Search
samedi 23 octobre 2021
  • :
  • :

Sans Tabou: Mali, où est l’indépendance ?

Le 22 septembre 1960 le Mali déclarait son indépendance. 61 ans après cette indépendance, les Maliens sont toujours sur leur faim. Une bonne partie du territoire national est sous occupation des groupes armés et échappe au contrôle des autorités. Le développement économique est loin d’être une réalité, l’école est à la traîne. Pire encore, l’ancienne puissance coloniale continue d’influencer sur les grandes décisions concernant la vie de notre pays. Face à ces réalités peut-on dire que le Mali est indépendant au sens propre du terme ?

Notre pays, après plusieurs années passées sous le joug colonial, a accédé à l’indépendance le 22 Septembre 1960. 61 ans après, chaque année, nos autorités célèbrent avec faste cette indépendance marquée de tâtonnement, de périodes sombres.
Cette année encore, la célébration de la fête de l’indépendance intervient dans un contexte sécuritaire tendu plus de six ans après la signature de l’accord de paix et la présence de plusieurs milliers de soldats étrangers.
Depuis l’indépendance, le parcours de notre pays a été entaché de beaucoup d’embûches : rébellion, coups d’État, assassinats, dictature, faillite et bradage des sociétés et entreprises d’État, corruption galopante, népotisme, clientélisme, affairisme.
Les Maliens sont également confrontés à d’énormes problèmes qui sont entre autres la faim, le chômage, la maladie, le manque d’eau potable, la cherté de la vie, le problème d’éducation…
En clair, juridiquement, le Mali est indépendant, mais sur le plan économique et sécuritaire, il est loin de l’être.
C’est pourquoi, cette fête de l’indépendance, qui était commémorée avec faste dans les villes et campagnes, perd d’année en année cette ferveur.
À part les défilés militaires et quelques activités festives, il ne reste plus grand-chose pour marquer l’accession de notre pays à la souveraineté nationale.
Beaucoup de Maliens trouvent qu’un pays qui est sous occupations, et dont une bonne partie du territoire échappe à l’autorité de l’État, n’est pas indépendant. D’ailleurs, lors de la fête d’indépendance de 2018, l’actuel Premier ministre, le Dr Choguel Kokalla MAIGA, déclarait: ‘’Une armée doit défiler quand il y a une victoire. Mais pas en guerre’’.
En tout cas, peu de Maliens jugent le bilan des 60 ans d’indépendance satisfaisant. Après plus de 60 ans d’indépendance, tout est à refaire et dans tous les domaines. L’amorce du développement n’est pas encore un acquis. Plus grave, le phénomène de la corruption au niveau des élites gangrène le pays.
Pays agro sylvo pastoral et très riche en ressources minérales, les autorités maliennes continuent à tendre la main. Censé être le grenier de l’Afrique de l’Ouest, le Mali continue à être secouru sur le plan alimentaire.
Pour que les Maliens se glorifient d’avoir un pays indépendant, il faudrait que les autorités mettent fin à l’occupation du territoire, au crépitement des armes, aux effusions de sang des innocents. Il faudrait surtout mettre fin à l’immixtion étrangère dans les questions de souveraineté nationale.
Les autorités doivent en outre se fixer comme cap l’amorce d’un véritable développement socio- économique dans un pays sécurisé et réconcilié.
Ce développement harmonieux passe nécessairement par l’exploitation et l’utilisation judicieuse de nos ressources minières, agro-sylvo- pastorales et humaines.

PAR MODIBO KONÉ




Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *