Search
lundi 1 mars 2021
  • :
  • :

Sécurité dans le Sahel et le Maghreb: vers l’option de la police de proximité !

Pour renforcer la justice et la sécurité dans le Sahel ainsi qu’au Maghreb, l’Association malienne des droits de l’Homme (AMDH) a initié un espace de partage d’expériences et de réflexions de deux jours, à l’hôtel de l’Amitié de Bamako, afin d’élaborer un concept et une stratégie nationale de Police de proximité au Mali. L’initiative a été possible grâce à la collaboration entre l’AMDH et le Commissariat à la réforme du secteur de la Sécurité et l’Ambassade des États-Unis au Mali.

La cérémonie d’ouverture des travaux de cet atelier a eu lieu, ce mercredi 4 mars 2020, sous la houlette du General de Division M’Bemba Moussa Keita, commissaire à la Reforme du secteur de la sécurité en présence d’Aliou Badra Coulibaly, représentant du ministère de la Justice et Garde des sceaux ; de Dennis HANKINS, ambassadeur des États-Unis au Mali ; de Drissa Traoré, ancien président de l’AMDH ainsi que des participants.

Ces assises visent, selon les organisateurs, à définir de manière inclusive, l’élaboration d’une stratégie nationale de police de proximité.

Dans son intervention, Aliou Badra Coulibaly, représentant du ministère de la Justice et Garde des sceaux a expliqué que l’organisation de cet espace de partage d’expériences et de réflexions se justice pleinement, quand on sait que, pour la première fois au Mali, un travail de réflexion, regroupant les différents experts, est mené pour doter le Mali d’une stratégie nationale de police de proximité.

Quant au représentant du ministre de la Justice, il a fait savoir que les défis auxquels le Mali doit faire face incitent à explorer toutes les pistes permettant un meilleur maillage sécuritaire de l’ensemble du territoire, de manière à apporter des réponses locales et adaptées aux besoins sécuritaires des citoyens. Pour Aliou Badra, il s’agit de mettre en place une stratégie nationale de police de proximité qui participera à asseoir une vision commune et partagée par l’ensemble des acteurs étatiques et non étatiques de la sécurité.

Aussi, il est ressorti dans les propos d’Aliou Badra Coulibaly que les menaces face aux tensions intra ou intercommunautaires, au terrorisme et à la criminalité transnationale organisée, notre pays n’a plus d’autre choix que de se doter de nouvelles stratégies, bâties notamment autour des questions de la justice et de la sécurité non seulement pour répondre mieux aux réalités locales du moment, mais aussi à celles des espaces régionaux ou sous régionaux auxquels il appartient.

Dans son discours d’ouverture des travaux, le général de division M’Bemba Moussa Keita, commissaire à la réforme du secteur de la sécurité, a tout d’abord rendu hommage aux soldats morts pour la patrie, ainsi qu’à l’ensemble des victimes maliennes et étrangères du terrorisme et des tensions intercommunautaires.

Le général Keita a fait constater que le Mali souffre du terrorisme et des actes de grand banditisme ainsi que la criminalité transfrontalière organisée, notamment le trafic de drogue, des armes et le trafic illicites faunique, qui alimentent la violence et le terrorisme. Pour le commissaire à la réforme du secteur de la sécurité, ces phénomènes et autres formes d’activités illégales constituent des obstacles de taille à la stabilité nationale et régionale, à la sécurité, à la croissance économique et au bien-être des populations. Ce qui motive selon le General de division M’Bamba Moussa, la création et l’opérationnalisation de la police de proximité, qui devrait selon lui, contribuer à limiter les risques de dommages physique et social des communautés sur le long terme et d’éviter l’effondrement total des villes.

Par SABA BALLO




Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *