Search
dimanche 7 mars 2021
  • :
  • :

Route Banconi-Dialakorodji-Safo-Nonsombougou: le désespoir des riverains !

Malgré toutes les belles promesses faites par les autorités nationales, la construction de la route Banconi-Dialakorodji-Safo-Dabani-Nonsombougou, une des principales voies qui relient notre pays aux pays membres de la CEDEAO, notamment le Sénégal, traîne depuis près quatre ans. Longue de 56 Kilomètres, les travaux de construction de cette route, lancés le mercredi 03 mai 2017, évoluent à pas de caméléon. Les riverains attendent impatiemment la finition des travaux de cette voie. Or, depuis quelques mois, on ne constate aucun matériel sur le chantier routier.

L’espoir suscité par l’ancien Président de la République, Ibrahim Boubacar KEITA, le 3 mai 2017, sur le terrain de football de Dialakorodji-Samakebougou s’amenuise. Et pour cause ? Trois longues années après le premier coup de lame du bitumage de cette voie, les travaux ne sont qu’à 56,02 % de taux de réalisation, selon le département en charge des Transports et des Infrastructures, alors que le délai d’exécution initialement prévu était de 15 mois hors saison hivernale.
Sur le terrain où nous sommes allés constater les réalisations, ouvriers et techniciens se font de plus en plus rares, depuis des mois.
Par ailleurs, on constate que le goudron, à partir de la commune rurale de Safo, en passant par Dabani jusqu’à Nonsombougou, continue. A Dialakorodji, le reste du chantier se résume à de la poussière qui empoisonne la vie des riverains, tous les jours.
Contacté par nos soins, un responsable du ministère des Transports et des Infrastructures a déclaré, le lundi 1er février 2021, qu’au niveau de la Commune I, précisément à Banconi, la libération des emprises entrave les travaux de cette route. La même source a soutenu que cette libération des emprises de la voie ne relève pas de son département. «Il suffit seulement de dégager les emprises de la route pour que le ministère des Transports et des Infrastructures commence les travaux », a-t-elle soutenu.
S’agissant de la libération des emprises de la voie, un cadre du ministère des Domaines, de l’Habitat et de l’Urbanisme nous a affirmé, le mercredi 03 février, que des dispositions sont prises pour que les familles qui sont dans lesdites emprises soient dédommagées par l’Etat. Cependant, la source n’a pas voulu communiquer le nombre de familles qui seront dédommagées par le gouvernement pour que les travaux de la construction continuent.
Au niveau de la Mairie de la Commune I du district, des sources nous ont indiqué que la mairie est beaucoup plus confrontée à des problèmes concernant le recensement des familles riveraines. Car, expliquent-elles, qu’il y a des familles qui sont dans les emprises de la route Banconi-Dialakorodji-Safo-Dabani-Nonsombougou, mais qui n’ont pas eu leur permis d’occuper à la Mairie, tandis que d’autres ont le permis. Cela, nous explique un conseiller municipal, parce que des familles qui n’ont pas de permis d’occuper présentement sont victimes de la mesure de suspension de la délivrance de permis par le gouvernement depuis très longtemps. Alors que centaines familles l’avaient déjà reçu.
Selon nos sources, la mairie de la Commune I a demandé la levée de la suspension au ministère des Domaines, de l’Habitat et de l’Urbanisme, il y a deux semaines pour que ceux qui ont été frappés par la suspension de la délivrance de permis puissent être mis dans leur droit. Cette lettre de demande serait sans réponse de part du ministère en charge des Domaines.
A titre de rappel, le ministre des transports et des Infrastructures avait visité les travaux de cette voie le samedi 28 novembre 2020. L’objectif de la visite, selon le ministre, était de s’enquérir de l’état d’avancement des travaux de la construction de cette voie que les populations riveraines attendent impatiemment. Ancien secrétaire général du ministère des transports, aujourd’hui ministre des Transports et des Infrastructures, maîtrisant mieux le dossier de cette route, il n’a pourtant apporté aucune évolution au chantier après visite. Nous y reviendrons !

Par SABA BALLO




Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *