Search
samedi 23 octobre 2021
  • :
  • :

Rentrée politiques des ‘‘cracks’’: tribalisme démocratique à Mopti Repli stratégique à Gao

Tandis que leur doyen à la Primature, le Général Modibo SIDIBE prône à Bamako « l’autonomisation de la femme par l’épargne et le crédit communautaire », ses successeurs de Premiers ministres investissent à qui mieux-mieux le terrain. Sans risques considérés le téméraire Moussa MARA feinte les Djihadistes dans la zone de Niono pour se retrouver dans la capitale des Balanzans.
Et les autres ? Qu’on se rassure : ils ne dorment que d’un œil, échéances électorales exigent.

oin de cette guerre feutrée, et hautement stratégique, et de cette campagne électorale avant la lettre, l’actuel locataire de la Primature, le Dr Choguel Kokalla MAIGA choisit d’aller constater de visu l’état de la campagne. En trois jours, il s’est tapé trois régions. Comme dopé par l’onction et l’adoubement du Conseil national de la Transition (CNT), il a tenu successivement trois conférences de cadres élargies aux forces vives et échangé avec les acteurs du monde rural des trois plus grandes régions agricoles du pays.

Bamako : le grand bavardage
La politique c’est le seul métier où le grade importe peu et où la popularité, pardon l’adresse et la dextérité emballer et capter les faveurs de l’opinion (pour ne pas dire tromper les populations), l’emportent sur la compétence et la probité. Alors ce n’est donc pas seulement Choguel K. MAIGA et ses prédécesseurs qui étaient ce week-end sur le terrain.
Si les conjurés de l’Hôtel de l’Amitié ont juré qu’ils n’ont pas mis en place une alliance, ici à Bamako, ce samedi 07 Août 2021, au Grand Hôtel de Bamako, 20 partis politiques regroupés ont décidé de se liguer, pardon de mettre sur les fonts-baptismaux une nouvelle plateforme politique et électorale appelée Alliance des Démocrates Rénovateurs (ADR). Font partis de cette nouvelle aventure politique, les partis et micro-partis suivants : le MMD, le PSD, le PDR, le PDP, le RCD, le RPD, le PSR, le PC, le PAR, le Parti Mouvement Mali KO, le CND, le RPJ, le PPRD, le PDD, le PJT, le PP, le PDT, le PMS, le NNDR, et l’AMAP.
Voici l’armada politique dans le starting-block pour lancer un appel solennel à Aliou Boubacar DIALLO pour se présenter à la prochaine élection présidentielle pour sauver le Mali.
A lire entre les lignes, non seulement le président d’honneur de l’ADP-Maliba, Aliou Boubacar DIALLO est dans la course, mais aussi il est le premier des marathoniens à aligner un groupe costaud de lèvres.
Que le meilleur gagne.

Les FARE pour l’autonomisation de la femme
Féru de la politique de proximité l’ancien Premier ministre Modibo Sidibé, le Président du parti FARE Anka Wuli a participé ce samedi après-midi, au siège de son parti en commune III, à une conférence débat organisée par l’Association jeunesse citoyenne Horizon 2030. Le thème de ladite conférence portait sur l’autonomisation de la femme par l’épargne et le crédit communautaire. Elle a été animée par Moussa TRAORE dit Bill et Djimta DEME des FARE. Il faut aussi noter la présence des cadres du parti et plusieurs organisations locales de la commune III.

Boubou Cissé : le tribalisme démocratique
Le dernier Premier ministre d’IBK qui croit que le temps a fait son œuvre et qu’au bout d’une année les Maliens ont oublié que c’est lui qui plongé l’ancien régime dans les ténèbres espère une résurrection sur les terres de ses ancêtres à travers un tribalisme politique qui trinquera avec Kouffa appelé commodément « Soudou Baaba ».
Avant d’assister, à la conférence régionale de l’Union pour la République et la démocratie (URD), l’ancien Premier Boubou CISSE a été invité à recevoir, comme le Général ATT, l’Enfant du Sudu Baaba, le titre de « Citoyen d’honneur » de la commune urbaine de Mopti. La cérémonie s’est tenue, non à la mairie (trop « dra » pour le futur président du Mali), mais dans la grande salle de conférence d’un hôtel de la place.
Ladite régionale de l’Union pour la République et la démocratie (URD) avait toutes les allures d’une conférence d’investiture au regard de l’enrôlement et de l’incorporation au forceps de tout le gotha du parti. En plus du président par intérim, le Pr Salikou SANOGO, lui-même trimbalé comme plusieurs autres responsables nationaux de l’URD, les flagorneurs du nouveau milliardaire non encore audité rapportent que 50 des 59 sections de l’Union pour la République et la démocratie (URD) ont pris part à la conférence régionale de Mopti. Une manière pour chacun de prendre la « Baya » avec l’émir du Sudu Baaba, pardon de faire allégeance au nouveau patron de la Maison Vert-blanc…
Et le non encore repenti voltigeur politique, Chef du gouvernement déchu qui débarque armes et bagages dans le principal parti d’opposition, peut se pavaner muni de son titre de citoyen d’honneur officiel et d’un titre foncier généreusement et gracieusement offert à lui par la Mairie de Mopti… Comme si le Conseil municipal de Mopti ne savait que faire des titres fonciers ! Prions que Boubou devienne président… Sinon !
En attendant, notons la promesse sans oublier que Boubou CISSE a déjà oublié IBK qui a fait de lui celui qu’il est devenu.
«L’accueil qui m’a été réservé ne m’a pas laissé indifférent. Vous pouvez compter sur moi comme je compterai sur vous éternellement, inchallah. Je mesure la lourde responsabilité d’être citoyen d’honneur de Mopti. À compter d’aujourd’hui, je ne serai pas uniquement un citoyen de Mopti, mais l’un de ses plus fervents défenseurs. Je continuerai toutes les initiatives en faveur de la réconciliation, du développement local, de la paix et de la sécurité ».

Pour la paix et la sécurité, le Dr Boubou CISSÉ se doit alors rapidement d’enfourcher le cheval que lui a offert le secrétaire général de la section URD de Mopti, Garba SAMASSEKOU pour sauver des jeunes de Mopti venus manifester pacifiquement leur désaccord à sa vraie-fausse son investiture.
Des jeunes aux mains nues qui ont voulu faire une contre-manifestation en marge de la fête de Boubou CISSE ont été chicotés par les loubards de l’ancien Premier ministre. Leurs instruments ont été aussi saccagés. Comme pour dire, moi président, je n’accepterai aucune contestation.

SBM : repli identitaire du stratège
Le prédécesseur de Boubou, l’ancien Premier ministre Soumeylou Boubèye qui était donné la semaine dernière par une rumeur orientée et clairement haineuse comme cravaté dans le cadre des enquêtes sur l’avion présidentiel et les équipements militaires, opte lui aussi bizarrement pour repli stratégique, pardon identitaire. Il va sur ses terres piocher, galvaniser et mettre en ordre de bataille ses troupes, les très fiables transhumants de tous les bords. Pourtant, le Tigre est connu pour être le meilleur des stratèges politiques de notre pays.
Accompagné d’une forte délégation, le Président de l’Alliance pour la solidarité au Mali-Convergence des forces patriotiques (ASMA-CFP), Soumeylou Boubèye MAIGA était ce week-end à Gao pour présider la conférence régionale du Parti. Arrivé à la mi-journée dans la capitale des Askia, l’Enfant du bled a été accueilli depuis l’aéroport par une foule en joie, pressée de le saluer.
Les délégations de ASMA-CFP de Gao et environs étaient mobilisées comme une seule personne pour faire de la visite de l’enfant prodige de la région, un succès.
Dès sa descente de l’avion, SBM et sa délégation ont été escortés par des motards, des cavaliers et chameliers à la maison familiale.
Avant de prendre part à la cérémonie d’ouverture de la conférence régionale de la section de Gao du parti ASM-CFP, le Président Soumeylou Boubeye MAIGA a rendu une visite de courtoisie au gouverneur de la région administrative de Gao, le Général Moussa TRAORE.
Après, il a présidé dans après-midi la conférence régionale de la section du Parti ASMA-CFP à la préfecture de Gao. C’était en présence des délégués des différentes sous-sections et des conseillers municipaux de la région de Gao.
Dans son discours à la Conférence régionale de la Section ASMA-CFP, le président Soumeylou Boubèye MAIGA a salué l’adhésion des nouveaux militants avec à leur tête le Maire de la Commune urbaine et ses collègues conseillers municipaux.
Il a rappelé que nous avons tous le devoir de travailler à servir le pays et à le transformer. Il est important, a-t-il dit que nous ayons en tête le respect de la parole donnée et d’avoir des autorités qui ont souci du respect de leurs engagements. Il y va de la crédibilité et de l’honneur de notre pays de pouvoir respecter ses engagements tant au plan national qu’international, a-t-il souligné.
Très tôt ce dimanche matin, après le petit-déjeuner, le Président Soumeylou Boubeye Maïga a rendu une visite de courtoisie aux autorités traditionnelles et coutumières de la région administrative de Gao.
Pour lui, il peut pas venir dans une ville sans saluer et prendre des bénédictions auprès des notables et imams de la ville. Il a tenu à remercier ces personnalités pour l’accueil chaleureux et qu’il compte sur eux pour un Mali uni, meilleur et prospère.
Le Président Soumeylou Boubeye Maïga s’est ensuite rendu chez le Président du Haut Conseil Islamique de Gao et non moins Imam de la mosquée Koweït de Gao, l’Imam Alpha Oumar Mahadi.
Sur les lieux, l’Imam a tenu à faire une révélation « c’est le Président Soumeylou Boubeye Maiga qui a recouvert la mosquée en tapis de soie, ensuite, quand il lui a parlé de son projet personnel, à savoir transcrire le saint Coran en langue Sonrai, ce dernier a intégralement financé les travaux. » a-t-il dit l’imam Alpha Oumar Mahadi.
A la fin de la visite, la délégation a reçu des exemplaires de la Dite Œuvre.
Après la visite aux notabilités, le President Soumeylou Boubeye Maïga a inauguré à Farandjiraye (3ème quartier), un Forage obtenu auprès de l’ONG Alfarouk dirigée par Elhadj Ibrahim Kontao. Cet acte a été salué par les habitants qui souffrent d’un manque cruel d’eau.
Selon le chef du quartier « les populations de Farandjiraye s’approvisionnaient directement au fleuve, mais aujourd’hui avec la pollution et tout ce qui s’en suit, un tel acte doit être magnifié, car contribuant à la santé de la population. »

Ségou : le forcing très risqué
Après une tournée en début de semaine en Côte d’Ivoire, l’ancien président de YELEMA devenu simple militant était ce samedi 7 août dans le cercle de Niono tombé depuis bientôt une année sous la coupe des groupes terroristes.
Ce déplacement risqué, Moussa MARA le doit à l’institut de formation des Maîtres de Niono qui lui a fait l’honneur de donner son nom à sa 32e promotion 2017-2021. Cet événement a réuni donc ce samedi, outre Moussa MARA lui-même, les élèves maîtres et leur encadrement, les autorités et responsables de la ville dans un contexte de forte insécurité.
Mais le plus téméraire des leaders politiques maliens a tenu à être présent, malgré tous les risques, afin de délivrer aux jeunes un discours d’encouragement, des conseils utiles pour leur carrière et leur ouvrir des perspectives optimistes pour le pays.
Après la capitale des jihadistes, la seconde étape du séjour de ce samedi à l’intérieur du pays de l’ancien Premier ministre a été la ville de Ségou où il s’est rendu au chevet des blessés du terrible accident de la route qui a endeuillé le pays avec plus de 40 morts.
Aux services de l’hôpital régional qui soignent encore une dizaine de blessés et aux accompagnants, il a fait une contribution de soutien aux soins.

Sikasso : le bourlingueur du Mali profond
L’autre bourlingueur du Mali profond, l’ancien ministre Housseini Amion GUINDO dit Poulo, président de la Convergence pour le développement du Mali (CIDEM) qui a abandonné le confort douillet de la capitale depuis une année était ce samedi 7 août dans la commune de Diomantènè et particulièrement à Benogo Diassa dans le cercle de Sikasso. Objectif : fêter la très bonne pioche de son parti.
L’enfant du terroir qui y était allé pour présider la cérémonie d’adhésion de plusieurs nouveaux militants à la sous-section y a reçu un accueil digne d’éloges. Au nombre des adhérents, le maire Issa KONATE, 4 conseillers communaux.

Rassemés par la Rédaction




Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *