Search
vendredi 6 décembre 2019
  • :
  • :

Sans Tabou: soutien à l’armée, la désunion des forces vives

La désunion qui a toujours caractérisé les forces vives de notre pays continue de plus belle. Malgré la situation sécuritaire chaotique, ces dernières peinent à unir leurs forces pour lancer un signal fort aux ennemis de la paix et à la communauté internationale. Malgré la même vision et la même volonté des acteurs pour le pays, l’union des efforts pour relever le défi commun reste irréalisable pour le moment, à cause du nombrilisme et des intérêts divergents. Quand est-ce que ces forces prendront alors conscience de la mesure du danger pour agir en conséquence ?

Aujourd’hui, la question mérite tout son pesant d’or si bien que face au péril sécuritaire, les acteurs politiques, religieux et de la société civile peinent à se mettre ensemble pour la réalisation de l’objectif commun. Chacun organise séparément sa manifestation, mais pour quel résultat ?
Le vendredi dernier, dans l’après-midi, des organisations faitières de la société civile ont organisé un meeting de soutien à l’armée. Ce meeting avait pour but d’apporter leur soutien à l’armée malienne victime d’attaques récurrentes. Dans la matinée, c’étaient les femmes de Kati. Aujourd’hui vendredi, c’est le tour des associations, syndicats et partis politiques membres des regroupements ADP-MALIBA, ANW KO MALI DRON, FSD d’organiser leur rassemblement citoyen et populaire de soutien aux FAMA.
Encore, le dimanche 17 novembre, à l’initiative du Haut conseil islamique du Mali (HCIM) plusieurs organisations de la société civile se donnent rendez-vous pour un grand meeting au Palais des sports de Bamako. L’objectif de cette manifestation est pour dire stop aux massacres et lancer un appel à la mobilisation citoyenne pour soutenir l’armée malienne.
Toutes ces organisations œuvrent pour un même objectif, soutenir l’armée pour débarrasser le pays des ennemis obscurantistes qui jurent de le mettre en lambeau, pour la paix et le vivre ensemble au Mali.
Mais les différents responsables de ces regroupements pour des raisons d’idées et d’intérêts divergents préfèrent évoluer de façon solitaire. Et pourtant, ces manifestations auraient plus d’impacts et d’efficacité si elles se mettaient ensemble, à travers une mobilisation exemplaire pour montrer à la face du monde que malgré les divergences, les Maliens sont réunis par une fibre patriotique quand il s’agit de sauver leur pays.
Un rassemblement populaire de toutes les couches de la société serait indubitablement un signal fort vis-à-vis des forces du mal et la communauté internationale, dont la sincérité est mise en cause par bon nombre de Maliens.
Mais hélas, la désunion des forces vives au Mali s’étale à perte de vue. Le pays est meurtri et les forces vives continuent à se regarder en chiens de faïence. Une situation qui profite naturellement aux forces du mal qui gagnent de plus en plus du terrain. Le constat est d’autant plus amer que l’insécurité s’étend sur l’ensemble du pays, l’autorité de l’État gagne en dégringolade.
L’on a comme l’impression que les acteurs politiques, religieux et de la société civile ne mesurent pas la gravité de cette fragmentation sur l’équilibre du pays.

PAR MODIBO KONE




Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *