Search
samedi 27 novembre 2021
  • :
  • :

Sans Tabou: ANR, quand Choguel en devient un obstacle

Le Premier ministre, Dr Choguel Kokalla Maga, a présidé la cérémonie de clôture du Forum national sur l’entrepreneuriat des jeunes et des Femmes à Ségou, le week-end dernier. La tribune de ce forum a servi de cadre pour le Chef du Gouvernement d’exposer les attentes fortes, les ambitions nobles et les actions prioritaires des autorités de la transition, mais aussi de régler ses comptes aux détracteurs de la transition. A cette allure, les observateurs avertis sont tentés de croire que filialement, c’est le Premier ministre lui-même qui constituera l’obstacle à la participation inclusive aux Assises nationales de la refondation.

Au moment ou la refondation du pays est sur toutes les lèvres, avec à la clé une participation inclusive de tous les Maliens, le Premier Ministre a choisi ce même moment pour régler ses comptes avec ceux qui contestent la façon de faire des autorités de la transition. Son discours Ségou le week-end dernier n’est pas de nature à rassembler les Maliens.
Abordant les manifestations de colère certains agents de la COMATEX qui avaient décidé de barricader les routes au moment de son arrivée à Ségou, le Dr Choguel Kokalla MAIGA a fait porter le chapeau à certains politiciens. Pour lui, ceux-ci manipuleraient les populations contre la Transition.
Il dit être au courent de tout, même les appels téléphoniques de Ségou à Bamako, pour planifier lesdites manifs. Comme pour dire aux Maliens que la Sécurité d’État lui fait le point de tous les appels téléphoniques des maliens.
« Les gens qui voulaient couper les routes pour cette affaire des salaires impayés de la COMATEX sont manipulés par des hommes politique d’ici. C’est juste pour leur dire que nous sommes au courant de tout, puisqu’ils font des appels à Bamako. Je dis bien nous sommes au courant de tout ! Et une chose est sûre, personne ne vous suivra pour déstabiliser cette transition », a-t-il lancé à ces détracteurs. Cette révélation du Dr Choguel nous fait croire que les données téléphoniques des maliens ne sont pas en securité.
Comme pour enfoncer le clou, le Dr Choguel ironise l’opposition en ces termes : « ils parlent, parlent et parlent. Qu’ils continuent de parler, nous on a des idées et nous travaillons. Tant que les idées sont là, le travail des membres de la transition ne finisse pas », -a-t-il dit.
Par ailleurs, le Dr Choguel a lancé : « on doit nous respecter. Nous cherchons les moyens d’assurer la sécurité de nos concitoyens parce que la sécurité est le premier besoin de l’homme. Un gouvernement qui ne peut pas assurer la sécurité des citoyens ne peut pas être légitime. Notre travail et engagement, c’est de sécuriser les Maliens. Tout le reste viendra après ».
Pour la tenue des Assises nationales de la refondation, le Premier Ministre accable une fois de plus les politiques qui affichent un niet catégorique quant à leur participation.
« Si ça tenait qu’aux forces du changement, on allait tenir les assises depuis le mois de juillet », a-t-il dit. Comme pour taxer les maliens qui ne regardent pas dans la même direction que les autorités de la transition. Ceux-ci sont accusés de ne pas travailler pour un nouveau Mali de paix et de cohésion.

PAR CHRISTELLE KONE




Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *