Search
mercredi 20 novembre 2019
  • :
  • :

Transparence dans le secteur de la défense: une stratégie et des recommandations adoptées par le FOSC-DS

Après la création et la mise en place du Forum des Organisations de la Société Civile-Défense et Sécurité (FOSC-DS) pour Promouvoir l’Intégrité, la Transparence et la Redevabilité dans le Secteur de la Défense et Sécurité, le Projet UDF-16-696-MLI financé par le FNUD/UNDEF et mis en œuvre par CRI-2002 et Transparency International Défense et Sécurité (TI-DS), ont organisé hier, à la Maison du Partenariat, une Table-ronde pour l’adoption d’une stratégie commune dédiée au renforcement de la transparence et à la réduction des risques de corruption dans le Secteur de la Défense, ainsi que de 5 recommandations.

La cérémonie d’ouverture a été émaillée de 3 interventions.

Le Coordonnateur Général des Chefs de quartiers du District et président du FOSC-DS, El Hadj Bamoussa TOURE, dans ses mots de bienvenue, a rappelé que cette table-ronde et celle de restitution de ses résultats, ainsi que l’adoption de 5 recommandations participent de la mise en œuvre de ce qui avait été convenu au cours de l’Assemblée générale constitutive du FOSC-DS du 10 janvier 2019.

Pour lui, il ne fait pas de doute qu’il s’agit d’une activité majeure sur un chantier majeur pour le développement du pays.

A sa suite, Dr Abdoulaye SALL, président de CRI-2002/Section nationale Transparency International (TI), a rappelé le rôle prépondérant des chefs de villages qui justifie le partenariat privilégié de longue date entre ces derniers et l’Association qu’il préside. Pour lui, il s’agit de plonger les racines dans nos valeurs sociétales, tout en étant ouverts aux Autres. C’est le sens qu’il a donné à leur forte implication dans le FOSC-DS, ainsi que celle des femmes qui occupent la vice-présidence du Forum.

Dans ses Eléments d’information et de partage, Julien JOLY de Transparency International Défense et Sécurité (TI-DS) est revenu sur les concepts du cadre du projet

« Ce projet se base sur la conviction que la société civile malienne a un rôle majeur en matière de contrôle civil et démocratique à jouer dans le suivi de l’action de l’Etat, aussi bien en matière de sécurité nationale que de sécurité humaine », a-t-il soutenu. Ce, pour qu’après avoir identifié les acteurs de la société civile, ils puissent être à même de jouer ce rôle, pour qu’après avoir constitué une Plateforme pour fédérer cette initiative, le Forum des organisations de la société civile-Défense et Sécurité, en arrive à se poser la question de savoir comment ce Forum va faire engager le dialogue avec les institutions du Secteur de la Défense pour assumer ce rôle de contrôle civil et démocratique ?

Abondant dans le même sens que le président du Forum, M. JOLY a souligné que l’enjeu de la séance du jour est de déterminer une stratégie d’engagement avec ces institutions du Secteur de la Défense et également d’identifier ce que les participants, en tant que Forum, ils veulent porter à travers 5 recommandations politiques fortes qui constitueront le cœur de votre plaidoyer.

Les travaux ont porté sur deux présentations faites par Julien JOLY sur des enseignements issus du Rapport ‘’Développer l’Intégrité du Secteur de la Sécurité et de la Défense au Mali’’, et par Dr Abdoulaye SALL sur le projet de Stratégie du Forum.

À l’issue des débats, les participants ont adopté le projet de Stratégie du Forum, ainsi que 5 recommandations politiques. Il s’agit de : initier et faire émerger un processus non gouvernemental à travers la création d’une structure scientifique, technique et opérationnelle pour l’établissement d’une collaboration entre les Organisations de la Société civile du Secteur de la Défense et de la Sécurité pour promouvoir l’intégrité, la transparence, et la redevabilité dans le secteur de la défense et de la sécurité au Mali ; accorder au Parlement de plus grands pouvoirs pour renforcer la surveillance du secteur de la sécurité, y compris des droits formels de contrôle ou de veto sur les lois relatives à la défense (le Gouvernement), élaborer un processus de consultation publique officiel qui s’assure de l’engagement de la société civile dans le développement et la mise en œuvre d’une politique de défense comme première mesure essentielle afin de s’assurer de l’intégrité et de la transparence du secteur à long terme (le Gouvernement) ; améliorer ses mécanismes d’audit internes et externes, et mettre à la disposition du Parlement à la fois le budget annuel désagrégé et les rapports d’audits internes et externes (le Gouvernement). développer des procédures officielles écrites établissant un système de recrutement, de nomination indépendant, transparent et objectif pour la sélection et l’avancement du personnel militaire et des services de renseignement à tous les niveaux(le ministère de la Défense et les institutions de services).

Une 6e recommandation a été ajoutée : mettre en place et publier des procédures officielles afin de définir des exigences en matière d’achat, basées sur des besoins clairement identifiés et énoncés dans une stratégie de défense rendue publique(le ministère de la Défense)

Une seconde table ronde relative à une restitution aux médias publics et privés des résultats de la première a également été organisée au même endroit. Elle a été marquée par des débats, des échanges et des engagements communs.

PAR BERTIN DAKOUO

 




Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *