Search
dimanche 7 mars 2021
  • :
  • :

Sans Tabou: l’inélégance politique

Devenue traditionnelle, l’invitation amicale et fraternelle entre partis politiques amis lors de certains grands rendez-vous, dont les conférences et le congrès, était synonyme de la civilité et de la vitalité de notre démocratie. Seulement, de plus en plus, certains invités ne manquent plus de transformer ces tribunes en des lieux de réquisitoire, de diatribe, d’offense contre le pouvoir en place et même de règlement de comptes personnels avec des adversaires politiques d’autres courants.

C’est du moins, le triste constat fait par beaucoup d’observateurs sur des interventions faites à l’ouverture de la 3e Conférence nationale du parti YELEMA tenue le dimanche dernier au CICB.
Le cadre convivial, l’atmosphère détendue, offerts aux partis, aux amis, ne rimaient pas avec certains discours qui avaient l’allure de pamphlet. Toute chose qui, au-delà du politiquement correct, heurte la sensibilité de l’hôte du jour. C’est ce qui est arrivé ce dimanche au CICB, lorsque cet invité, comme un cheveu dans la soupe de la conférence du parti YELEMA, se mis lire son très long discours qui a frisé la patience de plus d’un. Il s’est tapé lui seul plus d’une trentaine de minutes du temps d’ouverture des travaux. Qu’allait-il advenir, si plus de la dizaine d’invités se mettait à faire comme cet hôte encombrant ? Heureusement que Dieu lui-même a voulu qu’au sein de tout regroupement, la nature des hommes diffère. Là n’était pas le grave puisqu’en plus d’abuser du temps des participants d’un rendez-vous politique qui n’est pas le tien, cet invité encombrant s’est mis à verser son venin sur le régime en place. Tiens-toi bien, au cours d’une conférence d’un parti de la majorité présidentielle, YELEMA de l’ancien Premier ministre Moussa MARA. En tout cas, à ce que l’on sache, ce parti a toujours martelé à qui veut l’entendre que son soutien au président IBK pour la mandature en cours est sans contrepartie. Alors diable, pourquoi veux inventer des poux sur un crâne dégarni ?
Certains participants murmuraient entre eux que ‘’l’imprudent invité avait superbement ignoré l’adage malien, selon lequel : « Bogna bè mandé, bon gna ma seguibèè», autrement dit, s’il est admis qu’un hôte a droit à tous les honneurs, ce dernier doit savoir que cette considération doit être réciproque.
En tout cas, si les politiques dans leur fraternité et au nom de la démocratie ont bien voulu instaurer cette tradition, il est séant pour tout responsable de ne pas abuser de cet avantage. Autrement, ces tribunes lors des congrès et conférences qui sont des occasions de témoignages et de remerciements et d’encouragements ne doivent servir de divertissement pour des responsables politiques en quête de personnalité.
Dans ces genres de tribunes, le responsable politique à qui l’honneur est fait doit savoir honorablement tenir sa place et sa langue.
En tout état de cause, la modestie intellectuelle et la civilité politique auraient incité notre invité à être élégant et respectueux, non seulement des responsables du parti hôte, mais également du public et des autres invités.
Personne n’aurait crié au scandale si ces propos étaient sur une tribune organisée par sa formation politique. C’est tout simplement l’inélégant de vouloir être plus royaliste que le roi. Sachons raison garder pour ne pas gâter la fête des autres.

Par Sékou CAMARA




Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *