Search
samedi 19 juin 2021
  • :
  • :

Sans Tabou: le Poker menteur des mouvements signataires

Par un communiqué conjoint, la Coordination des Mouvements de l’Azawad (CMA) et la Plateforme des Mouvements du 14 juin 2014 d’Alger décident, ‘’dans le but de réaliser les objectifs du Cadre Stratégique Permanent, de la mise en place d’une coalition politique et sécuritaire, de la préparation d’une rencontre de mise en place des organes définitifs dudit CSP dans un délai n’excédant pas soixante (60) jours’’. Ces mouvements signataires prennent prétexte du constat de ‘’détérioration de la situation sécuritaire au Sahel, en général, et au Mali, en particulier et singulièrement dans les régions du Nord/Azawad du Mali’’ et allèguent des objectifs du Cadre Stratégique Permanent qui sont : concrétiser la mise en synergie des efforts en faveur de la mise en œuvre diligente de l’Accord pour la Paix et la Réconciliation au Mali issu du Processus d’Alger ; opérationnaliser les mécanismes conjoints de lutte contre l’insécurité sous toutes ses formes afin de garantir la circulation des personnes et de leurs biens; encourager et mener des initiatives en faveur de la cohésion sociale et du vivre ensemble entre toutes les communautés; réaliser une meilleure cohérence dans la prise en charge des aspirations communes des populations.

Une très belle profession de foi qui n’annihile pour autant pas les purulents effluves d’une tartuferie tentaculaire. Donner une chandelle à dieu et une au diable.
Par un habile ripolinage qui trahit un changement de braquet, le but de ces mouvements signataires est moins de solutionner que de berner. Parce que c’est dans les cordes du dernier des imposteurs d’invoquer à tout crin la situation sécuritaire désastreuse pour prendre le contrôle des esprits des faibles.
Sans céder aux amalgames et aux schémas réducteurs, l’on ne peut qu’être blasé d’apprendre que des mouvements signataires se réunissent, à Rome, du 5 au 6 mai 2021, à l’initiative, disent-ils, du Gouvernement italien et de l’ONG ARAPACIS. Il y a de la conspiration dans l’air, avec un Gouvernement italien dont la présence est à peine lisible dans la gestion de la crise au Mali, et une ONG, aux actions notoirement tendancieuses qui sont paradoxalement salués pour ‘’leurs efforts déployés dans le cadre de la stabilisation au Sahel, en général, et au Mali, en particulier’’.
L’alibi pour ces mouvements d’entrisme opportuniste est la ‘’détérioration de la situation sécuritaire au Sahel, en général, et au Mali, en particulier et singulièrement dans les régions du Nord/Azawad du Mali’’.
Mais, voilà, en 2016, des sources au sein du ministère français de la Défense exprimaient les préoccupations et l’agencement des autorités françaises face « au double jeu du HCUA ». Selon les mêmes sources, le Haut conseil pour l’unité de l’Azawad « bien qu’étant un des signataires des accords d’Alger, n’hésite pas à afficher une forme de proximité avec Iyad Ag GHALY et Ansar Dine. Cette proximité, commentent-elles, se manifeste tant sur le fond que sur les éléments combattants ». Voici un allié idéal, certainement idéalisé par l’ONG ARAPACIS, dans le rétablissement de la situation sécuritaire. Depuis quand les loups se mangent-ils ?
Autre point qui ravive la facette la plus exécrable de ces mouvements, c’est le caractère ‘’Permanent’’ de leur ‘’Cadre Stratégique’’ qui traduit un nouveau processus amphigourique.
Il est vrai, l’article 29 de l’Accord pour la paix et la réconciliation au Mali, issu du processus d’Alger stipule : ‘’les Parties réitèrent leur engagement à combattre le terrorisme et ses multiples connexions que sont le crime organisé et le trafic de drogue, y compris à travers les stratégies et mécanismes régionaux existants’’.
Mais en aucun cas et sous aucun prétexte, cela ne devrait servir de blanc-seing à des mouvements armés de se substituer durablement (caractère permanent) aux Forces armées et de sécurité qui elles seules incarnent la puissance publique un terme générique utilisé pour désigner les moyens qu’un État se donne pour assurer la sécurité de son territoire, la sécurité de ses citoyens, ainsi que l’application des lois et règlements.
Au demeurant, si ces mouvements ont une passion si obsessionnelle pour l’amélioration de la situation sécuritaire, leur démarche ne peut s’inscrire que dans le cadre des Forces de Défense et de Sécurité Reconstituées (FDS-R).
Autrement, le sophisme de l’épouvantail, les turlupinades et les simagrées obscènes prospéreront difficilement.
Il faut enfin espérer que la belle alliance résiste à la boulimie alimentée par le trafic le plus juteux.

PAR BERTIN DAKOUO




Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *