Search
lundi 19 avril 2021
  • :
  • :

Le silence honteux qui asphyxie la République et disqualifie les démocrates

Les autorités et les alliés des partis et regroupements de gestion gouvernementale semblent se satisfaire des apparentes bonnes nouvelles qui se succèdent sans rien changer au fond quant à l’impasse qui profile inexorablement. En effet, la récente conclusion d’un accord avec l’UNTM avec deux grèves totalisant 8 jours avec plusieurs dizaines de milliards de pertes pour l’État, l’annulation de la redevance eau cette année à certains agriculteurs dans certaines zones d’insécurité du cercle de Niono dans la région de Ségou (300 millions au total) et l’adoption avant-hier par le Conseil national de Transition du Plan d’action du gouvernement de Transition, après 5 mois d’errance, sont plus présentés comme des trophées à l’actif des autorités de la Transition que des signes d’alerte.
Il faut, en effet, s’inquiéter du silence scandaleux et injustifiable entretenu autour de l’affaire dite de tentative de déstabilisation par les démocrates et les défenseurs des droits de l’homme. En d’autres temps, l’injustice immonde que subissent ces hommes (Mohamed Youssouf BATHILY dit Ras Bath, Vital Robert DIOP, Aguibou TALL, Souleymane KANSAYE et Mamadou) aurait bénéficié de toute l’attention de la classe politique et des Maliens épris de liberté et de justice.
Hélas, mille fois hélas, comme le dirait l’ancien Président IBK ! Quand un démocrate adoube un putsch, se garde de la condamner en le faisant passer pour une démission de celui qui dit clairement qu’il n’avait aucun choix que de démissionner, s’interdit de s’opposer à un crime imprescriptible contre le peuple malien, se propose d’accompagner ces putschistes pour, soi-disant, la réussite de leur Transition, il ne peut que se compromettre, avaler sa langue et ravaler les couleuvres au quotidien.
Aussi, est-il étonnant qu’en dehors des réseaux sociaux, ces volubiles d’hier, ces sentinelles qui faisaient hier dans le suivisme jusqu’à s’inviter dans les fêtes d’anniversaires, règne désormais sur tous les crimes et scandales un silence de cimetière qui n’honore pas le démocrate et le patriote épris de liberté, de justice, de paix et de réconciliation ! Combien sont-ils à avoir dénoncé l’érection du Gourma en zone de défense ? La tenue du CSA à Kidal ? Le sort qui est en train d’être fait à Kidal ? Ou simplement la démolition des maisons des pauvres ou le saccage de notre consulat à Paris ?
La République ne peut être saisonnière, un démocrate n’est pas un ours pour hiberner. La première pour sa survie doit être constamment défendue et surveillée ; et le second pour sa crédibilité être constant et cohérent. L’injustice fragilise les fondements de la République, le silence complice l’asphyxie et disqualifie les démocrates et les patriotes auto-proclamés du jour qui semblent abdiquer de leurs engagements. En tout cas, en termes de combativité, ils donnent raison aux troubadours et populistes comme Issa Kaou N’DJIM qui demandent de les ranger dans le musée de la démocratie malienne.

PAR BERTIN DAKOUO




Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *