Search
jeudi 25 février 2021
  • :
  • :

Sommet de Bamako: ce qu’en pensent les Bamakois

Notre pays a abrité, les 13 et 14 derniers, le 27e sommet Afrique-France sur le thème «Partenariat, paix et émergence».
Pour savoir les avis des Bamakois sur l’organisation dudit évènement, notre équipe de reportage a sillonné quelques rues de la ville pour recueillir certaines appréhensions.
Ainsi, à Bamako, ville hôte du Sommet, les populations ont apprécié différemment sa tenue sur notre territoire. Si, certains (majorité) Bamakois ont salué les autorités pour la réussite de l’événement, d’autres ont mal apprécié son organisation. Micro trottoir.

Ibrahim SYLLA, gestionnaire
«Je pense que ce sommet c’est de la poudre aux yeux »
L’organisation du Sommet de ce genre doit générer autant de créations d’emplois et d’opportunités de développement. A mon avis, cela n’a pas été le cas ; parce qu’il sert plutôt à amplifier le chômage, notamment avec le déguerpissement des kiosques au nom de la bonne organisation de ce sommet.
Aussi, à entendre les chefs d’Etat de notre pays et de la France, je me rends compte que beaucoup de choses ont été dites qui ne sont pas vraies. Je pense que toutes ces mobilisations au nom de la coopération entre l’Afrique et la France ne sont que de la poudre aux yeux ; parce que je ne suis convaincu que ce soient ces sommets qui vont permettre à notre continent de résoudre ses problèmes.
En clair, je pense que ce sommet c’est de la poudre aux yeux et tromper l’apparence. S’agissant des retombées économiques auxquelles les populations attendaient, je n’ai rien vu. Or ils nous font savoir que le sommet allait apporter des valeurs ajoutées à notre économie.

Abdoulaye GUINDO, employé de commerce
« Le sommet a été un succès politique »
Je suis vraiment satisfait que ce sommet soit tenu dans notre pays et j’ai également constaté que ça été une réelle réussite sur tous les plans. Aussi, il faut comprendre que la tenue de ce sommet dans notre pays est la preuve que le Mali a la confiance de ses partenaires français et africains. En plus des étrangers, ça renforce même la confiance de la population à ses autorités. En plus de tout ça, la tenue de ce sommet va ouvrir beaucoup de portes à notre pays qui traverse une crise sécuritaire dans sa partie septentrionale. Dans tous les cas, on peut dire que le sommet a été un succès politique, diplomatique pour notre pays. Maintenant, il reste à concrétiser ces acquis en vue du développement du pays
.
Louty SANGARE, syndicat des transporteurs de Sotrama
« Nous devons tous être fiers »
Nous devons tous être fiers que ce sommet soit tenu dans notre pays et sans problème. A ce niveau, deux observations s’imposent. D’abord, l’organisation de ce sommet a été donnée à notre pays dans un contexte de crise alors que d’autres pays plus stables que le nôtre le voulaient aussi. Si notre pays a eu la chance d’être retenu pour abriter ce sommet, en bons Maliens, nous devons tous nous réjouir de cette décision. Ensuite, la tenue de ce sommet est la preuve que notre pays en train de tourner une page sombre de son histoire avec la crise au nord du pays.
En partant de ces observations, je pense que le sommet Afrique-France dans notre pays a été une bonne chose parce qu’il va permettre, j’en suis sûr, de booster des choses. Aussi, cela ne veut pas dire que tout a été parfait parce que bon nombre de Maliens ont eu de désagréments comme nous les transporteurs, mais j’estime qu’il faut mettre tout ça dans le panier du patriotisme.

Lassana TRAORE, frigoriste
« On avance malgré la crise »
Ça été bien réussi. On ne peut pas faire mieux pour la réussite de l’organisation de ce sommet. Tous les détails prêts ont été calculés ; ce qui est vraiment impressionnant. Pour cela, on devait être fier en tant que Malien de réussir le pari, d’une part ; et d’autre part, se réjouir d’accueillir toutes ces personnalités politiques et économiques de l’Afrique et de la France sur notre territoire. Cela est le gage de leur confiance renouvelée en faveur de notre pays et leur engagement auprès de notre pays à la résolution des problèmes auxquels le pays est confronté.
Pour tout cela, je suis vraiment fier d’être Malien et de voir que mon pays a réussi un grand coup avec ce sommet.
Je ne suis pas politique, mais je pense que le peuple malien doit en être fier.
En résume, je dirai tout simplement que la tenue de ce sommet chez nous est le signe que notre pays avance malgré la crise ; que notre pays se relève doucement des conséquences de la barbarie au nord.

Aboubacar SANGARE, employé de commerce
« On ne doit pas cracher sur ce sommet »
Je commencerai à dire qu’on ne doit pas cracher sur ce sommet. Je pense de façon générale que l’idée de ce sommet est une grande chose dans la collaboration entre l’Afrique et la France, surtout qu’il traite des sujets aussi importants comme l’économie, la sécurité, le développement durable.
En effet, je crois qu’il est important qu’Africains et Français se retrouvent autour de la même table pour discuter des sujets aussi sensibles et cruciaux pour notre développement.
En ce qui concerne ce 27e sommet, je suis particulièrement heureux qu’il est tenu chez moi et de voir que tout s’est bien déroulé contrairement au chaos envisagé par certains de nos concitoyens. Ces gens-là pensaient que ce sommet n’allait pas se tenir sans qu’il y ait des attaques ou des attentats sur notre territoire.
Fort heureusement, le Tout Puissant nous a aidés à passer les moments de ce sommet sans problèmes. Je suis sûr et certain que la bonne organisation de ce sommet va contribuer à soigner la mauvaise image collée à notre pays par certains médias internationaux.

Samba COULIBALY, tailleur
« On pouvait se passer de ce sommet »
La tenue de ce sommet n’était pas la peine parce que j’estime que les autorités nationales ont beaucoup d’autres choses à faire que d’offrir du spectacle à des hôtes. Nous sommes dans une crise très profonde même si certains font exprès de ne pas mesurer les enjeux de cette situation. Ce n’est pas le sommet Afrique-France qui va résoudre nos problèmes parce que les dirigeants venus à cette rencontre ont presque le même problème que nous.
On ne doit pas se tromper, ils ne peuvent pas nous apporter ce qu’on attend d’eux. Alors pourquoi faire autant de gaspillage pour les accueillir.
L’argent utilisé à l’organisation de ce sommet pouvait servir à créer des classes pour nos enfants.

Alou Badra KEITA, étudiant
« Nos autorités sont
à féliciter »
Dans un pays en crise, on ne peut que féliciter et encourager la tenue d’un tel événement parce qu’il est vecteur de relance économique, de développement et même d’opportunité pour nouer des relations de partenariat fructueux.
A la veille de ce sommet, certains ont qualifié la rencontre de tous les maux, mais il faut reconnaître que ça a été un grand pas pour notre pays.
Je pense qu’il n’y a rien à dire quant à la réussite de ce sommet.
Pour ça, nous devons dire merci et saluer les autorités.
Franchement, nos autorités sont à féliciter.
Maintenant, après le sommet nous devons être vigilants quant au suivi méthodique des recommandations qui ont été formulées aux chefs d’Etat. Pour moi, c’est le suivi des recommandations qui va donner du crédit à ce qui s’est passé lors des différentes rencontres.

Réalisé par Sikou BAH




Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *