Search
samedi 23 octobre 2021
  • :
  • :

Révision des listes électorales: la C.E.P.E. sur le front de la mobilisation !

Rendre compte des rencontres réalisées aux niveaux national, déconcentrés et décentrés sur son Document de plaidoyer assorti d’un Cadre logique ; formuler des recommandations à l’occasion de la révision annuelle des listes électorales pour le rehaussement du taux de participation aux élections et pour l’assainissement du fichier électoral, tel était l’objet de la conférence de presse organisée, hier, à la Fédération Malienne des Associations de Personnes Handicapées (FEMAPH) sise à Bakaribougou, par la Charte d’Engagement Public pour l’Emergence (C.E.P.E.).

La C.E.P.E. est une Coalition composée de 4 organisations de la société civile : CRI-2002 ; ADEFIM ; FEMAPH ; RJA. Elle œuvre pour le renforcement de l’engagement civique des citoyens (jeunes, femmes, personnes vivant avec handicap et les autorités traditionnelles) pour une participation éclairée aux processus électoraux.
Pour l’atteinte de son objectif, elle a élaboré un Document de plaidoyer qui tourne autour de 4 axes : la révision de la Constitution de 1992 ; les réformes politiques et électorales ; la relecture de l’Accord pour la paix et la réconciliation au Mali, issu du processus d’Alger ; la réorganisation territoriale.
Le conférencier, Dr Abdoulaye SALL, a fait savoir que le Document de plaidoyer a été présenté et remis aux institutions nationales : le ministère de la Refondation de l’État, sous la présidence de Dr Abraham BENGALY, Secrétaire général du Département ; le Conseil National de la Transition (CNT), sous la présidence du Colonel Malick DIAW, Président de l’organe législatif ; le MATD, sous la présidence du Chef de Cabinet, MAIGA Hominy Belco MAIGA ; la Cour constitutionnelle, sous la présidence du Doyen des Conseillers, Beyla BA ; la Cour suprême sous la présidence du vice-président Hamet SAM ; le Médiateur de la République, sous la présidence de la Médiatrice, Mme SANOGO Aminata MALLE.
Aux niveaux déconcentrés et décentralisés, une mission de la C.E.P.E. conduite par son président Dr SALL, a expliqué et remis officiellement le Document aux autorités et organisations de la société civile, à savoir celles de Sikasso, sous la présidence de Siné DEMBELE, Gouverneur de région ; de Ségou, sous la présidence de Afel YATTARA, Directeur de Cabinet du Gouverneur ; de Koulikoro, sous la présidence de Alfousseyni TOURE, Conseiller aux Affaires économiques et financières du Gouverneur.
Selon le Président, les différentes évolutions imposent une adaptation à la C.E.P.E., en l’occurrence les changements au sommet de l’État avec l’avènement du président Assimi GOITA et du Premier ministre Choguel Kokalla MAIGA ; l’atelier sur la table ronde sur la création de l’Organe unique de gestion des élections (OUGE) et la validation d’un avant-projet des termes de références et du chronogramme des Assises nationales de la refondation (ANR).
Par rapport à l’échec des nombreuses tentatives de révision de la Constitution, il s’interroge si ce sont les textes qui sont rigides ou si ce sont les Maliens qui le sont.
Dr SALL a saisi l’occasion pour faire le distinguo entre les réformes de conquête de pouvoir et les réformes d’exercice de pouvoir.
Pour les premières, il a égrené la création de la Cour des comptes ; la relecture de la Charte des partis politiques et de la Loi électorale ; la révision du mode de scrutin qui est actuellement majoritaire, du mode d’inscription (automatique) pour envisager l’inscription volontaire ou obligatoire, comme c’est le cas en Belgique.
Pour les secondes, il souligne qu’un président élu aura besoin d’instrument pour exercer, à l’instar d’un parlement.
L’autre message fort de la conférence de presse était l’appel à la mobilisation de la C.E.P.E.
Dans sa Déclaration, elle recommande aux autorités nationales de : intensifier et multiplier les campagnes de communication autour des opérations de révision des listes électorales ; utiliser le plus possible les canaux de communication accessibles à toutes les couches de la population, notamment les jeunes, les femmes, les personnes vivant avec handicap, les autorités traditionnelles, coutumières et religieuses.
De même, il s’agit de multiplier les centres de révision des listes électorales ; faciliter et fluidifier l’accès des Commissions administratives de révision des listes électorales.
La C.E.P.E. encourage les citoyens à participer et à s’engager massivement à ces opérations de révision des listes électorales qui seront décisives pour les prochaines élections ; invite les autorités traditionnelles, coutumières et religieuses à sensibiliser et à mobiliser les citoyens.
Elle invite également les organisations de jeunes, de femmes et de personnes vivant avec handicap à mobiliser leurs membres à participer à la révision du fichier électoral.
Il faut rappeler que les personnes concernées par la campagne de révision des listes électorales sont les jeunes de 18 ans ou plus au 31 décembre 2020 qui n’ont pas encore fait le RAVEC ; les personnes qui n’avaient pas encore achevé leur processus de RAVEC ; celles qui avaient été omises lors du processus de RAVEC ou qui n’avaient pas été touchées par le RAVEC.
Pour le président de la C.E.P.E., c’est un privilège pour 8 millions de Maliens de voter au nom de 22 millions. Cela ne devrait pas être galvaudé, encourage-t-il les Maliens à se mettre dans les dispositions de pouvoir voter le moment venu.

PAR BERTIN DAKOUO




Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *