Search
mercredi 3 mars 2021
  • :
  • :

Propagation de la COVID-19 au Mali: des religieux s’impliquent dans la sensibilisation

Le Conseil interreligieux pour la paix et la cohésion sociale au Mali (CIPCS) a animé, le mercredi 9 décembre, au Centre Foi et Rencontre à Hamadallaye, une conférence de presse sur le thème : ‘’conception et diffusion de messages de sensibilisation sur la COVID-19’’. Les conférenciers étaient le Dr Boubacar Sidiki Ibrahim DRAME de la Cellule technique de l’hôpital du Mali ; le Dr Yacouba DIALLO, Président de la jeunesse évangélique et médecin à l’hôpital du Mali ; Issa TRAORE, Coordinateur du Conseil interreligieux ; Père Hayo missionnaire d’Afrique, responsable du Centre Foi et Rencontre…

A travers cette conférence de presse, des leaders de toutes les confessions religieuses du Mali, réunis au sein du Conseil interreligieux pour la paix et la cohésion sociale au Mali, ont lancé un appel au strict respect des mesures barrières, seuls moyens de protection efficaces pour le moment.
Il s’agit entre autres : laver les mains au savon et ou usage d’un gel hydro-alcoolique ; éviter le contact fréquent de la main avec l’œil, le nez et la bouche ; utilisation de mouchoirs à usage unique ; port du masque au moment de tout contact humain ; respect de la distanciation sociale au minimum 1 mètre ; tousser ou éternuer dans le coude ; en cas de constat des symptômes de la COVID-19 informer au plus vite le service santé le plus proche.
Les responsables du Conseil interreligieux estiment qu’avec le respect de ces mesures nous pouvons sauver nos vies et celles des autres.
Dans son exposé, le Dr Boubacar Sidiki DRAME a affirmé que la COVID a toujours existé et n’a jamais inquiété l’humanité si ce n’est en 2019. Selon lui, les versions antérieures étaient moins graves que cette version apparue en 2019. Il a mis l’accent sur le respect des mesures barrières, surtout le port du masque et le lavage régulier des mains au savon.
Selon les explications du Dr DRAME, 30% des personnes qui portent le virus de la COVID ne manifestent aucun signe peuvent contaminer d’autres personnes. « Le mal est là et nous sommes envahis. Notre politique de dépistage n’est pas à hauteur de souhait. Il faut que les personnes contacts fassent le test de façon volontaire », a lancé le Dr DRAME, avant de témoigner que les chiffres officiels communiqués ne sont rien face à la réalité.
« L’hôpital du Mali où je travaille est débordé malgré que les cas moins graves sont libérés. Il ne faut pas qu’on soit un lien pour exposer les autres en banalisant cette maladie » a sensibilisé le Dr DRAME.
Abondant dans le même sens, le Dr Yacouba DIALLO a affirmé qu’il ne faut pas qu’on se leurre, car la réalité est toute autre. Il a souligné que les religieux doivent prendre cette maladie au sérieux. Aux dires du Dr DIALLO, actuellement des imams et des pasteurs sont hospitalisés avec la forme grave de la COVID-19. Aussi, a-t-il précisé que les patients qui décèdent à cause de la COVID ne sont pas que des vieux. C’est pourquoi il a appelé les jeunes à s’impliquer davantage pour se protéger et protéger les autres.
Le Conseil interreligieux pour la paix et la cohésion sociale au Mali envisage d’organiser dans les jours à venir des actions de sensibilisation surtout dans les milieux religieux qui sont souvent réfractaires aux mesures barrières.
Soulignons que le Conseil interreligieux pour la paix et la cohésion sociale au Mali est un regroupement qui se donne comme ambition d’apporter sa contribution dans les domaines de la culture, de la paix et du dialogue interreligieux.

PAR MODIBO KONE




Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *