IBK, qui avait juré sans broncher comme les autres participants au DNI, qu’il fallait un minimum de 4 ans (2020-2023) pour instituer un organe unique de gestion électorale au Mali.
Et dire que ce parti qui s’agite tant ne pèse électoralement que d’un poids plume dont la réalité ne saurait se dissoudre dans les incantation sur les fraudes supposées ou réelles dans le processus électoral de notre pays.

Dr Brahima FOMBA, Université des Sciences Juridiques et Politiques de Bamako (USJP)




Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *