Search
mardi 9 mars 2021
  • :
  • :

Une affection polémique

Dans son adresse à la nation, le vendredi soir, sur la télévision nationale, le président de la République, Ibrahim Boubacar KEITA, a adressé une mention spéciale aux agents de santé. Il a particulièrement félicité le Pr Sounkalo DAO, coordinateur du Centre de prise en charge des maladies à potentiel épidémique.

Dans sa déclaration, le président a déclaré : « il sied, qu’avant toute chose, je salue notre personnel de santé, ces aide-soignants, ces manœuvres, ces infirmiers, ces ambulanciers, ces médecins, ces laborantins, le personnel administratif des services de santé ainsi que les membres du Conseil Scientifique National. J’aimerais leur dire ici et maintenant, et je suis sûr d’être votre fidèle interprète en le faisant, que la nation est fière d’eux. Ils sont nos héros, ils sont les filles et les fils émérites de ce pays dont ils se montrent dignes de l’Histoire, des enjeux et des ambitions ».

Le chef de l’État a fait une mention spéciale au Professeur DAO qu’il ‘’préfère appeler le Pr DAO, le Barbu’’. Mais il ne s’agit par-là d’une invention du chef de l’État, puisque, selon nos informations, le professeur est affectueusement appelé par ses étudiants de la Fac au Point-G, le Barbu. Le choix du président IBK se situe-t-il dans ce strict cadre de sympathie pour un homme de science dévoué à la nation où il s’agit d’un souvenir aux djihadistes qui sèment la terreur dans les localités du Centre et du Nord de notre pays ? En tout cas, les Maliens n’en seront pas surpris. Dans un pays où il n’est pas interdit de saluer des actions des terroristes même s’il s’agit de libération d’otages détenus par eux, on peut se permettre d’avoir des affections pour ces sans foi ni loi. Dès lors, une telle affection du président de la république, si elle n’est pas bien éclairée crée la polémique.

Pour ce qui est de notre professeur, nous avons la conviction qu’il garde une longue distance d’avec cette horde de malfaiteurs. Dans nombre de nos sociétés traditionnelles (Minianka, Dafing ou bobo, d’avant même l’islam, la barbe est signe de sagesse et celle de notre professeur doit se situer strictement dans ce cadre.   




Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *