Search
lundi 18 décembre 2017
  • :
  • :

Protection des consommateurs : La DNCC détruit pour plus de 45 millions de produits périmés

La Direction nationale du commerce et de la concurrence (DNCC) a procédé avant-hier, à l’incinération d’une trentaine de tonnes de produits alimentaires périmés, en présence de l’huissier de justice, Mamy SIDIBE et de deux représentants du Commissariat de police de Kati où s’est déroulée l’opération.

Selon le Directeur national de la DNCC, les produits saisis par ses services techniques et qui ont fait l’objet de destruction se composaient de : 255 cartons de cube Délice ou Délicube, soit 6 tonnes pour une valeur estimée de 8 200 000 FCFA ; 20 cartons de thé noir, soit 100 kg, pour une valeur estimée à 325 000 FCFA ; 20 fûts de 200 litres d’huile de cuisine, soit 8 tonnes 600 kg, d’une valeur estimée à 9 800 000 FCFA ; 15 tonnes 300 kg de produits alimentaires divers composés de lait, de conserves de boissons, de biscuits.

Au total, a fait savoir M. KEITA, ce sont 30 tonnes de produits périmés qui ont été saisies et détruites devant huissier et représentants des forces de sécurité. La valeur de ces produits, a-t-il fait savoir, est de plus de 45 millions de FCFA.

Modibo KEITA a expliqué que c’est dans le cadre de la protection des consommateurs que les équipes de la DNCC ont saisi dans les magasins et sur le marché une quantité importante de produits dont les dates de péremption sont largement dépassées. Ce sont des produits, a-t-il souligné, dont la consommation peut créer des problèmes de santé très graves.

Quant aux auteurs des actes délictueux de mise sur le marché de produits périmés, ils ne s’en sont pas tirés indemnes. Et pour cause, a soutenu le Directeur national de la DNCC, de lourdes amendes leur ont été infligées. Il n’a pas manqué de mettre en garde tout récidivisme qui se retrouverait devant les tribunaux pour répondre de son acte.

L’occasion était bonne pour M. KEITA d’interpeller les acteurs du monde du commerce quant à leur responsabilité personnelle vis-à-vis de la santé des consommateurs : « Malgré la libéralisation du commerce, il doit y avoir la morale, de l’éthique dans les affaires. Les opérateurs économiques qui se livrent à des pratiques de ce genre devraient savoir éviter d’importer des produits pour nuire à la santé de la population ».

Conscient qu’il revient également aux consommateurs de veiller à la bonne qualité de ce qu’ils achètent sur le marché, le Directeur de la DNCC a aussi lancé un appel pressant : « Aussi demandons-nous aux consommateurs d’être plus vigilants. Lorsqu’on leur propose des produits ; ils doivent être plus attentifs sur la date de péremption, parce qu’il arrive que des opérateurs malveillants aillent jusqu’à transformer les dates de péremption ».

En guise de rappel, le Directeur de la DNCC a fait savoir que c’est suite à une instruction du Premier ministre de retrait du marché des produits périmés, en mai dernier, que ces opérations sont menées par ses équipes. Aussi, a-t-il précisé, ne s’agit-il pas d’une première du genre et certainement pas la dernière. Et, pour cause, a soutenu Modibo KEITA, les opérations de retrait et de destruction des produits périmés vont s’étendre sur la durée, parce que cela fait partie des missions de la DNCC. Une mission qui, a-t-il martelé, s’appuie sur le principe selon lequel le consommateur a le droit d’être protégé. « Il a droit à accéder à des produits sains, nonobstant la libéralisation du commerce », a soutenu le Directeur de la DNCC. C’est pourquoi il a conclu : « Donc nous veillerons à ce que les produits qui seront vendus sur le marché soient des produits de bonne qualité, des produits vraiment aptes à la consommation ».

Par Bertin DAKOUO




Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *