Search
lundi 10 décembre 2018
  • :
  • :

Santé maternelle et infantile: 105 sages-femmes déployées dans des communes rurales

Le Premier ministre Soumeylou Boubèye MAIGA a présidé, le vendredi 22 juin, la cérémonie de signature des conventions de recrutement de 105 sages-femmes pour le compte de 105 communes rurales, dans le cadre du renforcement des ressources humaines en santé. Cette initiative s’inscrit dans le cadre du Projet d’autonomisation des femmes et dividende démographique au Sahel (SWEDD). Le coût total de l’opération est de 447 millions de FCFA.

La cérémonie s’est déroulée à l’hôtel Sheraton en présence des ministres de l’Aménagement du territoire et de la population, Adama Tiémoko DIARRA ; de la Santé et de l’hygiène publique, le Pr Samba SOW ; de la Promotion de la femme, de l’enfant et de la famille, TRAORE Oumou TOURE ; des responsables du projet SWEDD et des partenaires. On y notait également la présence des maires et présidents des ASACO des communes bénéficiaires.
Dans son intervention, le ministre de la Santé et de l’hygiène publique a affirmé que le déploiement de ces sages-femmes contribuera à renforcer les capacités du pays avec des femmes prêtes à apporter leurs soutiens au bien-être des populations. Le Dr Samba SOW a déclaré qu’avec un ratio d’un médecin pour 7 256 habitants, une sage-femme pour 10 763 habitants et un infirmier pour 1 930 habitants, le Mali est très loin de satisfaire aux besoins en personnel de santé adéquat respectant les normes requises en la matière par l’OMS.
« Des milliers de femmes disposent d’un accès extrêmement limité à des soins de qualité pour des raisons diverses telle que la faible qualité des prestations de soins et la faible productivité. Nous ferons en sorte que chaque femme en grossesse bénéficie avant, pendant et après l’accouchement des services professionnels de santé de qualifié, que le nouveau-né bénéficie de l’accompagnement nécessaire pour son épanouissement », a rassuré le ministre de la Santé et de l’hygiène publique.
Son homologue de l’Aménagement du territoire et de la population, Adama Tiémoko DIARRA, a ajouté que l’initiative de son département, à travers le projet SWEDD, à injecter dans le système sanitaire de notre pays 105 sages-femmes n’est qu’une contribution à côté des efforts colossaux que les autorités déploient tous les jours pour le secteur de la santé. Pour lui, l’un des défis majeurs pour la couverture sanitaire de notre pays est la disponibilité en nombre et en qualité des ressources humaines et leur répartition équitable sur le territoire national.
Le porte-parole des maires des communes bénéficiaires, Bafotigui COULIBALY, maire de Massigui, a salué le professionnalisme et le dévouement avec lesquels sont mises en œuvre les interventions du projet SWEDD pour répondre aux préoccupations réelles des communes rurales. Il a cité quelques actions importantes conduites par le projet SWEDD dans plusieurs communes, au nombre desquelles la seconde chance d’aller à l’école accordée à de nombreuses filles et garçons déscolarisés ou non scolarisés ; les dons de moyens de déplacement à plusieurs filles qui marchaient des kilomètres pour aller à l’école ; les dons de kits scolaires et sanitaires ; l’alphabétisation de quelques milliers de filles…
Le porte-parole des maires a informé qu’aucun des CSCOM bénéficiaires ne disposait de sage-femme et que tous ces CSCOM étaient tenus par des matrones et des infirmières obstétriciennes qui ne sont pas des personnels indiqués pour les accouchements, la santé de la reproduction, la santé de la mère et de l’enfant. Il a rassuré que les sages-femmes mises à leur disposition feront l’objet d’un suivi régulier et rigoureux tout en exhortant le gouvernement à pérenniser l’initiative.
Au nom des CSOM bénéficiaires, le président de l’ASACO de Madiana a appelé les sages-femmes à respecter leurs engagements contractuels tout en rassurant que les ASACO mettront tout en œuvre pour faciliter leur intégration sociale en vue de réussir les missions qui leur sont assignées.
À son tour, la porte-parole des sages-femmes, Fatoumata SOW, a noté que leur déploiement, dans les communes rurales, permettra de rapprocher les soins maternels et infantiles de qualité au profit des populations des zones éloignées. En s’adressant à ses consœurs, Mme Fatoumata SOW a appelé celles-ci à être assidues, courageuses, respectueuses, fidèles et ponctuelles à leur poste en vue d’offrir aux populations des services de santé de qualité dans le cadre de l’atteinte de la couverture universelle en santé.
Pour être plus performante, elle a sollicité l’engagement personnel du ministre de la Santé et de l’hygiène publique pour le renforcement continu des capacités et des compétences des nouvelles recrues en vue de combler les attentes des populations. La porte-parole a enfin plaidé auprès du Premier ministre leur intégration à la fonction publique des collectivités à la fin du projet en vue de pérenniser cette bonne initiative.
À la suite des différents intervenants, le PM a réaffirmé la volonté des autorités de tout faire pour favoriser l’accessibilité des populations aux soins de qualité. Le chef du gouvernement a souligné l’engagement de l’État à raccourcir les distances pour que les structures en charge de la santé soient les plus proches possibles aux populations avec des soins de qualité.
Il a mis l’accent sur le bon comportement du personnel de santé, surtout en termes d’attention, de rigueur, de compassion et l’amélioration de la qualité de l’accueil.
En s’adressant aux sages-femmes, Soumeylou Boubèye MAIGA a déclaré ceci : ‘’la chance des autres repose sur vous et c’est de votre comportement qui pourrait nous encourager à continuer cette expérience’’.
Il a enfin rassuré les sages-femmes d’avoir pris bonne note de leur doléance par rapport à leur intégration à la fonction publique des collectivités à la fin du projet.

PAR MODIBO KONE




Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *