Search
dimanche 9 mai 2021
  • :
  • :

Protection des écoles en période de conflits armés : des journalistes outillés !

Le ministère de l’Éducation nationale a organisé, le vendredi 04 décembre 2020, un atelier de formation sur le concept de la sécurité dans les écoles en période de conflits, à l’hôtel du Mandé, en collaboration avec la direction nationale de l’enseignement fondamental. Au total, trente-cinq participants ont pris part à cette session de renforcement des capacités. Les travaux d’ouverture étaient présidés par Mahamadou KEITA, directeur national de l’enseignement fondamental en présence des représentants des partenaires de l’école, dont l’ONG Save the Children.

L’objectif visait selon les organisateurs, à renforcer les capacités des journalistes sur les thématiques de l’approche sensible aux conflits et partager le contenu de la Déclaration sur la sécurité dans les Écoles et ses lignes directrices.
Les conflits armés continuent à détruire non seulement les infrastructures scolaires dans de nombreux Pays, dont le Mali. Ces conflits entravent également les espoirs et les ambitions de toute une génération d’enfants. Au regard de la situation, la communauté internationale s’est penchée sur la question en Norvège, à l’occasion d’une conférence internationale tenue en 2015.
En 2019, selon les statistiques du ministère de l’Éducation nationale, 69 attaques ont été faites contre des écoles au Mali.
Au total, 1230 écoles sont non fonctionnelles au Mali, selon un cadre du ministère de l’Éducation nationale, depuis le mois de septembre 2020. La source a également précisé que ces chiffres varient du jour au lendemain. Parce qu’une école fermée peut être rouverte, comme une école rouverte peut être fermée, à cause des conflits armés. Ensuite, 2402 enseignants sont victimes des conflits armés au Mali.
À l’issue de cette rencontre, un document a été élaboré pour protéger les écoles en temps de conflits intitulé : « Déclaration sur la sécurité dans les écoles (DES) ».
« L’utilisation d’établissements d’enseignement à des fins militaires peut accroitre le risque d’enrôlement et d’emploi d’enfants par des acteurs armés ou exposer les enfants et les jeunes à des abus ou exploitations à caractère sexuel. Elle peut en particulier augmenter le risque d’attaques contre les institutions dédiées à l’éducation », indique la Déclaration sur la sécurité dans les écoles.
Pour rappel, le Mali a signé cette Déclaration le 1er février 2018, comme l’expression de sa volonté politique d’assurer la protection et la continuité de l’éducation en période de conflits armés. C’est dans ce contexte que le gouvernement du Mali a mis en place un comité de suivi de cette « Déclaration »pour opérationnaliser son engament. Ensuite, ce comité de veille a été élargi en décembre 2019 dans les régions les plus concernées par le conflit, à savoir Mopti, Tombouctou et Gao.
Cette année 2020, le renforcement des capacités des acteurs concernés par la mise en œuvre de la DES est une volonté du Comité de suivi pour la mise en œuvre de la Déclaration au Mali.
Ainsi, les hommes médias, à l’issue de cet atelier, ont été mieux outillés non seulement sur l’approche sensible aux conflits, mais la protection des écoles en période de conflits en opérationnalisant des lignes directrices de la déclaration sur la sécurité dans les écoles.

Par SABA BALLO




Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *