Search
lundi 1 mars 2021
  • :
  • :

scandale de non paiement de factures d’eau et d’électricité: Tiébilé pris la main dans le sac

Pris la main dans le sac, Tiébilé court régler en catimini une partie de ce qu’il devait à EDM et à la Somagep : 1 million deux cent dix mille soixante-trois francs (1.210.063 FCFA) !
Retour de manivelle ou effet boomerang ? La chronique devrait s’intituler le dénonciateur dénoncé, pardon démasqué. Pour avoir été pris la main dans le sac, pardon en flagrant délit de non-paiement de facture et placardé en manchette par un journal de la place, Tiébilé Dramé, se réveille en sursaut, court en catimini pour aller régler une partie de ce qu’il doit à Énergie du Mali et à la Somagep : six cent quatre-vingt mille six cent vingt et un francs (FCFA 682 621). Somme payée sur les factures des mois de février, mars et avril.
Le paiement a été effectué au guichet d’EDM hier à 15h57.
Mais, l’opposant reste toujours redevable vis-à-vis de EDM de la somme de deux cent trente-quatre mille deux cent quarante-sept francs (FCFA 234.247). Une somme qu’il doit payer avant le 10 juin, délai supplémentaire accordé à Tiébilé Dramé (voir fac similé).

La rumeur était donc fondée ! L’information balancée par notre confrère de ‘’La Dépêche’’ est donc avérée.
L’autoproclamé leader vertueux de l’Opposition, Tiébilé DRAME, qui se fait passer pour le chantre de la bonne gouvernance, est donc un mauvais gestionnaire qui oublie (si ce n’est un refus) de payer ses factures courantes d’eau et d’électricité.
L’opposant qui, pour les besoins de la cause (marche du samedi dernier), avait ajouté à sa besace dénonciatrice le manque d’eau et d’électricité, fait donc partie des mauvais payeurs qui ne s’acquittent pas du prix de ce qu’ils consomment.
En se précipitant pour aller s’acquitter de ses dettes envers EDM et Somagep, après avoir été publiquement poursuivi et dénoncé sur la place publique, le président du Parena peut-il alléguer de l’excuse de la bonne foi ? Le paiement après coup ne peut redorer le blason de l’opposant encore moins restaurer sa crédibilité ?
Parce que la question est : s’il n’avait pas été dénoncé par la presse, le président du Parena se serait-il exécuté ? Rien n’est moins sûr ! Car, selon plusieurs recoupements, l’homme, qui passe son temps à dénoncer et baver sur les autres, est classé à l’EDM et à la Somagep parmi les grands mauvais payeurs.

En courant et en allant payer sur la pointe des pieds, incognito, ses factures d’eau et d’électricité hier matin, le président du Parena, grand pourfendeur du régime qui s’érige en donneur de leçons de bonne gouvernance, tombe dans le piège de l’égo et donne la preuve qu’il est un mauvais gestionnaire. Parce que, contrairement à Tiébilé Dramé, aucun honnête homme qui gère, en bon père de famille, ne refuse pas, ne néglige pas, n’oublie pas de régler ses factures.
Il aura fallu que la presse dénonce cette démagogie et cette imposture de sa part pour que le président du Parena daigne honorer ses dettes.
L’empressement de Tiébilé Dramé suite à l’article de notre confrère de ‘’La Dépêche’’ à régler aux sociétés de distribution d’eau et d’électricité ce qu’il leur dû, ne trompe personne. Parce que les Maliens savent désormais que celui qu’ils entendent crier sur tous les toits est un gestionnaire, un mauvais payeur, un dissimulateur, un trompeur et un tricheur. En tout cas, la preuve est désormais faite qu’il n’est pas celui qu’il prétend être : le donneur de leçon, le chantre de la vertu en matière de gestion et de bonne gouvernance.

La bonne gouvernance commençant par se gérer soi-même dans la rigueur et dans l’éthique. Aussi, les Maliens sont en droit aujourd’hui de se demander : comment un homme, qui passe son temps à accuser les autres de mauvaise gestion, de gaspillage, d’imprudence et d’absence de transparence, n’honorent pas ses factures d’eau et d’électricité ? Comment un opposant qui s’arroge le droit de dénoncer, comme un crime contre les populations le déficit d’eau potable et d’électricité, fait partie de ceux par la faute desquels Énergie du Mali et Somagep ne peuvent avoir leur dû pour investir ?

Comment un leader, qui dit avoir du souci pour les populations et se préoccupe qu’il ait l’eau et l’électricité, ne soit pas parmi les premiers à payer ses facturs ? À moins que Tiébilé Dramé ne considère EDM et Somagep comme la chose de « Bourou » qu’on doit consommer sans payer ! Normal quand on a toujours vaincu aux frais de la princesse, avec gratuité d’eau et d’électricité, on n’oublie que d’autres Maliens payent pour que Bamako ne soit pas dans le noir et que le robinet coule là où c’est possible.
Mais si tout le monde fait comme le président du Parena et aussi d’autres gros consommateurs, comment EDM et Somagep peuvent-elles satisfaire à la demande de leurs clients ?

Les amis de l’Opposition de Tiébilé DRAME étaient-ils au courant de sa situation personnelle à l’égard des sociétés de distribution d’eau et d’électricité ? Il faut bien penser que non. Sinon, l’Opposition démocratique et républicaine aurait fait économie de ce grief et son Chef de file se serait bien gardé, lors de la marche, de lancer à la hussarde : « aujourd’hui au Mali, tous les foyers sont privés d’électricité de jour comme de nuit à cause des coupures intempestives.
Aujourd’hui les Maliens peinent à avoir l’eau potable à cause des coupures incompréhensibles. »
En tout cas, l’information balancée par notre confrère de ‘’La Dépêche’’ et confirmée par le paiement hier matin même par Tiébilé Dramé de son ardoise salée jette un gros pavé dans la marre de l’Opposition, en général, et du PARENA, en particulier. Raisons ?

Un million deux cent dix mille soixante-trois francs (1.210.063 FCFA), c’était le montant total des arriérés dus par l’opposant Tiébilé DRAME à Énergie du Mali et à la SOMAGEP. En tout cas, jusqu’à ce lundi 23 mai 2016, le président du PARENA n’avait pas honoré cet engagement vis-à-vis de ces sociétés pour sa consommation d’eau (203.749) et d’électricité (1.006.314).
L’Information prouve que la dénonciation de la pénurie d’eau et d’électricité par l’Opposition n’était en fait qu’un slogan de circonstance. Encore plus, que contrairement à leurs complaintes, l’Opposition et Tiébilé DRAME n’ont aucun souci pour les populations « privées » d’eau et d’électricité de jour comme de nuit. Sinon, la moindre des choses aurait été pour Tiébilé d’être en règle vis-à-vis de EDM et de la SOMAGEP avant d’amener l’Opposition à verser dans une dénonciation démagogique.
En effet, si chaque client d’EDM et de la SOMAGEP se refusait, comme Tiébilé DRAME, de payer ce qu’il doit, comment ces sociétés seront à mesure de faire face à la demande de plus en plus croissante des populations en eau et électricité ?
Selon nos recoupements, durant toute l’année 2016, pour une consommation totale d’un million vingt un mille quatre cent quatorze francs CFA (1.021.414,00 FCFA) l’opposant, qui dénonce le manque d’électricité, n’avait, payé jusqu’à ce lundi matin, que quinze mille cent francs (15.100 FCFA) à l’EDM.
Privilège de dénonciateur (de politicien) ou piège dans lequel l’opposant s’est laissé enfermer par mauvaise habitude ?
En tout cas, il est très difficile pour Tiébilé DRAME de plaider, dans cette affaire, la bonne foi, à travers un oubli commode, qui ne serait qu’une pirouette de circonstance. Parce que le peuple, qu’on brandit comme alibi à tout bout de champ, ne bénéficie point du privilège exclusif accordé à ces messieurs de refuser de payer les factures d’eau et d’électricité.
La preuve : combien d’entre vous ont été débranchés par EDM pour non-paiement de facture ? Pour dix fois, moins que ce que devait Tiébilé Dramé, beaucoup d’entre nous avons vu notre compteur enlevé par EDM ? En tout cas, ce n’est pas ce vieux journaliste qui nous démentira.
Le scandale, ce sont les populations, les familles pauvres, les pauvres parmi les pauvres, ceux qui se lèvent tôt, qui se battent sous le soleil, qui ont à peine de quoi satisfaire aux besoins de leurs progénitures, subissent, se plient en quatre pour payer les factures d’eau et d’électricité tandis que les piailleurs de politiciens comme les Tiébilé refusent de payer et ne sont pas coupés.
Le scandale, ce n’est pas seulement que l’État (par peur d’être accusé de chasse aux sorcières) n’ait débranché et déposé le compteur de l’Opposant Tiébilé Dramé, c’est aussi le cynisme, dont ce dernier, se sachant bien dans cette situation, peu honorable, se donne le droit de dénoncer le manque d’eau et d’électricité au nom des populations.
Sur la base de quelle moralité et de quelle vertu, Tiébilé DRAME est-il fondé pour dénoncer l’incapacité à fournir le courant d’une société à laquelle il devait plus d’un million à EDM ? Quand on doit, on se tait ; on ne crie pas sur tous les toits ; quand on n’honore pas ses engagements, on fait profil bas, on ne se met pas derrière une pancarte pour dénoncer pédagogiquement.

Mais dans le Mali on aura tout vu. De démagogie en imposture, on en arrive à une situation où ce sont les voleurs qui dénoncent les gendarmes.
En puisant dans un populisme sans vergogne matière à spéculer, le président du PARENA fait de l’imposture et de la manipulation.
En effet, avant cette fameuse marche (qui n’a mobilisé au maximum qu’un millier de manifestants) Tiébilé et ses amis n’avaient jamais pipé mot de la crise d’eau et d’électricité à laquelle les populations étaient confrontées. Les problèmes quotidiens des Maliens ne sont leurs problèmes que s’ils entrent dans leur stratégie aventurière de fragilisation et de déstabilisation du régime. C’est, désormais, peine perdue !
Les populations savent les efforts gigantesques entrepris par l’État pour juguler l’absence d’investissement dans le secteur de l’eau et de l’électricité pendant les 20 dernières années.

Tous les Maliens de bonne foi peuvent attester que l’État, dans le souci de soulager la souffrance des populations, est obligé (depuis hier) de recourir à une politique de subvention hardie qui le met souvent en porte à faux avec les partenaires techniques et financiers. Il en est ainsi du secteur de l’eau et de l’électricité où le Mali est aujourd’hui le pays qui aligne, grâce à ces subventions, les tarifs les plus bas. Notre pays, n’en déplaise à la chorale de mauvais payeurs, est celui qui a été, cette année, le moins touché et le moins impacté dans la sous-région par la pénurie d’eau et d’électricité. Donc, c’est par pure manipulation que Tiébilé et ses amis brandissent la crise d’eau et d’électricité comme griefs contre le Gouvernement.

Elles savent enfin que Tiébilé Dramé ne paye ses facteurs d’eau et d’électricité que quand la presse lui rappelle son devoir de bon et honnête citoyen qui doit payer ce qu’il consommer avant de pomper l’air à la République démagogiquement.

Par Sidi DAO




Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *