Search
lundi 1 mars 2021
  • :
  • :

Sommet Afrique-France: la mairie du district examine ses projets

La mairie du district de Bamako a tenu, hier mardi, son 4e conseil extraordinaire pour examiner les grands projets à réaliser dans le cadre des préparatifs du sommet Afrique-France que notre capitale va abriter, en janvier 2017. C’était sous la présidence du maire du District, Adama SANGARE. Ce conseil était élargi à des experts qui ont présenté les premières moutures des projets à réaliser en prélude à ce grand rendez-vous régional dans notre pays.

Ce conseil extraordinaire du District de Bamako visait à informer les élus et l’opinion nationale, des projets d’embellissement de la ville de Bamako pour accueillir le sommet Afrique-France, parmi lesquels les travaux d’aménagement du marché Rose qui a pris feu, en 2014, et fait de nombreux dégâts matériels.

Vers la réhabilitation du marché Rose
À côté de la réhabilitation du marché Rose, seront mis en œuvre d’autres grands projets d’aménagement comme la réhabilitation de certaines infrastructures routières, la modernisation des parkings auto, la construction de port sec hors du centre-ville pour faciliter la circulation des invités de à ce sommet.
Selon le maire du District de Bamako, qui a procédé à l’ouverture de cette session, ces projets sont destinés à offrir un meilleur cadre aux invités qui vont venir à Bamako pour le sommet Afrique-France.
Commençant par le projet d’aménagement du marché Rose, le maire Adama SANGARE dira que cette initiative participe de la volonté de la mairie de mettre les acteurs économiques de la ville dans les conditions idoines d’exercer leurs activités commerciales suite à l’incendie dudit marché, en 2014. Il a indiqué que le pays avait déploré, en son temps, plusieurs dégâts financiers et matériels estimés à des centaines de millions de FCFA.
« Le préjudice financier, moral et psychologique de l’incendie du marché Rose demeure incommensurable », a-t-il souligné.
Avant l’événement malheureux de 2014, le même marché a pris feu. En dépit de toutes ces situations, l’espace de commerce du marché Rose est très bien désorganisé.
Il y a, selon Adama SANGARE, au moins 1000 magasins dans ce marché qui posent d’énormes problèmes et auxquels il va falloir trouver des solutions idoines afin que les équipements marchands soient conformes aux standards internationaux.
Le maire du district pense qu’avec la réalisation de ce projet d’aménagement du marché Rose, ils vont trouver une solution à bon nombre de problèmes liés à l’absence de cadre normatif. Toutes choses, à son avis, qui provoquent inévitablement des préjudices.
Et pour la réalisation de ce projet, Adama SANGARE a informé la session que la mairie centrale était en contact avec des sociétés internationales pour voir dans quelle mesure ils peuvent aller à la reconstruction du marché Rose de Bamako pour prendre en compte les besoins d’urbanisme et d’embellissement de la ville de Bamako.
« La réhabilitation du marché Rose vise non seulement à corriger la latence économique consécutive aux incendies qu’a connus la ville de Bamako et aussi offrir aux opérateurs économiques une commodité commerciale digne de notre ère », a expliqué le maire Adama SANGARE.

Plus d’un milliard de FCFA pour embellir Bamako
Toujours dans le cadre du préparatif de ce sommet, le maire Adama SANGARE a annoncé prochainement le démarrage des projets d’éclairage public intelligent, l’embellissement de la ville de Bamako, à travers l’aménagement de certains espaces verts pour une ville beaucoup plus coquette et plus splendide.
Déjà, selon des conseillers de la mairie, un protocole d’accord a été signé entre la mairie et l’Entreprise Agence C.P Nouma pour la réalisation de certains de ces projets à savoir : la réhabilitation de l’espace vert du carrefour Cité des enfants ; la réhabilitation des espaces verts du Boulevard de l’Indépendance ; l’aménagement du rond-point Babamba ; la construction de la devanture de la mairie de la commune VI ; la réhabilitation de l’espace vert de la place de la Liberté, etc.
Ces travaux seront exécutés et préfinancés par l’Entreprise agence C.P Nouma pour un coût d’un milliard de FCFA.
En tous cas, selon le maire de la ville de Bamako, la réalisation de ces projets va contribuer à changer positivement le look de notre capitale.
Pour faciliter la fluidité de la circulation dans la capitale, un véritable casse-tête, le maire Adama SANGARE dit envisager la construction d’un port sec à Niamanan. Il a rappelé que c’est un projet initié par la mairie, depuis de nombreuses années, afin de réduire et de minimiser le nombre d’accidents de la circulation qui impliquent les gros-porteurs. L’initiative a trainé, a-t-il déploré, du fait que jusqu’ici, les autorités administratives et politiques du pays n’ont pas pu donner à la mairie le titre de propriété de l’espace identifié pour la construction du port sec qui fait 77 hectares.
« Nous n’avons pas demandé de l’argent à l’État pour construire le port sec. Nous avons juste besoin de superficie et de titre de propriété. Je suis au regret de dire que l’État nous a montré à Niamanan un espace de 77 hectares pour la réalisation des travaux du port sec. Mais depuis 5 ans, on se bat pour avoir le titre de propriété de cet espace afin de lancer les travaux. Quant aux transporteurs, ils nous ont donné leur accord pour déménager à Niamanan. Pour eux, cela n’est pas un problème », a conclu le maire Adama SANGARE.

Par Sikou BAH




Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *