Search
dimanche 11 avril 2021
  • :
  • :

Radiation de 53 membres du PRVM-FASOKO: plusieurs sections dénoncent la violation des textes !

Suite à la décision de radiation de 53 membres du Parti par Mamadou Oumar SIDIBE, président sortant du Bureau exécutif national de 2016, les délégués membres du Bureau exécutif national et contestataires du congrès du 26 décembre 2020 ont organisé un point de presse, ce jeudi 18 février 2021, au siège du Parti, à Boulkassoumbougou, en commune I pour dire non à la décision.

Les principaux animateurs de ce point de presse étaient Souleymane SAMAKE, membre du bureau exécutif national sortant et également secrétaire général de la section de Dialakorodji et Abdoul Karim GOITA, secrétaire chargé aux questions électorales du bureau exécutif national sortant.
Le but de la rencontre, selon les initiateurs, était de dénoncer la ‘’violation flagrante’’ des dispositions des Statuts et du règlement intérieur du Parti par le président sortant Mamadou Oumar SIDIBE.
Dans leurs explications, les conférenciers ont déclaré que l’exclusion des 53 membres du Parti pour la restauration des valeurs du Mali (PRVM-FASOKO) était une violation des textes du Parti. En effet, les animateurs du point de presse ont fait savoir que l’article 38 du règlement intérieur stipule: ‘’les niveaux de sanctions applicables peuvent être : le blâme, l’avertissement, la suspension, la dissolution et l’exclusion’’.
Pour les conférenciers, ces sanctions sont proposées par les structures de base à des fautes commises, lesquelles les feront acheminer par voie hiérarchique jusqu’au Bureau politique qui est souverain pour entériner après un examen minutieux des propositions des bases.
Selon eux, la suspension est décidée par le Bureau politique national sur la proposition de la grande section, de la sous-section, du comité et de la section après investigations et le constat fait par l’instruction et LA délibération de la commission de discipline de section.
Dans les propos des délégués contestataires du congrès du 26 décembre 2020, il est ressorti qu’en pratique, cette décision de radiation de ces 53 membres, est une ‘’violation flagrante’’ des dispositions du Parti. Les conférenciers ontaffirmé que cette décision d’exclusion n’avait pas été proposée aux structures de base par le président sortant Mamadou Oumar SIDIBE.
Par ailleurs, selon les conférenciers, les personnes qui ont été exclues du parti, sont soutenues par les structures de base notamment le comité, la sous-section et la section.
Malgré le fait que, selon les délégués contestataires du congrès du 26 décembre 2020, l’exclusion des 53 membres du Parti est uneviolation grave des Statuts et règlement intérieur du Parti, le Président Mamadou Oumar SIDIBE n’a pu mentionner aucun article pourattester cette exclusion.
Ensuite, ils ont déclaré:« le détournement attesté des deniers publics, des biens des citoyens ou du parti ayant été constatés par les juridictions compétentes de même que des actes avérés de spéculation foncière, peuvent entraîner automatiquement l’exclusion d’un militant ». Seul, le Bureau politique national peut décider l’exclusion d’un militant et les sanctions d’un dirigeant avant que la décision soit rendue publique, disent les contestataires du congrès du 26 décembre 2020.
Cependant, les conférenciers ont regretté que les conditions d’exclusion des 53 personnes ne soient pas réunies. Ils ont soutenu que ces membres qui font l’objet de sanction, n’avaientcommis ni de détournement attesté des derniers publics ni d’actes avérés de spéculation foncière.
Ce qui explique tout simplement, selon les animateurs du point de presse, la violation de l’article 40 du statut et règlement intérieur du parti.
Les conférenciers ont rappelé : ‘’tout militant, tout organe ou instance susceptible d’être sanctionné doit être au préalable entendu devant la commission du Bureau politique. Il sera alors informé des reproches formulés au cas où son argumentaire n’aura pas convaincu, selon l’article 41 du règlement intérieur’’. Or, les personnes exclues du Parti par le Président sortant Mamadou Oumar SIDIBE n’ont pas été, non seulement, entendues par le Conseil de disciple, encore moins, par le Bureau politique national du parti.
À noter que les 36 Sections sur les quatre-neuf sections, à l’issue de leurs conférences de section tenues ce jeudi 18 février, ont demandé la convocation d’un congrès extraordinaire du PRVM-FASOKO le 27 février prochain. Dans ce sens, une correspondance sera adressée à Mamadou Oumar SIDIBE, président du Bureau exécutif national sortant.

Par SABA BALLO




Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *