Search
mercredi 14 avril 2021
  • :
  • :

Session 2015-2016 du DEF: lancement officiel des épreuves à Kangaba

Le ministre de l’Éducation nationale, Kénékouo dit Barthélemy Togo, a procédé, hier lundi, à Kangaba, au lancement officiel des épreuves du Diplôme d’études fondamentales (DEF), session de juin 2016. Aux environs de 8 heures, le ministre a ouvert l’enveloppe du sujet de rédaction, dans la salle IV du groupe scolaire de Kangaba, en compagnie de ses proches collaborateurs, dont le directeur de l’enseignement fondamental, Morifing Cissé.

Pour la première épreuve de cette journée, les candidats devaient traiter deux sujets de rédaction au choix : Sujet I : Touché par la dégradation de l’environnement, tu as décidé d’adresser un message aux jeunes du Mali pour d’une part attirer leurs attentions sur les causes de cette dégradation et d’autre part leur proposer des solutions contre ce phénomène. Fais-nous lire ton message ;
Sujet II : Grâce à tes cours sur le thème du travail, tu as compris que la noblesse et toute autre vertu de l’homme dépendent de ses efforts dans le travail. Tu as aussi compris que le monde est devenu si compétitif que pour y trouver son compte, il faut être parmi les meilleurs. Soucieux de faire prendre conscience aux jeunes du Mali, tu leur adresses un discours pour les sensibiliser et les inviter à l’effort personnel, gage d’un avenir meilleur. Rédige ton message.
Pour cette session, ils sont 220 080 candidats, pour le DEF classique, répartis dans 1699 centres contre 16 634 arabisants répartis dans 168 centres d’examen, à travers l’ensemble du pays. Dans le district de Bamako, c’est au total 67 524 candidats pour 377 centres. Sur cet effectif, l’académie de la rive gauche enregistre 34 060 candidats pour 187 centres contre 33 464 candidats pour la rive droite repartis à travers 190 centres.
À Kangaba où le ministre a lancé officiellement les épreuves, il a pu constater les dispositions prises pour permettre aux enfants de composer en toute sécurité et pour minimiser au maximum les fraudes. Aux 494 candidats dudit centre à qui le ministre a rendu tour à tour visite dans les différentes salles de classe, il les a invité à compter sur leur propre force.
« Ce n’est pas une loterie, ce n’est pas un jeu de hasard, chacun récoltera le fruit de son travail », s’est adressé le ministre aux candidats.
Interpelé sur le niveau de sécurisation des épreuves, le ministre a fait savoir que les risques de fraude ou de fuite de sujets sont permanents à tous les examens. Cela est de la nature même de l’homme qui est toujours tenté par la tricherie, à chaque fois que l’occasion lui est offerte. Dans ce cadre, les efforts du département et des autorités concourent à réduire au maximum ces fraudes et tentations, à travers la sensibilisation et des dispositifs sécuritaires de prévention, a expliqué le ministre de l’Éducation nationale.
Dans un message télévisé, le directeur national de l’enseignement fondamental, Morifing Cissé, a appelé l’ensemble des acteurs et tous les partenaires à la vigilance. Les examens, dit-il, ne constituent pas une course au plus fort taux d’admission et ne doivent en aucun cas être considérés comme une sanction, mais doivent plutôt garder leur caractère d’évaluation des performances scolaires, des acquisitions des élèves.
« Le DEF est au centre du dispositif des examens scolaires de fin d’année et le département lui accorde toute l’importance requise. À ce sujet, je rappelle que pour la session 2014-2015 des missions conduites par le ministre lui-même sont allées jusqu’aux acteurs au niveau déconcentré pour les sensibiliser à la lutte contre la fraude et leur expliquer que la sécurisation du processus incombe à chacun et à tous. Le même exercice a été reconduit pour cette session 2015-2016. En effet, des missions de sensibilisation se sont rendues dans les régions, y compris à Tombouctou et Gao pour que tous les acteurs s’impliquent dans le bon déroulement des examens scolaires pour qu’on aboutisse à des résultats propres qui honorent chacun et tous », a indiqué M. Cissé.
Pour la session 2015-2016, une commission mise en place depuis deux mois se réunit de façon hebdomadaire pour procéder aux derniers réglages ; il s’agit entre autres : du renforcement des mesures sécuritaires, de l’actualisation des informations sur l’acheminement des confidentiels et du matériel des examens, de l’actualisation des projets de redéploiement des agents de sécurité en relation avec les responsables des services de sécurité.

Par Sidi Dao




Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *