Search
mercredi 24 février 2021
  • :
  • :

Traque contre les terroristes: troublantes révélations sur la planque d’Amadou Koufa

Les forces spéciales maliennes n’arrêtent pas, ces derniers temps, de mettre le grappin sur de grosses pointures des groupes terroristes ayant perpétré de raids meurtriers dans de nombreuses localités du pays, voire au-delà des frontières nationales. La dernière traque, symptomatique de la prouesse des services de renseignements, sur laquelle se focalisent les enquêteurs est le cas de ce fameux Yacouba Touré, l’un des chefs pensants d’Ancardine, arrêté à Bamako.

Des révélations intéressantes sur des attaques terroristes perpétrées et la planque de chefs terroristes activement recherchés, dont le prédicateur islamiste du Front de libération du Macina.
Avec la capture de cet homme, Yacouba Touré, qui s’était même recyclé en vendeur de bétail, pour échapper à la vigilance des forces spéciales, c’est aujourd’hui un véritable tournant qui vient d’être franchi dans la traque contre les terroristes qui ont endeuillé plusieurs localités du pays, voire au-delà des frontières nationales, avec des raids meurtriers perpétrés récemment à Grand-Bassam, en Côte d’Ivoire, et aussi au Burkina Faso, avec autant de pertes en vies humaines et des blessés, de part et d’autre. Si l’arrestation de ce terrorise, la semaine dernière, considérée comme l’un des principaux pourvoyeurs en logistiques et armements du réseau terroriste Ancardine, est apparue vraisemblablement comme une prouesse opérationnelle qui se généralise de traques en traques, il est évident que ce dernier, compte tenu de son statut, et de son implication personnelle dans les réseaux criminels, constitue un gros morceau sur les éléments d’information, devant conduire à élucider les différents modes opératoires ayant conduit aux drames que nous avons connus récemment dans notre pays et dans le plus proche voisinage.
Selon des sources sécuritaires, l’homme arrêté récemment, dans les périphéries de Bamako, où il s’était trouvé une nouvelle vocation, n’est pas n’importe qui dans le sillage des réseaux criminels. Auditionné par les enquêteurs, il aurait livré d’intéressantes informations sur ses propres activités criminelles, en relation avec les attaques meurtrières perpétrées, ces derniers temps, dans les différents pays limitrophes. Selon les services de renseignements, le sieur Yacouba Touré est celui-là même, parmi d’autres, activement recherchés, à mettre en place de nombreux Katibas terroristes au sud du Mali, tout en y assurant le rôle de principal pourvoyeur en logistique et en armements, notamment à la Katiba de Boubacar Sawadogo, essentiellement constituée de la branche djihadiste burkinabé.
Au début, rapporte-t-on dans les milieux de renseignements, cet homme faisait partie des bras droits du prédicateur Amadou Koufa, chef terroriste du Front de libération du Macina, qui a littéralement endeuillé le centre de notre pays, à travers de nombreux raids meurtriers sur les positions, l’armée malienne, causant de nombreuses victimes. Coupé de la plupart de ses lieutenants, traqués et capturés, à l’image de Yacouba Touré et bien d’autres, comme les suspects terroristes des attaques du Grand-Bassam, en Côte d’Ivoire, le dangereux prédicateur du Front de libération du Macina se voit de plus en plus isolé. C’est dans cette posture, pour le moins inconfortable, ne bénéficiant plus tellement de la protection rapprochée de ses farouches lieutenants, que le chef terroriste du Front de libération du Macina s’est d’autant plus rapproché du groupe terroriste Ançardine d’Iyad Ag Ghaly, ce chef terroriste radical qui a aussi multiplié les raids meurtriers, dans de nombreuses localités des régions nord du pays, contre les forces étrangères et les positions de l’armée malienne.
N’ayant plus où donner de la retraite, il est apparu salutaire pour ce chef terroriste de regagner les rangs de l’ancien chef rebelle, Iyad Ag Ghaly, au sein duquel il trouve un refuge plus facile, en raison de l’intérêt des deux hommes à répandre l’idéologie criminelle djihadiste dans la sous-région. Et cela, d’autant que Iyad Ag Ghaly et ses hommes, hostiles à la paix, sont restés déterminés à torpiller le processus de paix au Mali. Avec d’autres groupes terroristes, Ancardine a mené des raids violents et meurtriers contre les partisans de ce processus de paix, notamment les parties signataires de l’accord de paix, les agents publics de l’État et même les acteurs internationaux. Il est évident, selon des informations fournies par ce caïd du terrorisme sous-régional, que des groupes terroristes ont opéré, tant au nord et au centre du Mali, que de part et d’autre de ses frontières nationales, notamment en Côte d’Ivoire et au Burkina, avec des bilans humains plus dramatiques. En agissant en zone séparée, comme le cas du front de libération du Macina, dans la région de Mopti, Al-Qaida au Maghreb islamique opérant dans la région de Tombouctou et Ancardine à Kidal, ces différents groupes terroristes ont eu entre eux des connexions qui leur ont permis de frapper en dehors du territoire malien, comme ce fut le cas pour les deux pays limitrophes.
C’est contraint et traqué que le chef du Front de libération du Macina s’est rapproché d’Iyad Ag Ghaly. Ce qui n’est pas forcément un salut, pour lui, selon des sources de renseignements, d’autant que de nombreuses informations (encore dissimulées sous le flot d’indices à étayer, pour d’évidentes raisons de sécurité), ont été livrées sur les cachettes possibles de cet homme dont la capacité de nuisance, selon toujours les mêmes sources, pourrait être de plus en plus maitrisée par les forces spéciales qui mettent un point d’honneur à le neutraliser plus rapidement, comme ce fut le cas pour bon nombre de ses lieutenants.

PAR Sékouba Samaké




Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *